Menu

Sport Publié

Décès du supporter du Wydad : L’Etat mis en cause pour la mort de Hamza Bakkali, la famille va faire appel

C’est probablement la première fois qu'une telle sentence est prononcée par la justice au Maroc. Selon le quotidien Al Ittihad Al Ichtiraki, les ministères de l’Intérieur et de la Santé ont été tenus pour responsables de la mort de Hamza Bakkali, le supporter wydadi décédé, le 14 avril 2012, après un match qui opposait le WAC aux FAR de Rabat. La famille, qui a appris la nouvelles par les réseaux sociaux, a l’intention de faire appel.  

Temps de lecture: 2'
DR

Le tribunal administratif de Rabat a statué dans l’affaire Hamza Bakkali, le jeune supporter de foot, décédé en avril 2012, après de violents incidents ayant suivi une rencontre opposant le Wydad de Casablanca au FAR de Rabat. Le ministre de l’Intérieur et le Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd, sous la tutelle du ministère de la Santé, ont tous les deux été tenus pour responsables de la mort du jeune homme. C’est ce qu’assure en tous cas le quotidien arabophone Al Ittihad Al Ichtiraki dans son édition d’aujourd’hui, lundi 5 août.

Selon le journal, les deux départements ont été condamnés à verser la somme de 600 000 dirhams, en guise d’indemnisation à la famille du défunt. Le tribunal administratif a d’abord estimé que la police était responsable des blessures qui ont été provoquées par l'intervention musclée au stade Mohammed V, le jour du match. Il a ensuite jugé que le CHU Ibn Rochd n’avait pas fourni l’assistance médicale «gratuite et obligatoire» à la vicitime, comme prévu par le règlement dans les cas d’urgence.

La famille pas au courant

Contacté ce matin par nos soins, Mohammed Nassiri, l’oncle de la victime, s’est dit très surpris par la nouvelle, vu qu’il ne s’attendait pas à ce qu’un jugement soit prononcé en l’absence de la famille. «On a appris ça par Facebook et la presse. On n’était au courant de rien avant. On est en train de voir ça avec les avocats, mais en tout cas on n’a pas été informé de cette sentence», a-t-il confié, en attendant d'en savoir plus.

Joint une seconde fois, dans l’après-midi, l’oncle de Hamza Bakkali nous a indiqué que les avocats de la famille lui avaient confirmé l’information à leur tour. Mais concernant le verdict rendu par le tribunal administratif, l’homme est resté sceptique.

«C’est un bon point mais ce n’est pas suffisant pour quelqu’un qui est mort, qui avait 20 ans et une belle carrière devant lui», a-t-il regretté. La famille Bakkali ne compte pas en rester là. Selon l’oncle de Hamza, les avocats vont faire appel du jugement. Celui-ci a également rappellé qu’un second jugement relatif au «procès en pénal» devrait être prononcé. La date du verdict est, toutefois, encore inconnue.

Un coup de matraque

Hamza Bakkali, 20 ans, originaire de Meknès, avait fait le déplacement, le 14 avril 2012, à Casablanca pour assister au match ayant opposé le même jour, le Wydad de Casablanca aux FAR de Rabat, pour le compte du championnat marocain. Le choc avait été entaché par de violents incidents ayant éclaté au complexe Mohammed V, entre supporters et forces de l’ordre. Des dizaines de blessés avaient alors été enregistrés, parmi eux se trouverait le jeune supporter.

Ayant reçu un coup de matraque à la tète, Hamza Bakkali a été transféré au CHU Ibn Rochd où il a été admis au service des urgences pour «un traumatisme cranio-facial». Examiné sur place par «un médecin, Hamza est rapidement redirigé vers un autre hôpital pour faire un scanner cérébral. Pris de panique, Hamza a décidé de rentrer chez lui. Prend alors le premier train pour Meknès, mais une fois arrivé au niveau de la gare de Sidi Kacem, le jeune est pris d’un malaise. Il succombera quelques instants plus tard à une hémorragie cérébrale.

