Menu

Article

Akhannouch - Plan Maroc Vert : « Une manipulation des chiffres pour une grosse opération de com’ » au SIAM 2013

Aziz Akhannouch ne tarit pas d'éloges pour son Plan Maroc Vert (PMV). A l’ouverture de la huitième édition du Salon international de l’agriculture de Meknès (SIAM 2013), le ministre a fait état des avancées du PMV, chiffres à l’appui. Seulement, sa base statistique soulève l’équivoque. L’économiste Najib Akesbi, sans détour, évoque une «manipulation des chiffres pour une grosse opération de communication», la réalité étant très loin des apparences. 

Publié
Le bilan du Plan Maroc Vert est-il aussi positif que l'affirme le ministre de l'Agriculture ? /DR
Temps de lecture: 3'

«Cinq ans après son lancement, le Plan Maroc vert (PMV) en est à la moitié de ses réalisations. Il a permis d’améliorer les revenus de plusieurs milliers de petits agriculteurs et de donner une grande impulsion au secteur en général en encourageant l’investissement productif et boostant les différents chantiers», a déclaré le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch, mardi 23 avril, à l'ouverture du Salon international de l’agriculture de Mèknès (SIAM 2013).

«Bilan très riche» ?

«Le bilan [du PMV] est très riche», affirme le ministre dans une interview accordée à l’Economiste. Dans les faits, il parle d’une croissance de 43% de la production agricole sur la période 2008-2012 par rapport à 2005-07, et d’un accroissement de 32% du PIB agricole sur la même période. La productivité des différentes filières agricoles, quant à elle, a enregistré un saut de 56%, se félicite le ministre.

En prêtant attention aux statistiques du ministre, on est tout de suite frappé par la différence des plages temporaires qu’il compare : 2005-2007 et 2008-2012. Peut-on obtenir des données fiables sur cette base ? La méthode n’étonne cependant pas Najib Akesbi, économiste, enseignant-chercheur à l'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat. Pour lui, la présentation du ministre au SIAM 2013 n’est qu’une «grosse manipulation des chiffres pour une énorme opération de communication». 

«Depuis 5 ans, le ministère ne produit pas de statistiques»

«Demandez au ministère de vous donner des statistiques certifiées de l’agriculture dans le pays comme le font tous les pays qui se respectent, poursuit l’économiste. Il n’en aura pas. Depuis 2008, le département de l’Agriculture ne produit plus d’informations statistiques», relève M. Akesbi soulignant que sur le site du département dirigé par Akhannouch, ne figure que «des bribes d’informations, mais rien de sérieux».

Le plus déplorable d’après cet universitaire est que «jamais le ministère de l’Agriculture n’a autant manipulé les chiffres et fait preuve d’une telle pauvreté en matière de statistiques». «Je constate avec affliction qu’une large tranche de la presse avale toutes ces informations sans y apporter un regard critique», s’alarme-t-il.

Si on se focalise par exemple sur la filière oléicole, le bilan est plutôt négatif compte tenu des ambitions affichées au départ, mais le ministre n'en parle pas. Il fait uniquement état de l'augmentation de 27 % de la production d'huile d'olive. Or, cette filière fait face à d’énormes défis nécessitant de sérieuses mesures. Elle reste également handicapée à l’export, alors que c’est justement pour booster la commercialisation à l'international que cette filière est l'une des priorités du PMV. Le problème est d’autant plus sérieux que l’huile d’olive marocaine «n’est pas compétitive sur le marché international», reconnait sur les colonnes du quotidien Les Echos, Noureddine Ouazzani, enseignant-chercheur à l’ENA Meknès et directeur de l’agropôle Olivier.

«L’huile d’olive a eu son heure de gloire, vers le milieu des années 2000», lance Najib Akesbi. D’après lui, le Maroc a voulu tirer profit de cet essor en faisant de grands projets sur le long terme. «C’est facile quand la demande est forte. Mais la situation a changé en quelques années», dit-il.

Le Plan Maroc Vert «programme l’insécurité alimentaire»

Avec tous ses objectifs ambitieux, M. Akesbi estime que le Plan élaboré par Aziz Akhannouch et son équipe «prône une agriculture à deux vitesses et s’inscrit ainsi dans un modèle productiviste des années 50». Un modèle qui a pourtant été un échec en Europe, rappelle-t-il.

Pire, le PMV «ne présente aucune notion de la sécurité alimentaire» qui veut qu’il y ait un équilibre entre la production et la consommation, relève l’économiste, ajoutant qu’au contraire, ce plan «programme l’insécurité alimentaire». Il estime que le plus important dans un programme comme celui-là, c’est de savoir si la prévision de production en 2020 couvrira la consommation. «Mais dans ce plan, il n’y a nulle part l’ombre d’une éclaircie sur la question», déplore-t-il. Faute d’obtenir des évaluations sérieuses de la part du département d’Akhannouch, les universitaires vont sur le terrain. «En discutant avec les acteurs, on se rend compte que la réalité est très loin de l’image véhiculée par les officiels», confie M. Akesbi. Et d’ajouter : «on voit bien que le gouvernement n’a pas le souci des choses bien réfléchies».

