Menu

Article

Qatar : L’arrivée de cheikh Tamim au pouvoir bénéficiera-t-elle au Maroc ?

Comme en 1995, le Qatar connait une nouvelle révolution de palais à une exception près, c’est le père qui abdique, cette fois, au profit de son fils. Les raisons de ce changement ne sont pas encore révélées : S’agit-il d’un dictat des Etats-Unis en représailles aux mauvaises fréquentations du cheikh Hamad de certains milieux intégristes, hostiles à Washington ? Concernant les relations entre Rabat et Doha, elles devraient profiter de cette passation du pouvoir. Contrairement à son père, cheikh Tamim est, plutôt, en de bons termes avec le roi Mohammed VI.

Publié
Le roi Mohammed VI avait été reçu à l'aéroport par cheikh Tamim en octobre 2012 / Ph. MAP
Temps de lecture: 2'

Le pays d’Al Jazeera a un nouvel émir. Tamim accède au pouvoir après que son père, Hamad, ait abdiqué. Une première dans le monde arabe où les responsables contractent un abonnement fidélité avec le pouvoir ; seuls la mort, la révolution ou les coups d’Etat parviennent à mettre un terme au contrat.

Le Maroc, même étant loin géographiquement du Qatar, est concerné par ce changement à la tête de l'emirat, d’autant que sous l’autorité de Hamad, les relations entre Rabat et Doha ont connu de nombreuses phases de tensions que ce soit sous le règne de Hassan II ou celui de Mohammed VI. L’arrivée de Tamim, 33 ans, à la présidence de l’émirat contribuera-t-il à favoriser les conditions de retour de confiance entre les deux pays, telle qu’elle prévalait avant le coup d’Etat de 1995 ayant amené le fils Hamad au pouvoir et l’exil de son père en Europe, où il vit toujours.

Le dernier contact entre le roi et Tamim remonte au 14 mai

Contrairement à son père, le nouvel émir n’aura aucun ressentiment envers le Maroc. Ni lui ni le roi Mohammed VI ne sont concernés par le différend survenu entre Hamad et les rois d’Arabie saoudite, de la Jordanie et du Maroc et de l’ancien président égyptien, Moubarak, sur les raisons présentées par Hamad pour justifier le putsch de 1995 contre son père. Quatre pays que l’ancien émir tenait à sanctionner presque quotidiennement grâce à la chaine Al Jazeera, devenus sujets favori de l’actualité présentée par la chaine.

Avant même d’accéder au pouvoir, l’émir Tamim a réussi, en 2010, à réconcilier Doha avec les Saoudiens. La même année, il effectue une visite au Maroc au cours de laquelle il a eu des entretiens avec le souverain. Depuis, les contacts entre les deux responsables se sont multipliés, le dernier remonte au 14 mai, lorsque le roi a téléphoné à Tamim, alors prince héritier. L’agence qatarie qui a rapporté la nouvelle n’a pas donné davantage de détails sur les sujets abordés lors dela conversation.

Cette ouverture sur les Etats autrefois qualifiés d’ennemi du Qatar, est appelée à se consolider. Le nouvel émir, plutôt doué pour les affaires, est le président de Qatar Investment Authority, un fonds souverain de 115 milliards de dollars. Le nouvel emir devrait poursuivre la politique du rayonnement de son pays mais en insistant particulièrement sur l’économie. Une opportunité qui s’offre donc au Maroc.

QIA a plus de 100 MM$ d'actifs
Auteur : webmaster
Date : le 12 juillet 2013 à 18h31
Bonjour Apocaliptico,

Sur le site du SWF Institute, on parle même de 115 MM$ :
http://www.swfinstitute.org/swfs/qatar-investment-authority/

Il est classé 12ème :
http://www.swfinstitute.org/fund-rankings/
QIA
Auteur : apocaliptico
Date : le 12 juillet 2013 à 16h35
Bonjour,

Serait possible d'avoir la source indiquant le capital de QIA (100 MM$) ?

Merci d'avance.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com