Menu

Grand Angle

Espionnage Maroc/Espagne : La police catalane contredit le CNI sur l'affaire Ziani

Nouveau rebondissement dans l'affaire Ziani. La direction du Centre National d’Intelligence (CNI) est dans une mauvaise situation. Et pour cause, la police locale de la Catalogne vient de lui asséner un coup dur en niant toute participation dans l’enquête sur le ressortissant marocain. La thèse de la collaboration avec un service d’Etat étranger est sur le point de voler en éclats, seul reste l’engagement du Marocain en faveur de l’indépendance de la Catalogne, comme réel élément qui explique l’ordre de l’expulsion de Ziani.

Publié
Noureddine Ziani, Président de l’Union des centres culturels islamiques de la Catalogne /DR
Temps de lecture: 2'

Nouvel élément dans le dossier de Noureddine Ziani, ce Marocain que le CNI espagnol veut expulser d’Espagne pour une présumée collaboration avec la DGED, les services de renseignements du royaume chérifien. Hier, «Los Mossos d'Esquadra», la police locale de la Catalogne, a nié toute implication dans le processus d’investigation mené par le contre-espionnage espagnol concernant le cas Ziani, indique l’édition en ligne du quotidien La Vanguardia. Un coup dur pour les plans des services du général Félix Sanz-Roldán visant le renvoi du ressortissant marocain dans son pays d'origine.

La publication révèle, sur la base de sources au sein du CNI, que l’enquête concernant Ziani, remonte à 2010 et a connu la participation de «Los Mossos d'Esquadra». Une entité policière qui est sous la tutelle directe de la Genaralitat, le gouvernement autonome de la Catalogne, dirigé actuellement par une coalition de deux formations de droite nationalistes : Union démocratique et Convergence démocratique à laquelle adhère Noureddine Ziani. Les deux partis sont farouchement pour l’indépendance de cette région. Les autorités de Madrid n’ont aucun droit de regard sur les activités de cette police locale.

Le CNI a agi selon  des «motivations politiques»

En Catalogne, les réactions de réprobation de l'ordre du CNI d’expulser Noureddine Ziani, se poursuivent. Hier, on apprenait que l'eurodéputé de Convergence et Union (CiU) Ramon Tremosa, avait interpellé la Commission européenne sur cette affaire. Aujourd’hui, c’est au tour de la Generalitat de Artur Mas de monter au créneau pour dénoncer une telle mesure. Dans des déclarations à Catalunya Radio, Roger Albinyana, le chargé des Relations internationales au sein du gouvernement autonome de cette région, assure que la décision du CNI d’expulser Ziani obéit à des «motivations politiques» à cause de l’engagement du Marocain dans le projet indépendantiste de la Catalogne.

Ziani : «je ne suis pas un salafiste»

En attendant la ratification de l’ordre d'expulsion, Noureddine Ziani n’a pas modifié son agenda. Hier à la fondation «Nous Catalans», il donnait un cours au profit d’imams et acteurs associatifs. «Je n’ai jamais fait l’apologie du radicalisme, bien au contraire», a tenu à préciser aux journalistes le président de l’Union des centres culturels islamiques de la Catalogne.

En réponse à une question si l’ordre d’expulsion émis contre par le CNI serait lié à ses opinions en faveur de l’indépendance de la Catalogne, Ziani a répondu, sur un ton sarcastique, «je serais surpris de savoir que c'est pour un autre motif». Visiblement très sûr de lui, il a ajouté que «le fait d’avoir des opinions ou des idées partagées avec autrui ne relève pas du délit».

Selon, toujours la version en ligne du quotidien La Vanguardia, c’est au n°2 du ministère de l’Intérieur du gouvernement Rajoy que revient la mission de signer l’ordre d’expulsion de Noureddine Ziani. Une affaire à suivre.

Au moins le Maroc était franc :-)
Auteur : berhoc
Date : le 14 mai 2013 à 19h44
Au moins le Maroc a été franc en ayant expulsé les 3 norvégiens, on voit maintenant comment l'Espagne sombre dans le mensonge pour montrer à quel point il est sensible à cette question d'indépendance de la Catalogne !

C'est flagrant, ce Monsieur est salafiste du jour au lendemain mdddddr !

Les droits de l'homme ne sont qu'un leurre même dans les pays occidentaux, j'étais toujours sûr de cela, on est l'accusateur et le juge au même temps !

J'imagine si cela était arrivé au Maroc waou mdddr la pluie des éloges qui nous seront tombés dessus !
Dernière modification le 14/05/2013 19:58
agent 000 pour vous servir
Auteur : tayron 91
Date : le 14 mai 2013 à 19h31
De toute façon c'est un espion quoi qu'il arrive et un salafiste déguisé . Normal que les Catalans le soutiennent car il veut l'indépendance de la catalogne alors qu'il n'est meme pas citoyen Espagnole car on lui a refuser cet honneur et tant mieux . De toute façon il sera expulser au Maroc ainsi il pourra parler de l'indépendance des Sahraouis ou du rif mais il risque la prison et la torture donc il va se taire et finir clochard au Maroc car le contre espionnage Marocain va le jeter comme un chiffon sale . Il mérite amplement l'expulsion car un titre de séjour comme une nationalité se mérite surtout quand on vient d'un pays de non droits .
Dernière modification le 14/05/2013 19:34
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com