Menu

Culture Publié

Théâtre marocain : Le rideau est tombé sur la vie de Mohamed Said Afifi

La triste nouvelle a été annoncée hier dans la matinée : Mohamed Said Afifi s’est éteint dans la nuit du samedi au dimanche à l’hôpital militaire de Rabat. Agé de 76 ans, l’un des grandes figures des planches marocaines s’en va ainsi rejoindre sa demeure éternelle, après des années au service de l’art théâtral et cinématographique du royaume.
Temps de lecture: 2'
DR
L’homme était devenu une référence dans le milieu théâtral marocain qu’il a investi très jeune. En effet, il avait très tôt commencé à sentir l’appel de la scène et à se cultiver une vocation d’homme de théâtre. Il rejoignit ainsi le groupe Maamora du ministère de la jeunesse et des sports. « Talentueux et hostile », juge l'hebdomadaire casablancais La Vie Eco, le grand dramaturge a eu à interpréter au sein de ce groupe plusieurs rôles, que les amateurs du théâtre marocain ne sont pas prêts d'oublier, dont « Hamlet ».

Dans les années 70, Mohamed Said Afifi s’était déjà fait une place de choix dans sur la scène théâtrale du royaume. Le dramaturge se retrouva à la tête du Théâtre municipal d’El Jadida. A cette occasion, il fut le réalisateur de bons nombre de pièces théâtrales, dont notamment « Saousaih » et « Tkaâkiâ ».

Il fut ensuite désigné comme professeur de théâtre à Casablanca. Il fit ainsi part de son savoir et de son expérience à plusieurs générations de jeunes artistes. Le témoignage, recueilli par la MAP,  de Hassan Nafali, le président du Syndicat des professionnels du théâtre, en dit beaucoup sur cet homme : « le défunt avait sa manière, caractérisée par la simplicité, pour enseigner ses élèves et artistes en herbe, tout en leur demandant de s'intéresser notamment à l'art de la diction ». Ce, avant d’ajouter que Mohamed Said Afifi était le premier dramaturge marocain à avoir attribué des rôles à des non voyants »

Parmi les autres professionnels du milieu qui ont réagi suite au décès de l’un des pionniers du théâtre marocain, figure Taieb Seddiki. Ce dernier a affirmé que le regretté disparu était « l’un des rares dramaturges » à avoir réussi « à allier dans ses travaux tragédie et comédie ».

En plus du théâtre, Mohamed Said Afifi était aussi un homme de cinéma. En effet, d’après La Vie Eco, ce natif de Casablanca a participé à « plusieurs œuvres télévisuelles et cinématographiques et collaboré avec nombre de réalisateurs », en l’occurrence Mohamed Bouanani et Hakim Noury. Le hebdomadaire poursuit en affirmant que le défunt dramaturge a « à son actif plusieurs films dont « Assarab ».

Plus qu’une icône, c’est un monument des scènes marocaines qui disparait avec Mohamed Said Aifi. La fin du théâtre de sa vie a plongé les professionnels du milieu artistique et leur public dans une grande tristesse. Mais, comme il est dit dans le coran : « À dieu nous appartenons et vers lui nous retournons ». Que la terre lui soit légère.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com