Menu

Article

Sahara : Rabat interdit à un journaliste espagnol d’entrer à Laâyoune

Le Maroc poursuit sa politique d’ouvrir le Sahara aux médias étrangers au compte-gouttes. Les anglo-saxons ont, du moins jusqu’à preuve du contraire, un traitement de faveur alors que les Européens latins sont des persona non grata. La semaine dernière, Rabat a expulsé de Laâyoune un journaliste italien. Mardi, c’est au tour d’un Espagnol de subir le même sort.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le Maroc a interdit, mardi, à un journaliste espagnol, travaillant à la station régionale Las Palmas de la radio Ser, d’entrer à Laâyoune. Une fois interrogé par des agents de la sûreté, durant une trentaine de minutes dans une salle de l'aéroport, il a été invité à monter à bord du même avion qu’il a pris en partance des Iles Canaries. La Ser assure que son salarié était, pourtant, muni d’un faxe adressé par la direction de la radio au ministère de la Communication. Elle n’a pas, pour autant, parlé d’un éventuel aval du département de Mustapha El Khalfi. Le journaliste espagnol se rendait au Sahara pour relayer la commémoration du 40ième anniversaire de la création du Polisario au Sahara.

La marche d’hier à Laâyoune n’a pas eu lieu

La grande marche d’une heure des polisariens qui devait se tenir, hier après-midi, n’a pas eu lieu. Une source à Laâyoune, indique que vers 16h30 (GMT) des dizaines de personnes commençaient à se rassembler au boulevard Smara mais elles sont très vite rentrées chez elles. Le fort déploiement des forces de sécurité a servi d’élément dissuasif aux sympathisants du Front qui essayaient d'initier la manifestation. Par ailleurs, la Wilaya de Laâyoune a rappelé, dans un communiqué, sa décision d’interdire toute marche ou sit-in non autorisé. Appréhendant de possibles confrontations entre la police et les jeunes, les propriétaires des cafés et autres boutiques de l’avenue Smara ont préféré fermer leurs commerces.

Des heurts à Boujdour

Si à Laâyoune, la police a empêché, mercredi, la tenue de mouvement de protestation, ce n’est pas le cas à Boujdour où la situation était plus tendue. La ville portuaire a connu, hier après-midi, des affrontements entre les forces de l’ordre et des diplômés sahraouis réclamant de l’emploi direct dans la fonction publique. Des informations font état de l'«usage excessif de la force» lors de la dispersion de la manifestation, laquelle n’aura duré, en tout, que cinq minutes. Boujdour est le nouveau bastion des sympathisants du Polisario au Sahara.  

journaliste ou simpatisant ?
Auteur : sarafansud
Date : le 24 mai 2013 à 10h23
si c'est un simpatisant du Polisario, il ferait mieux d'aller prendre des (vraies)nouvelles de Bouteflika,
/
Auteur : Files
Date : le 23 mai 2013 à 17h24
C'est tout ce qu'il nous manquait, un journaliste étranger qui vient relayer la commémoration du 40ème anniversaire de la création du Polisario ! La moindre des choses était de l'interdire de se rendre à Laâyoune, bien fait.
Dernière modification le 23/05/2013 17:59
Bravo!
Auteur : hammdouchi
Date : le 23 mai 2013 à 16h40
voila l'exemple ,qui touche la sécurités d'un pays qu'il ne soit pas le bien venu ;bravo comme cela attire le respecté. on veut pas d'associations et journalistes mercenaires au sud du Maroc . notre cause national est de venue marchandise de la part de certain journaliste "tu décores bien ,tu peut vendre" ;voila la politique qu il faut suivre soit juste !ou casse toi ! .
Dernière modification le 23/05/2013 16:41
le maroc a raison
Auteur : sakki
Date : le 23 mai 2013 à 16h26
et pourquoi les espagnoles
les français
l'europe en général refusent l'entrée des autres chez eux ?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com