Menu

Culture Publié

Kandisha, l'unique film marocain en compétition au Festival de Marrakech

C'est aujourd'hui que débute la huitième édition du Festival International du Film de Marrakech (FIFM). Il sera officiellement inauguré par « What Just Happened », un film de l'américain Barry Levinson qui n'est autre que le Président du Jury de cette année. Barry Levinson est un réalisateur de renom qui a remporté quatre oscars au cours de sa carrière. Il a dirigé les plus grands acteurs du monde tels que Robert de Niro, Robert Redford ou encore Tom Cruise.
Temps de lecture: 3'
DR
Le reste du jury sera composé de : Ghita El Khayat (psychanalyste et femme de lettres et des arts marocaine, Agusti Villaronga (réalisateur et scénariste espagnol), Sebastian Koch (acteur allemand), Joaquim de Almeida (acteur portugais), Hugh Hudson (réalisateur, scénariste et producteur anglais), Caterina Murino (actrice italienne), Natacha Regnier (actrice française), et Mariama Barry (écrivaine et juriste guinéo- sénégalaise).

Cette année, les organisateurs ont prévu un programme chargé et diversifié. En effet, le festival rendra hommage à quatre cinématographies différentes. Le principal hommage est celui rendu aux quarante ans du cinéma britannique avec la projection de films de tous genres de 1968 à 2006. Il y aura par exemple la projection des films « Gandhi », « Un Poisson nommé Wanda », « Quatre mariages et un enterrement » ou encore « Harry Potter et la Coupe de feu ».

Le cinéma égyptien est également à l'honneur. Onze opus de Youssef Chahine seront projetés de "Baba Amin" (1950) à "Alexandrie - New York" (2004). L'occasion, pour les organisateurs, de saluer l'immense talent du maestro du cinéma égyptien, disparu le 26 juillet dernier.

Le FIFM présentera aussi une rétrospective sur la Russie vue par le réalisateur Andrei Konchalovsky, avec sept films.

Et puis, bien entendu, le cinéma marocain ne sera pas oublié puisqu'il fête cette année ses cinquante ans. D'ailleurs, la journée du mardi 18 novembre lui sera entièrement consacrée avec une projection de trois films marocains. Au programme : le film « Kandisha » réalisé par Jérôme Cohen Olivar. C'est le seul film marocain en compétition cette année au côté d'une douzaine d'autres venant du monde entier. « Kandisha » est un long-métrage fantastique et non pas d'horreur comme tient à le préciser son réalisateur avec une belle brochette d'acteurs. Saïd Taghmaoui, Amira Casar ("La Vérité si je mens") et Amal Ayouch ("Française") se partagent l'affiche du film. Il raconte l'histoire d'une avocate chargée d'une affaire qui la mènera sur les traces de la légendaire Aïcha Kandisha.

L'autre film marocain projeté au FIFM est « Tu te souviens de Adil » de Mohamed Zineddine. Un jeune casablancais quitte sa ville natale pour se rendre à Bologne en Italie, un pays dans lequel il va tenter de s'intégrer. Enfin, « Les Amours voilés » de Azi Salmi sera présenté en avant-première. Batoul est une jeune fille issue d'un milieu bourgeois et conservateur. Elle a tout pour réussir, elle est belle et étudie la médecine. Un jour, elle fait la rencontre d'un homme. Petit à petit, elle se laisse aller et transgresse tous les principes qu'elle a toujours revendiqués.

Autre moment fort de cette édition. C'est l'hommage rendu à Larbi Yacoubi, le décorateur et costumier marocain le plus connu au monde. Un trophée lui sera décerné à cette occasion. Il a habillé les grandes stars hollywoodiennes comme Sean Connery mais également les stars marocaines. Il a travaillé aux côtés de réalisateurs de légende comme Martin Scorsese pour « La Dernière tentation du Christ » ou David Lean, le réalisateur de « Lawrence d'Arabie ».

Concernant la cérémonie de clôture du FIFM, elle est prévue le 22 novembre, date durant laquelle le jury attribuera au meilleur film en compétition le grand prix avec la fameuse Etoile d'Or ainsi que le prix du Jury, le prix d'interprétation féminine et le prix d'interprétation masculine.

Enfin, il faut souligner que l'édition 2008 du FIFM sera marquée par la mise en place d'une initiative originale. Huit films réalisés par des cinéastes de renom ont été retenus et modelés techniquement par la chaîne franco-allemande Arte pour permettre à des aveugles ou mal voyants de les suivre. La technique est très simple. Elle repose sur la description. Une voix transmise par casque raconte les différences séquences et actions du film. Cette initiative est une première au Maroc et au Moyen-Orient.


Plus d'infos : www.festivalmarrakech.info

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com