Menu

Culture Publié

Festival d'Imilchil ou le Moussem des Fiançailles

C'est samedi 31 août qu'a pris fin la sixième édition du festival des musiques des cimes à Imilchil après trois jours de festivités, de rencontres et de découvertes. Ce festival a été crée en 2003 pour rendre ses titres de noblesses au célèbre Moussem des Fiançailles dont l'image s'est lamentablement écornée au fil des années. Certains mauvais esprits qualifiaient même ce moussem de « souk de prostituées » car certains locaux ont été accusés d'organiser des mariages en masse dans le seul but d'attirer le plus possible les touristes dans la région.
Temps de lecture: 3'
DR
Imilchil est une bourgade située à 2200 mètres d'altitude au cœur du Haut Atlas dans la province d'Errachidia. Lorsque ce festival a été crée en 2003, les organisateurs avaient pour ambition de promouvoir le tourisme de montagne et de contribuer au développement économique des localités enclavées d'Imilchil, une région rurale, extrêmement pauvre et sans aucune infrastructure de base. En effet, une telle manifestation permet aux habitants démunis d'améliorer leur niveau de vie. Leur revenu peut atteindre les 8000 dirhams l'année soit 4 fois plus que leur revenu habituel et ce grâce à l'argent des touristes dépensé dans les hôtels, restaurants et achats de souvenirs divers. Mouni Kajji, membre du Centre Tarik Ibn Ziad qui organise ce festival, explique que la population d'Imilchil souhaiterait que ce festival dure plus de trois jours pour avoir un maximum de retombées économiques sur la région.
 
Cette année, le budget prévu est d'un million de dirhams, un budget qui n'est pas énorme selon Mouni Kajji mais qui aide, comme il le dit « à faire le bonheur de la région ». L'édition de cette année était placée sous le signe de la tolérance et de la rencontre interculturelle. Des troupes internationales ont été invitées. Ces troupes viennent de régions montagneuses de certains pays. Il y avait celles de Haribi du Japon, Jazz Mood d'Italie, Serencza de Pologne et Warana du Pérou qui ont joué des musiques folkloriques. Les troupes marocaines étaient également de la fête venant de l'Atlas, du Rif et du Souss. Elles ont fait vibrer les soirées de ce festival avec des danses et chants traditionnels de ces régions.
 
Le temps fort de ce festival c'est sans aucun doute le Moussem des Fiançailles qui se tient au village d'Aït Ameur à une vingtaine de kilomètres d'Imilchil depuis plus de quarante ans. Ce moussem est certainement le moussem marocain le plus connu au monde. Il attire chaque année des centaines de touristes. Certains comparent même la renommée internationale de ce moussem au Festival américain de Woodstock.

Derrière ce moussem se cache une très belle légende, une histoire d'amour à la Roméo et Juliette qui a fait le tour du monde. Il y a très longtemps un jeune homme et une jeune femme étaient fou amoureux l'un de l'autre. Ils décidèrent de se marier. Mais les familles des deux jeunes gens refusèrent cette union car ils appartenaient à deux factions différentes. L'une des Aït Yazza et l'autre des Aït Brahim. Il était hors de question que les enfants de ces deux familles puissent s'unir. Pour se retrouver à jamais, le jeune couple prit la décision de se tuer en se jetant chacun dans un des lacs Isli et Tislit.

Une autre version de l'histoire raconte que les jeunes gens finirent par se marier en cachette mais ils pleurèrent tellement que leur larmes formèrent deux lacs : le lac Isli formé par les larmes de la jeune femme et le lac Tisli formé par celles du jeune homme. La mort du couple a marqué à jamais le village. Et depuis, les différentes factions familiales décidèrent de ne plus interdire l'union entre un homme et une femme qui s'aimaient. Ainsi, une fois par an, les jeunes villageois peuvent choisir librement leur conjoint.

Cette année, le moussem a permis à une vingtaine de couples de se marier. Comme le veut la tradition, les fiancés vêtus du costume traditionnel et les femmes parées de bijoux berbères doivent visiter le Mausolée Sidi Ahmed Oulmghani. Ce saint est le protecteur de bétail et le saint patron des bergers. Viennent ensuite les conclusions de mariage. Des Adouls, vérifient les documents des prétendants au mariage conformément à la législation en vigueur. Chacun des couples a eu également droit à une aide financière. Les festivités commencent avec des chants et des danses populaires. Au troisième jour du festival, tous les mariés se rendent aux lacs d'Isli et de Tislit pour une visite traditionnelle.
Moussem mais aussi foire

Le Moussem d'Imilchil n'est pas seulement une célébration de mariage mais c'est également une véritable foire annuelle qui fête la fin de la récolte agricole. Cette foire attire toutes les tribus berbères de la région qui s'y rencontrent. Elles s'approvisionnent en céréales, en couverture et en vêtements avant l'arrivée de l'hiver et les chutes de neige. Elles vendent aussi du bétail comme des chameaux ou des chèvres et d'autres produits issus de leur récolte.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com