Menu

Breve

Royaume-Uni : Le retour de la gauche au pouvoir menace l’accord avec le Maroc, intégrant le Sahara ?

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Une vague rouge a submergé, jeudi 4 juillet, les côtes du Royaume-Uni. Le Parti Travailliste a repris le pouvoir. Les résultats des élections législatives anticipées ont donné la majorité absolue, 411 députés sur un total de 650, à la formation présidée par Keir Stramer à la Chambre des représentants, mettant ainsi un terme à 14 années de règne des conservateurs. L'ex Premier ministre, Richie Sunak, a reconnu la défaite de sa formation et annoncé sa démission de la tête du Parti conservateur.

De 2010 à 2024, les relations entre Rabat et Londres ont connu une nette amélioration, notamment après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit), suite aux résultats du referendum en 2016. Le 26 octobre 2019, les deux pays signaient un accord d’association, incluant le Sahara. Une intégration validée ensuite par la justice, au grand dam des amis du Polisario.

En effet,le 5 décembre 2022, la Haute Cour britannique avait rejeté un recours de l'ONG «Western Sahara Campaign UK (WSCUK)» réclamant l'annulation de l’Accord d’association entre le Maroc et le Royaume-Uni, intégrant les produits du Sahara. Une décision saluée alors par le gouvernement britannique.

Fort de ce soutien, l’exécutif de Rishie Sunak a publiquement affirmé, en avril à la Chambre des représentants, qu’il ««ne considère pas l'activité commerciale au Sahara occidental comme illégale, à condition qu'elle respecte les intérêts du peuple sahraoui». Le 13 décembre dernier, Sunak a d'ailleurs nommé dernier Rob Butler, un conservateur, en tant qu’envoyé commercial du Premier ministre auprès du Maroc. Le Mexique et le Pakistan ont eu droit aussi à ce rang.

L'embellie dans les relations entre Rabat et Londres n’a pas échappé aux critiques des députés travaillistes. Ils avaient, à mainte reprises, interpellé le gouvernement sur le dossier du Sahara. Ils opéraient par des questions écrites adressées au ministère des Affaires étrangères et en portant la voix du Polisario lors de réunions, à l’initiative de parlementaires pro-Maroc réclamant de l’exécutif de reconnaitre la marocanité du Sahara.

Il est lieu de noter que le principal défenseur des positions du Polisario à la Chambre basse du Parlement, Jeremy Corbyn, a remporté son siège avec la casquette de député d'indépendant. L’actuel chef du gouvernement britannique l'ayant écarté du Parti travailliste en 2020 pour «antisémitisme».