Reponse
Auteur : sanfora232
Date : le 07 août 2013 à 09h41
Premierement, si cet hopital etait un bon hopital ils n'auraient pas demander a ce garçon qui etait dans un sal etat de se deplacer dans un autre hopital pour faire d'autres radio; Ils auraient du se rendre compte de la gravité de ces blessures( qui l'ont d'ailleur amené a succombé d'une hemoragie cerebrale) donc ils auraient du le maintenir chez eux et ou appeler une ambulance pour le deplacer car il ne faut pas negliger les blessures à la tete.
Deuxiémement pour ce qui est de la police, excusez moi mon cher mais ce spectateur n'a pas de matraque donc je ne vois pas comment un officier ou un gardien de la paix " entendez un petit peu l'intonation" aurait le droit d'en user face à un jeune garçon de 20 ans. c'est immorale et criminelle, ce garçon n'a rien fais il es aller au stade supporter son equipe, ceci existe partout dans le monde sauf que dans d'autres pays, rares sont les fois ou des supporters meurent.
De plus, je ne sais pas si vous avez dejà entendu parler de la non assistance à personne en danger ?
Si oui, tout votre article ne sert à rien. Si non aller recommencer vos cours de droit à partir du Premier semestre et taché d'aller en cour cette fois ci ....
Sur ce
à Bon entendeur !
condamnation du crime
Auteur : pradine2
Date : le 06 août 2013 à 18h35
la mort survenu de hamza bakkali se doit de s’interroger si le ministère de la santé et de l'intérieur sont vraiment fauteur de crime surtout concernant la santé ; si elle a vraiment refusé de porté soin gratuit à la victime. dans l'une des lignes de l'article concernant la mort dehamza :

1ère critique.

la police dans la plénitude de sa mission , n'a fait qu'établir l'ordre devant de millier de supporter difficile à maîtriser. son rôle était d'agir à l'encontre des agitations
violentes des supporters menaçant son statut.. . après tout ce sont des agents de sécurité qui relève de l'autorité et qui mérité d'être respecté et de faire régner l'ordre n'oublions pas. ce affrontement entre policier et supporters était de haut risque. un policier pourrait aussi trouvé la mort et être blessé.
tout compte faire la mort du jeune supporter est une situation embarrassante ,qui ne vient que des trouble provoqué pas la désobéissance et le refus de se soumettre aux forces de l'ordre.
à ce sujet on peut supposer que la mort de Hamza bien que triste ne fait aucun mérite que par les supporters eux même.
la police a le plein droit d'agir ce qui relève de son autorité et de son ordre de mission.si les supporters avaient été dociles sur ce stade , aucune violence ne serait engendré d'aucune manifestation et ne s'attendra guère à la riposte des forces de l'ordre.



2ème critique
en ce qui concerne la mise en cause du ministère de la santé , il n'y est pour rien dans l'histoire du déçès , on a une preuve qui témoigne qu'ayant pris un coup de matraque sur le crane , la victime a été transféré aux urgences de rochd pour un traumatisme crânio faciale ensuite pour la même cause d'urgence , elle est encore transféré dans un autre hôpital pour un scanner célébral .
mais prise de panique , la victime a pris la fuite pour emprunter la voix de Meknès. c'est à la gare de Meknès qu'elle succomba à ses blessure.



1ère critique /

a l'analyse du sujet , le corps de santé n'est responsable
du décès. d'autant qu'à l'arrivée de Hamza aux urgences avec tous ses états , il a été réçu sans frais de consultation et aurait même éffectué la radio du scanner célébral sans aucun frais.

2ème critique /

la victime est responsable de son sort au regard de son acte , si elle n'avais fuit l'hêpital qu'elle
avait fait la radio , on l'aurait retenu pour ses soins jusqu'à ce qu'elle recouvre son état de santé normale.


Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com