En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 10/09/2013 à 16h30

Maroc : découverte d’une fosse commune avec huit squelettes au Sahara

Une équipe de recherche de l’université du Pays basque a découvert une fosse commune au Sahara datant de 1976. Selon la presse ibérique, huit Sahraouis auraient été trouvés dans ce charnier et deux d’entre eux seraient parents. Sur leur mort, la version des chercheurs ibériques prend le contre-pied de celle donnée par les autorités marocaines.

Photo prise par l'équipe de recherche basque

Des chercheurs espagnols ont retrouvé au Sahara une fosse commune qui date de 1976, a-t-on appris d’El Pais. Selon cette même source, l’équipe d’universitaires a exhumé huit corps dans ce charnier. Les victimes trouvées seraient toutes des Sahraouis dont deux détenaient la nationalité espagnole. Ils auraient été exécutés par des membres de l'armée marocaine les 12 et 13 février 1976 et étaient considérés, jusque là, comme disparus. Deux des victimes seraient aussi père et fils, indique la même source.

Les médecins légistes ont découvert entre les os leurs cartes d'identité et des étuis de fusil. Un témoin présent lors des exécutions se serait souvenu du lieu où ces Sahraouis ont été «exécutés» : Fadret Leguiaa, une zone située dans la région de Smara, à proximité du mur de sable. Selon plusieurs sources concordantes, tout aurait commencé en février dernier lorsqu’un berger a retrouvé des restes humains répandus sur le sable, un fait qui serait dû aux conditions climatiques et «probablement» à un enterrement superficiel.    

Les chercheurs espagnols s’alignent sur la version d’un témoin

A partir du mois de juin 2013, les chercheurs de l’université du Pays basque, accompagnés de plusieurs membres des familles des victimes au sein de l'Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (Afapredesa), ont commencé les recherches avec l’appui de la Société des Sciences et l’Institut Hegoa Arazandi. L’équipe conduite par l'anthropologue légiste, Francisco Etxeberria, s’est alors rendue sur place pour voir si les restes humains remarqués par certains Sahraouis étaient existants.

Pour confirmer leur version, les familles des victimes auraient également signalé aux chercheurs espagnols l’existence d’un témoin dénommé Aba Ali Said Daf. Ce dernier qui devait avoir 13 ans au moment des faits, aurait même été interpellé par l’armée marocaine. Suite à la découverte des victimes et à leur indentification, l'équipe espagnole a interrogé ce témoin. «Sans aucun doute», les résultats de l'enquête médico-légale, le documentaire et l’ADN des restes humains de la fosse vont corroborer la version du témoin, comme le soulignent dans un rapport le Dr Etxeberria et un docteur en psychologie espagnol, Carlos Martin Beristain.

La version marocaine contestée par les chercheurs

Selon El Pais, le gouvernement marocain, après trois décennies, n’a jamais précisé les circonstances de la mort de certains Sahraouis. Pour la même source, le rapport de l'Instance Équité et de Réconciliation de 2006 a livré des informations sur quatre des victimes retrouvées, assurant qu’elles avaient été transportées à Smara et qu’elles y sont décédées durant leur détention. Sauf que, comme le dénote de son côte El Publico, sur le rapport, ni les circonstances de leur mort ni les dates n’ont été données.

Pourtant, en décembre 2012, le Conseil consultatif des droits de l'homme du Maroc (ancêtre du CNDH) avait publié un rapport sur internet dans lequel il reconnaissait la disparition de 351 Sahraouis «sous sa responsabilité». Le texte avait fourni quelques explications sur le destin de 207 victimes, mais le Dr Exteberria dénonce des informations biaisées, notamment sur le cas des quatre victimes citées plus haut.

Selon le Dr Exteberria, la prochaine étape sera la restitution des dépouilles aux familles des victimes. Quant aux tombes, elles sont protégées, balisées et sous la supervision de la MINURSO, précise l’équipe de recherche.

8 commentaires
L'effet des Pétrodollars
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 11 septembre 2013 à 20h01
A cause de la crise, les chercheurs espagnoles étaint au chômage. Un jour, ils ont trouvé une annonce faite par la DRS pour un travail très bien rémunéré et en plus en Dollars. Moi, à leur place, je ne refuserais pas.

Ce que je peux reprocher à ces chercheurs, pourquoi s'intéresser aux cadavres qui datent de 1976, alors que depuis, plusieurs melliers de personnes ont été massacrées, surtout dans les camps de Tindouf et en Algérie et cela ne leur a fait ni chaud ni froid.
Intox made in Algéria
Auteur : Azdine Idrissi
Date : le 11 septembre 2013 à 16h50

Comment vérifier tout cela et surtout à la frontière de l'Algérie pays où tout est faux et falsifié???? Pardon....pays de la transparence, de la sincérité, de la bonne foi, de l’honnêteté et du sérieux!!!!

Les anges innocents aux mains propres de la junte auraient pu très bien eux mêmes fabriquer cette fosse et déposer les corps et les pièces identités ( qui ont résisté près de 40 ans????) voulues en une mise en scène satanique.

Ils ont même pensé à tout faire valider par des Basques car ils savent eux mêmes qu'ils ne sont pas crédibles. Ce qui est sûr est que les bascos se sont bien rempli les poches en ces temps de crise.

L'Expression dz quotidien anti marocain notoire parle lui de chercheurs des Pays Bas. Accordez votre intox les amis.

Le Maghreb perd du temps.
Un culot pathétique
Auteur : Azdine Idrissi
Date : le 11 septembre 2013 à 16h11

Encore un coup tordu du DRS. Les labos d'embrouilles et de coups foireux du DRS viennent de pondre leur dernière trouvaille.

L' agenda de cette officine est connu. A chaque réunion internationale ils te monte un dossier contre le Maroc.

Fosse commune avec 8 squelettes grace au soutien EVIDEMMENT bénévole et désintéressé de vagues et indéfinissables chercheurs BASQUES...amateurs de pétrodinars. Ils s' auto-saisissent comme s'ils étaient des juges. Alors même que les charniers de l'atroce guerre civile espagnole n'ont pas encore parlé;

La crédibilité du DRS est égale à ZERO ainsi que ceux qui ont ont provoqué une guerre civile avec 300 000 morts et 50 000 disparus....ceux qui ont liquidé Boudiaf, les Moines de Tibhérine etc etc etc etc......ceux qui ont créé le GIA, le polizario, la rasd, AQMI, les Mourabitounes,...etc etc etc etc...

Quel culot.
Le Sahara Marocain
Auteur : OLIVIER D
Date : le 11 septembre 2013 à 11h59
Le Sahara a toujours été et sera toujours Marocain !!!!

L" Historien et spécialiste de l' Afrique BERNARD LUGAN peut vous lexpliquer clairement !!!!

Aller sur Google et taper son nom et vous verrez !!!
contrôle judiciaire
Auteur : Murad as-Salti
Date : le 11 septembre 2013 à 09h51
Le Sahara occupé par le Maroc est selon l'Accord de Madrid sous souveraineté espagnole, jamais cédée au Maroc, et non marocaine. Cet accord prévoit le passage de l'administration à la Mauritanie et au Maroc mais non pas de la souveraineté.
Le Maroc ne dispose donc d'aucun fondement juridique dans ces Territoires occupés.
C'est donc un juge espagnol qui devrait s'en charger et non un juge marocain, le pouvoir juridique s'exerçant au nom du souverain.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com