AL MASSIRA
Date : le 07 juillet 2024 à 13h05
Toi tu me parles d’analphabétisme intellectuel ? Tu connais bien la question puisque tu es immergé dedans. Quant à ce que tu racontes, je le sais, des projets? Un tous les dix ans. Je maintiens ce que je dis. C’est de notoriété publique. Allez bonne journée.
Citation
Yous-D à écrit:
Je pense que votre commentaire est inspiré par l'analphabétisme intellectuel C'est étrange que la France dicte à l'Algérie ce qu'elle veut, et en même temps, la France est exclue de tous les grands projets économiques en Algérie, meme du côté militaire algérien, la France est exclue : ni chars, ni blindés, ni artillerie, ni camions, ni missiles,, ni avions ni frégates, ni sous-marins,.. Comparé à la maîtresse des maîtres à Paris yawning smiley
Yous-D
Date : le 07 juillet 2024 à 09h31
Je pense que votre commentaire est inspiré par l'analphabétisme intellectuel C'est étrange que la France dicte à l'Algérie ce qu'elle veut, et en même temps, la France est exclue de tous les grands projets économiques en Algérie, meme du côté militaire algérien, la France est exclue : ni chars, ni blindés, ni artillerie, ni camions, ni missiles,, ni avions ni frégates, ni sous-marins,.. Comparé à la maîtresse des maîtres à Paris yawning smiley
Citation
"AL MASSIRA" à écrit:
C'est certain que c'est la France, c'est elle qui y a le plus intérêt et celle qui commande la junte algérienne jusqu'à aujourd'hui.
AL MASSIRA
Date : le 07 juillet 2024 à 02h02
Ce n’est pas moi qui le dis mais pas mal d’experts. Deux exemples. Lors de l’expression démocratique algérienne de la fin des années 1980, des que ça a abouti aux islamistes, le coup d’état militaire a été ordonné d’en haut. On a vu en France comment on parlait de la chose. Le deuxième exemple plus récent. Avec le massacre actuel des Palestiniens tous les pays arabes et pas seulement ont fait des manifestations énormes de soutien. Excepté en Algérie car l’ordre est venu de Paris. Quant à apporter des preuves c’est comme toujours impossible. Sauf si on vit avec ces gens politiques.
Magneto*
Date : le 06 juillet 2024 à 18h08
C’est tentant de le croire. Mais qu’est-ce qui prouve que la france dicte à l’Algérie sa politique étrangère ? L’armée algérienne est dirigée par un état major composé de généraux aux intérêts divers. Ils ont des divergences, à commencer par le régionalisme. Mais beaucoup ont en commun un nationalisme exacerbé. Ils ont des affinités incontestables avec la France, mais ils ne sont pas aux ordres; à moins de le prouver. Sinon l’Algérie aurait déjà pris la France comme premier partenaire économique, ce qui est loin d’être le cas.
Citation
"AL MASSIRA" à écrit:
C'est certain que c'est la France, c'est elle qui y a le plus intérêt et celle qui commande la junte algérienne jusqu'à aujourd'hui.
AL MASSIRA
Date : le 06 juillet 2024 à 17h58
C'est certain que c'est la France, c'est elle qui y a le plus intérêt et celle qui commande la junte algérienne jusqu'à aujourd'hui.
Citation
Magneto* à écrit:
Je ne crois pas que ce soit la France qui soit derrière ce conflit en particulier, même si la division lui a été utile. Si puissance étrangère il y a, c’est sans doute l’URSS qui à l’époque de la guerre froide, voulait avoir un accès à l’Atlantique à l’heure où le Maroc était déjà allié des USA. Ces intérêts ne sont plus aujourd’hui. Il y a sans doute d’autres motivations qui sont venues de greffer avec le temps.
Ne3Ne3 La Jolie
Date : le 06 juillet 2024 à 16h17
Ah excuses moi. La France n'est plus celle qu'elle était autrefois, que ce soit sur le plan militaire ou économique. Et effectivement, malgré les vestiges du passé, elle n'est plus prompt à intervenir dans ce genre d'conflits (car elle se doit d'être neutre), mais si il y a bien un point à ne pas écarter, est son influence (plus au Maroc, qu'en Algérie, en raison des alliances géopolitiques). Personnellement, j'suis d'avis, qu'le Maroc n'est pas prêt à vouloir s'en détacher d'ce protectorat . C'est une clé pour son insertion dans le continent des Nords, et sa montée en puissance. Mais l'Algérie, est toute autre. Au final, même si le cas est complexe, on peut avancer le schéma caricatural, USA,France,Maroc/URSS,Algérie,Chine, , pour ainsi dire le conflit Israél/Palestine . Bien sûr, qu'l'URSS a sa part du marché ici (une grande part), mais ses conséquences sont bien trop minimes, à côté de Marianne, qui ne cesse d'jeter d'la poudre à droite à gauche. De plus, comme dans chaque conflit (ze3ma complexe), personne ne bougera le p'tit doigt, surtout lorsqu'il est questions de pays arabo-musulmans (nous détruire revient à gagner). Comme tu l'as souligné, il n'y a qu'l'Algérie et l'Maroc (avec l'aide des voisins africains) pour y parvenir. (N'oublions pas les p'tits groupes à l'intérieur) L'Espagne quand à elle, est parti sans encombres..., et traces
Citation
Magneto* à écrit:
