Menu

Sport Publié

Football : Les joueurs pro sans couverture sociale

L'Ittihad Zemmouri de Khemisset souhaite donner des avantages sociaux aux footballeurs. Mis en avant dans le JT de 2M, avec son porte parole, Abdellah El Gaouzi, au premier plan, le club zemmouri pourrait entrer dans les annales en devenant le premier du Maroc à inscrire ses joueurs à la CNSS. Une initiative louable, mais utopique. Explication.
Temps de lecture: 2'
DR
Que ceux qui n'ont pas été touchés par cette annonce au JT de 2M du dimanche jettent la première pierre. Un événement dans l'histoire du football marocain. L'IZK frappe un grand coup : Déclarer ses joueurs à la CNSS. Personne n'avait encore osé. Comment se fait-il qu'aucun de nos footballeurs n'en bénéficie aujourd'hui? L'acte est certes « courageux », comme le confirme Saïd Belkhayat, vice-président de Maghreb Association Sportive de Fès (MAS), mais « c'est surtout la sortie médiatique qui est réussie », ajoute-il. En effet, il semblerait que l'informel soit monnaie courante dans le milieu sportif. A moins de n'être repéré par un sélectionneur étranger, quel qu'il soit, le footeux marocain n'a pas de grandes chances de vivre de sa passion.

Inutile de se munir d'un exemplaire du Code du travail marocain pour défendre les droits des footballeurs, ils n'en ont pas. Les joueurs marocains sont soumis à la licence fédérale. Point. Le club de football « évolue dans l'informel. Il échappe donc à la mesure fiscale», explique le vice-président du MAS. D'une part, « Le club n'a pas le droit d'être propriétaire ». Autrement dit, une entité qui ne peut jouir d'un bail commercial ne peut prétendre au titre de « société ». Là, tout s'enchaîne. « Pas de société, donc pas d'impôts, pas de contrat de travail, pas de statut de salarié », renchérit Saïd Belkhayat. Même son de cloche au sein de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), pour qui « footballeur n'est pas un métier ». Notre source souligne, concernant le cas IZK, qu'il est absolument « impossible que le dossier soit recevable par la CNSS, les clubs de football ne disposant d'aucune affiliation. Sous quel statut voulez-vous que le joueur soit inscrit ? ».

En somme, une mise à niveau s'avère urgente. Le cas IZK permettra peut-être au moins de soulever le problème de l'informel, donc du statut des joueurs. Seulement, déclarer ses joueurs à la CNSS est de « la pure intox », fustige le vice-président du MAS. Alors pourquoi une telle annonce? Sortie médiatique ou manque d'information ? Abdellah El Gaouzi, porte-parole de l'IZK, rectifie les propos du journaliste de 2M dans la mesure où la demande d'affiliation n'a pas encore été déposée. Interpelé quand au statut du footballeur et l'impossibilité d'être affilié à la CNSS, M. El Gaouzi n'a pas semblé être au courant. Il nous a répondu : « Je ne suis pas au courant. Le dossier est encore entre les mains du club. Nous le déposerons plus tard. »

En attendant, les joueurs de tout le pays n'ont plus qu'à espérer que la Fédération royale marocaine de football (FRMF) accélère les réformes engagées, sans quoi, et à défaut du ballon, c'est sur leurs têtes qu'ils finiront par taper.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com