Menu

Article

Le parlement devient le souk aux jellabas pour un marchand ambulant [Insolite]

Les députés marocains ont du pain sur la planche. Tellement occupés, qu’ils n’ont même pas le temps d’acheter une djellaba alors que le ramadan approche. Un vendeur ambulant a trouvé le remède : il s’est déplacé vers eux. Une autre lecture du très officiel slogan «rapprocher l’administration des citoyens». Qui sait, peut-être que dans un avenir proche, ce marchand ne sera pas le seul, d’autres camarades pourraient le rejoindr. Au parlement, grâce à l’immunité de leurs clients, ils auraient au moins la garantie d'être protégés des rafles de la police et des forces auxiliaires.

Publié
Un vendeur ambulant au parlement /DR
Temps de lecture: 2'

Spécificité marocaine oblige, le parlement marocain s'ouvre aux marchands ambulants. Toutefois, cette politique d'ouverture est, encore, au stade de l'expérimentation. Elle se fait aux compte-gouttes. Rares sont les «Farrachas» (les commerçants sans boutiques fixes) qui traversent le cordon sécuritaire et parviennent à entrer dans l’antre des «élus de la nation». Les journalistes en savent quelques choses.

Parmi ces privilégiés se trouve un vendeur de tissu de djellabas. La photo le montre, d’ailleurs, en pleine discussion avec trois députés. L’homme assis sur un fauteuil parait confiant et ne semble guère intimidé par son intrusion au parlement.

Visiblement, c’est un habitué des lieux. Et c’est donc en conséquence qu’il agit. Contrairement à ses camarades qui sillonnent les cafés et les rues portant leurs marchandises dans des sacs noirs en plastique, notre chanceux vendeur a bien rangé les morceaux de tissus de djellabas dans une sacoche grise en toile. Les honorables députés aiment être traités avec déférence.

Aux hommes les djellabas,  aux femmes les gâteaux

La photo de ce marchand ambulant de djellabas a fait le buzz sur internet. Serait-elle un cas isolée ou sommes-nous en face d’une pratique récurrente au parlement? Le site saoudien alarabiya.net, en se basant sur les confidences d’une journaliste marocaine, penche plutôt pour la seconde option.

La publication en ligne AlArabyia.net avance que les députées seraient intéressées par les gâteaux traditionnels. Une femme les approvisionnerait en cornes de gazelle et autres succulentes spécialités marocaines, très prisées en période de ramadan. Il ne faut pas oublier qu'à l'approche du mois sacré, les clients se bousculent dans les boulangeries. Là aussi, le slogan «rapprocher l’administration des citoyens» trouve tout son sens.  

promesse tenue
Auteur : sarafansud
Date : le 14 juin 2013 à 10h20
parmi les promesses de compagne du PJD ,la lutte contre le chômage.
donc au lieu de rafler les marchands ambulants et saisir leur marchandises, ils sont tolérés a commercer au sein du parlement. c'es la joutya-parlement.
le souk au parlement
Auteur : monbled59
Date : le 14 juin 2013 à 09h35
je propose qu'il y ai également des vendeurs de cigarettes, de zetla, de figues fraiches, c'est la saison et bientot de figues de barbarie, ....et un marchand de sardines...
Wawwww
Auteur : Akhbar...
Date : le 13 juin 2013 à 18h32
hhhhhhhhhhhhhhh bonne volonté d'entreprenariat ... Quel imagination !! Ça vaut un article ... hhhhhhhhhhhhhhh
nimporte quoi
Auteur : mala1
Date : le 13 juin 2013 à 15h58
pfffffffffffffffffff c un parlement ou un marché faut arreté sa devient nimporte quoi la politique au maroc
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com