Menu

Article  

Maroc : Le PJD attaque le projet royal de l’INDH

Même en étant à la tête de la majorité gouvernementale, certains élus du PJD n’oublient pas leur premier amour : l’opposition. Hier au parlement, le groupe des députés de la Lampe s’est attaqué aux 18 milliards de dh de l’INDH, un projet pourtant hautement royal.

Publié
Inauguration de projets à Safi dans le cadre de l'INDH /DR MAP
Temps de lecture: 2'

Le 18 mai, le Maroc a célébré en grande pompe le 8ième anniversaire du lancement du l’INDH (Initiative nationale de développement humain). Un projet d'une envergure nationale et même royale puisqu'il a été lancé le 18 mai 2005, par le roi Mohammed VI. Durant plusieurs jours, les télévisions officielles ont diffusé des reportages annonçant la réussite du programme. Hier au parlement, le PJD a tenu à apporter un autre son de cloche qui tranche avec le satisfecit général.

Lors de la séance hebdomadaire des questions orales, un député islamiste a interpellé le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, sur les irrégularités que connait l’INDH et la gestion de son budget peu conforme au principe de transparence. Surpris par le ton du PJDiste, le titulaire du département de l’Intérieur s’est vite ressaisi et a défendu comme il se doit le projet royal que son ministère chapeaute. «S’il y a un programme transparent  au Maroc ça ne pourrait être que l’INDH», affirme-t-il. Laenser a rappelé que 7 millions de Marocains bénéficient de ce chantier auquel est alloué 18 milliards de dh dont 11 MM dh sont des contributions de l’INDH.  

Dysfonctionnements à la pelle selon le PJD

Commentant la réponse du ministre, un autre député du PJD a poursuivi les attaques des islamistes à ce projet, indiquant qu’il y a eu «déviation des nobles objectifs de l’INDH» au point de «servir des intérêts électoralistes». Pour appuyer ses propos, l’élu a cité «les observations du Conseil économique social et environnemental». Et d’enchainer en parlant d’ «échecs de programmes réalisés dans plusieurs régions. Ce qui explique que nous avons aujourd’hui des maternités dans des zones montagneuses fermées faute de personnel. Et c’est pareil pour des maisons de jeunes dans des villes».

Reprenant la parole, le ministre de l’Intérieur a déclaré que les projets de l’INDH font l’objet d’un double contrôle de la part de l’inspection général de l’administration territoriale, relevant de son département, et de l’inspection général des finances dépendant du ministère des Finances. Voilà une passe d'armes qui ne devrait pas raffermir la cohésion gouvernementale. 

Il a bien raison d'attirer l'attention des ministères concernés.
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 28 mai 2013 à 17h54
Il était bien gentil! Le PJD n'attaque pas l'ensemble du projet royal de l’INDH , il fait une réflexion sur la gestion de certaines institutions financés par le l’INDH (Initiative nationale de développement humain), il pointe certains responsables, la récupération politique de certains partis, le manque de contrôle sur les finances, la pénurie du personnel, et la gestion de l'INDH.

Il a bien raison d'en parler, pour attirer plus d'attentions sur échecs de programmes réalisés dans plusieurs régions.

Ceci dit, la même remarque doit être faite sur d'autres programmes à l'intérieur et à l'extérieur du pays, le manque de leurs suivis et de contrôle de leurs finances.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com