Menu

Politique Publié

DanielGate : Personne ne veut assumer la grâce royale du pédophile espagnol

La journée a été difficile pour les responsables politiques marocains et espagnols. Comment réagir à la délicate affaire de grâce royale du pédophile espagnol Daniel Galvan, sans faire de bourde ? Après un silence assourdissant ce matin, les digues des chargés de communication ont commencé à prendre l’eau.

Temps de lecture: 3'
DR

Jusqu’en début d’après-midi il était difficile d’avoir une réaction officielle du côté marocain ou espagnol. L’affaire du pédophile espagnol gracié par le roi Mohamed VI, mardi à l’occasion de la Fête du Trône, déchainait pourtant les passions sur internet. Mais pour les médias, (surtout la presse en ligne puisque les autres sont restés silencieux) seuls les voix des avocats des familles de victimes et celui du violeur permettaient d’en savoir un peu plus sur les coulisses de l’affaire ainsi que la sortie de Daniel Galvan du territoire.

Il a fallut attendre une première percée avec une source au département communication du palais royal espagnol qui a déclaré -en off- à Alif Post,  qu’il ignorait que le nom d’un pédophile figurait sur la liste des 48 espagnols graciés. Il renvoie la balle vers l’ambassade d’Espagne à Rabat qui était chargée d’établir la liste des bénéficiaires.

Daniel Galvan extradé ou gracié ?

Du côté marocain, difficile d’obtenir plus d’info. Il faudra attendre la conférence de presse organisée après le Conseil de gouvernement par Mustapha Khalfi pour obtenir une réponse laconique : «L’accusé a été extradé». Sur la question de la grâce royale, il se contentera d’un «Je n’ai pas d’autres commentaires à faire.»

Alors que la presse internationale commence à s’intéresser à cette affaire, c’est du côté du département de la Justice que l’AFP réussira à en savoir un peu plus. Joint par téléphone, Mustapha Ramid estime qu’il n’est «pas habilité à commenter» cette affaire, tout en confirmant l’information. Et comme le Porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, il précisera que «l’administration a pour mission d’exécuter. Cet individu fera l’objet d’une extradition, et il sera interdit d’entrée au Maroc». Les éléments de langage ont été bien préparés : on parle d’extradition sans trop s’attarder sur la liste des graciés, pour ne pas avoir à répondre à la question que tout le monde se pose : Qui est responsable de cette grâce royale ? Erreur au niveau de la Direction des Affaires pénales et des Grâces relevant du ministère de la Justice et des Libertés ? Gaffe au sein du palais royal à Rabat ? Ou liste imposée par Madrid suite à la visite mi-juillet du roi Juan Carlos ?

L'Espagne se dégage de toute responsabilité

Du côté espagnol on se défend pourtant de toute implication dans l’élaboration de cette fameuse liste. Une source au ministère des Affaires Etrangères, interrogé par l’agence Europa Press,  a même précisé que c’est au Maroc que revenait l’élaboration de la liste des graciés. L’Espagne n’a proposé aucun nom, ajoute la même source. La position défensive espagnole renvoie donc toute la pression sur Rabat et c’est là que les choses se gâtent. Les digues commencent à lâcher.

Selon une «source crédible proche du ministère» de la Justice citée par Lakome.com, le département de Ramid aurait prévenu le cabinet royal de la présence du nom d’un pédophile sur la liste des graciés. Mais l’ordre reçu était "d'exécuter" les directives du cabinet royal. Information qui donne plus de sens à la déclaration de Mustapha Ramid à l’AFP : «l’administration a pour mission d’exécuter».

Les Espagnols ont donc renvoyé la patate chaude à Rabat, le ministère de la Communication ne dit presque rien, tandis que le ministère de la Justice nous fait comprendre qu’il faut suivre son regard vers le cabinet royal. Le palais royal n’a toujours pas réagi à cette délicate affaire.

Alors que Lakome vient de publier une partie de la liste des graciés (cf ci-dessous) avec le nom du pédophile Daniel Galvan, espagnol d’origine irakienne, alors que la mobilisation grandi sur les réseaux sociaux en vue d’un rassemblement ce vendredi soir devant le parlement à Rabat, tous les yeux et les oreilles sont rivés vers le palais royal. 

Il faut endiguer le tourisme sexuel au Maroc
Auteur : Noproblemo
Date : le 10 août 2013 à 10h59
Commencer par nettoyer Sodome et Gomor ; Marrakech la ville de tous les péchés; le fief des sodomites.
Allez les Marrakchis un peu de dignité. Agissez.
Signalez les individus suspects, placardez par des affiches ou taguez tous les établissements suspects
Vive Vladimir POUTINE
dieu seul le sait,
Auteur : douchan75
Date : le 09 août 2013 à 23h29
Moi je pense ,qu'il n'en savait rien M6,ce sont ces conseillers qui lui ont minimisé l histoire,pour pouvoir toucher un petit pactole de la part de l'éspagne,sachant que le pédophile était un agent secret es^pagnol,ca prouve que au MAROC SI TU AS LE FLOUZ rien ne peut t arriver, c'est triste mais c'est comme ca,
a jaqq l'emmerdeur
Auteur : sarafansud
Date : le 06 août 2013 à 00h20
soit tu es un idiot qui signore,soit tu es un connard de premiere classe.
qui t'as sonné et qui t'as demandé ton avis.
que vient faire l'algérie la dedans.
tu n'est rien d'autres qu'un emmerdeur.
Non mais!
Auteur : sunny2000
Date : le 04 août 2013 à 13h54
@TIBASS "notre pays reste un modèle unique" Je veut bien le croire Tourisme sexuel, prostitution ,drogue... Et j'en passe!
Au Royaume des pédophiles, les alaouites sont Rois
Auteur : matis79
Date : le 04 août 2013 à 12h54
Réponse à Tibass
Dans un pays aussi fliqué que le Maroc, ou tout se sait, ou les informateurs sont partout, où chaque individu est fiché, comment est-il possible de croire que le cas du pédophile n'était pas connu du Palais quand il autorise sa grâce.
A chaque élection au Maroc, tous les noms des candidats sont épluchés pendant des semaines par les services de renseignement, les Wilayas donnent leur aval à chaque candidat et chaque liste. Tous les noms y passent en détail.
et là pour un cas aussi grave, on essaie de nous faire croire, encore une fois selon la même vieille rengaine marocain, "le roi ne savait pas"...il ne sait jamais rien, même quand on emprisonne des gens pour rien ,quand on tabasse des manifestants pacifiques, quand on corrompt, quand on vol,...rien le petit Roi Mohammed VI est aveugle, il ne sert d'ailleurs pas à grand chose à part dilapider l'argent du pays et compter ses milliards!!!
Le Roi est coupable et complice, et rien n'oblige les marocains à lui faire allégeance, il n'est pas Dieu! Il est aussi coupable que dans les autres affaires de pédophilie, où l'on nous promet des enquêtes depuis plus de dix ans (affaire Servaty, affaire Ferry,...). Les pédophiles viennent au Maroc avec la complicité des autorités et sont relâchés avec la même complicité.
tous les marocains devraient manifester leur colère et leur mécontentement et demander des comptes au responsable des grâces royales : mohammed VI.
VIVE LE PEUPLE!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate