Menu

Sport Publié

Match France-Maroc au Stade du Maroc

Un coup d'oeil panoramique suffit à comprendre que si ce match-là était un événement pour la communauté marocaine, la ferveur française, elle, avait fait la grève. Comme si en prévision de ce samedi particulier, le supporter tricolore avait déjà monté son campement devant cette sacro-sainte télévision, la même qui le transportera ce soir à Glasgow pour prier aux côtés des Italiens.
Temps de lecture: 2'
DR
Comme toutes les excuses sont bonnes parfois, on écrira qu'il faisait frisquet, en dessous de zéro en tout cas, que la perspective de s'échauffer dans les bouchons puisque les transports en commun restèrent à l'arrêt n'avait rien de très excitant, plus un match dénué de tout intérêt sportif, tout cela finit par créer un découragement national. On ajoutera que le stade de France, si difficile à rallier dans les horaires en raison d'invraisemblables embouteillages, se remplit très péniblement pour le coup d'envoi. Il fallait deux heures d'horloge pour accomplir le court chemin depuis la Porte de la Chapelle ! Même si les 80.000 places de l'enceinte avaient été réservées, il fallut en déduire que certains renoncèrent devant la galère d'un voyage aller-retour en banlieue.

Le contraste était évident avec la vision de 50.000 Marocains fous de joie à l'idée de fêter une occasion finalement pas si fréquente : découvrir la sélection nationale. Beaucoup de gamins bruyants et très turbulents agitèrent donc leur drapeau avec l'étoile, un moment fort de nationalisme pour ce million de Marocains vivant dans l'Hexagone. Rien de bien méchant, en tout cas, rien d'excessif dans les comportements jusqu'à l'entrée des Bleus pour l'échauffement, accompagné par une bordée de sifflets. Plus violente encore au moment de l'annonce de la composition des équipes. Curieusement seuls Samir Nasri et Hatem Ben Arfa eurent un petit régime de faveur.

Le stade était marocain, rouge de plaisir, cela se comprend aisément mais franchement hostile aux Bleus, voilà qui dénatura bien vite la soirée. Pour se mettre en condition avant un voyage en Ukraine, il y avait là une sorte de test mental. Mais on se souviendra aussi qu'après le triste spectacle d'un Parc des Princes écossais un soir tragique, l'épisode d'hier finira par détourner l'équipe de France de sa capitale. Elle n'est pas celle du football en tout cas, mais cela, on s'en doutait depuis un moment déjà...

Restait à franchir le cap des hymnes, chantés pour la première fois par une chorale strasbourgeoise, et donc la Marseillaise. Mauvaise surprise, une fois de plus, elle fut copieusement conspuée. Décidément une vilaine habitude. Presque de quoi ressusciter le syndrome d'un mémorable France-Algérie de 2001 ! La fraternité qui avait servi à l'élaboration de ce rendez-vous entre compagnons du championnat de France en avait pris un méchant coup. La suite n'allait pas franchement rassurer côté tribunes, même si sur la pelouse on resta très correct la plupart du temps. Tant mieux dans ce climat chahuté le match aurait peut-être mal supporté d'autres contrariétés.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com