« Le seul vrai déterminant du cours de l’agriculture reste la pluie et le beau temps »

Pour la campagne de cette année, le ministre s’attend à de très bons résultats en raison des fortes pluies observées depuis fin 2012. En effet, le cumul pluviométrique national avoisinait les 434 mm à mi-avril, soit une augmentation de 27% par rapport à une année normale et de 91% par rapport à la campagne précédente à la même date. De plus, les barrages nationaux ont enregistré « un taux de remplissage de 92% », relève le ministre. Cela devrait occasionner, d'après M. Akhannouch une production record pour les céréales de 97 millions de quintaux dont 52 millions pour le blé.

« C’est la preuve que le seul vrai déterminant du cours de l’agriculture reste la pluie et le beau temps et non le Plan Maroc Vert », affirme M. Akesbi, soulignant que l’an dernier, quand il y avait la sécheresse, on a justifié les mauvais chiffres agricoles par l’absence des pluies, sans même évoquer le Plan Maroc Vert.

Indépendance alimentaire.
Auteur : Assayag David
Date : le 26 mai 2013 à 07h11
Bonjour;
Il est certain que nous sommes loin de cette indépendance.
Les OBLIGATIONS d'importation ( ignorées d'une bonne partie de la population ) sont plus que parlantes.
Ajoutez à celà le déficit de la balance des paiements, accumulation de dettes et d'intérêts que nous laisserons en héritage.
L'annonce faite comme une victoire, par le chef du gouvernement, disant fièrement qu'en 2020 nous produirons 56% de notre sucre est plus que significative.
L'augmentation régulière de la population glycémique et la charge budgétaire qu'elle implique ne semble soulever aucune réaction.
L'eau arrive bien dans nos maisons, pourquoi n'arriverait elle pas dans les champs?
Les routes de l'eau avec aussi le dessalement de l'eau de mer ne seraient elles pas une solution?
Matière à reflexion et aussi d'action!
Développer la production de graines à germer, aliment vivant, qui couvre par une faible dose la totalité des besoins journaliers en nutriments, n'apporterait il pas une amélioration de la santé de la population et la satisfaction à moindre coût des besoins alimentaires de la population pauvre (1/4 de notre population) et des femmes enceintes qui connaissent des moments très difficiles pour manque de nutriments?
Mener rapidement, sans les tergiversations d'usage, des actions pour produire notre blé et notre sucre ( stevia ) qui n'a pas les inconvénients du sucre et des édulcorants synthétiques s'imposent à nous et doivent être encouragées par tous.
Bon courage.
David Assayag
En plus de la subvention le petit agricole a besoin de l'assistance
Auteur : zsahara
Date : le 01 mai 2013 à 22h54
Nous espérons que l'année se termine bien pour les agriculteurs et donc pour le Maroc.
Si le plan Maroc Vert connu des manips ce n'est pas par le Ministre mais par les marocains opportunistes qui sachent comment profiter de tous les avantages et dans tous les domaines agricoles, tourismes , logements;
Alors, il faut poser des critères pour que tout le ùonde peut profiter et qu'une personne ne peut pas être multibénéficiaires des subventions de l'état surtout si on est pas un petit agricole ou petite entreprise.
Une liste des bénéficiaires et un audit peuvent aider le Plan Maroc Vert à atteindre et même dépasser ses objectifs.
Les petits agricoles ont besoin d'un peu d'assistance et de la simplification des procédures.
Les propos de Monsieur Akesbi ne doivent pas plaire à Monsieur le Ministre Akhannouch de Sa Majesté.
Auteur : Chibani2
Date : le 25 avril 2013 à 07h45


C'est de la poudre aux yeux "Poudre de perlimpinpin" et rien d'autres,avec la complicité de S.M.
Majesté et Messieurs les Ministres de la Cour,LE MAROCAIN N'EST PLUS DUPE.
Des statistiques,encore des statistiques et des chiffres,il faut être aveugle pour n'être pas ébloui.
Dernière modification le 25/04/2013 07:46
Et l'agriculture biologique??
Auteur : axis7
Date : le 24 avril 2013 à 20h41
l'agriculture biologique c'est l'avenir. Respect de la biodiversité, moins d'eau grâce a moins de labour et respect des organismes vivants qui fertilisent la terre. Plus de marge aussi.
L'ecologie n'est pas un luxe mais une necessité.
L'ecologie est notre patrimoine.
l'Agro-tourisme est facteur de croissance qui répond a une forte demande.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com