Ah désolé. Mais non il n’y a aucune comparaison entre la France et l’URSS de l’époque dans ce que j’ai écrit plus haut. Il y avait des intérêts différents à des périodes distinctes, d’après ma compréhension du conflit. La France a mis fin au protectorat du Maroc en 1955, pour concentrer ses forces à maintenir l’ordre côté algérien. Le Sahara Occidental était encore colonisé par l’Espagne. 20 années sont passées avant le départ de l’Espagne, l’Algérie était alors indépendante depuis un peu plus d’une dizaine d’années. Je crois personnellement en la thèse qui soutient que c’est l’URSS qui a poussé l’Algérie à soutenir l’indépendance du SO. Le FLN algérien était un mouvement révolutionnaire de sensibilité pan arabe, socialiste. Il était soutenu à l’époque par le Parti communiste français et accessoirement donc, par l’URSS qui voyait une opportunité d’affaiblir la France qui appartenait au bloc occidental. Après 62, le gouvernement dz a clairement rejoint le bloc des non alignés alors que la guerre froide était à son comble. L’armée dz a formé son commandement en URSS, elle lui a acheté ses armes. L’influence de l’URSS était forte. La guerre froide avec les USA se faisait à travers différents satellites stratégiques, la présence navale était une priorité pour les 2 camps. C’est en 62 qu’a eu d’ailleurs lieu la crise des missiles à Cuba. L’URSS voulait disposer d’une base navale en Afrique du Nord/Ouest donnant sur l’Atlantique, et a ainsi vu dans le Sahara Occidental une opportunité de s’y implanter. l’Algérie allait forcément constituer l’allié de choix pour réaliser ce dessein puisqu’elle accueillait de 62 tous les partis révolutionnaires luttant contre la colonisation, d’où son nom de « Mecque des révolutionnaires ». Il faudra attendre la chute du mur de Berlin pour que l’influence de l’URSS se dissipe. Cependant, le pouvoir algérien, militaire, a maintenu son soutien en faveur du Polisario. La France n’a fait que profiter de la froideur entre le Maroc et l’Algerie. Les années sont passées et les enjeux ont muté. D’autres raisons motivent le maintien du conflit: leadership régional, maintien du statut quo permettant de fédérer une partie de l’opinion, justification de budgets miliaires conséquents, etc… Dans tout ça, je trouve que la France n’a fait que se baisser pour ramasser. Profiter du conflit pour favoriser ses échanges commerciaux et affaiblir une union maghrébine que personne n’a jamais voulu voir côté européen. La France continuera sans doute à souffler le chaud et le froid, tantôt avec Maroc tantôt avec l'Algérie; autrement dit, une poignée de cacahuète qui suffit à provoquer l’ire de chaque côté, se gargarisant d’avoir le soutien de Mme França 🥱. C’est affligeant. Et c’est pour cela que la situation n’est pas près de changer. Du moins, comme je l’ai écrit plus haut, je ne crois pas qu’une issue quelconque ne vienne de puissances lointaines. Seuls le Maroc et l’Algérie peuvent dénouer la situation. Sauf que L’Algérie n’y a pas intérêt avec des militaires aux commandes, tandis que le Maroc a déjà la main sur les ressources de cette région. Le statut quo semble arranger toutes les parties.
Magneto*
Date : le 06 juillet 2024 à 15h48
Ah désolé. Mais non il n’y a aucune comparaison entre la France et l’URSS de l’époque dans ce que j’ai écrit plus haut. Il y avait des intérêts différents à des périodes distinctes, d’après ma compréhension du conflit. La France a mis fin au protectorat du Maroc en 1955, pour concentrer ses forces à maintenir l’ordre côté algérien. Le Sahara Occidental était encore colonisé par l’Espagne. 20 années sont passées avant le départ de l’Espagne, l’Algérie était alors indépendante depuis un peu plus d’une dizaine d’années. Je crois personnellement en la thèse qui soutient que c’est l’URSS qui a poussé l’Algérie à soutenir l’indépendance du SO. Le FLN algérien était un mouvement révolutionnaire de sensibilité pan arabe, socialiste. Il était soutenu à l’époque par le Parti communiste français et accessoirement donc, par l’URSS qui voyait une opportunité d’affaiblir la France qui appartenait au bloc occidental. Après 62, le gouvernement dz a clairement rejoint le bloc des non alignés alors que la guerre froide était à son comble. L’armée dz a formé son commandement en URSS, elle lui a acheté ses armes. L’influence de l’URSS était forte. La guerre froide avec les USA se faisait à travers différents satellites stratégiques, la présence navale était une priorité pour les 2 camps. C’est en 62 qu’a eu d’ailleurs lieu la crise des missiles à Cuba. L’URSS voulait disposer d’une base navale en Afrique du Nord/Ouest donnant sur l’Atlantique, et a ainsi vu dans le Sahara Occidental une opportunité de s’y implanter. l’Algérie allait forcément constituer l’allié de choix pour réaliser ce dessein puisqu’elle accueillait de 62 tous les partis révolutionnaires luttant contre la colonisation, d’où son nom de « Mecque des révolutionnaires ». Il faudra attendre la chute du mur de Berlin pour que l’influence de l’URSS se dissipe. Cependant, le pouvoir algérien, militaire, a maintenu son soutien en faveur du Polisario. La France n’a fait que profiter de la froideur entre le Maroc et l’Algerie. Les années sont passées et les enjeux ont muté. D’autres raisons motivent le maintien du conflit: leadership régional, maintien du statut quo permettant de fédérer une partie de l’opinion, justification de budgets miliaires conséquents, etc… Dans tout ça, je trouve que la France n’a fait que se baisser pour ramasser. Profiter du conflit pour favoriser ses échanges commerciaux et affaiblir une union maghrébine que personne n’a jamais voulu voir côté européen. La France continuera sans doute à souffler le chaud et le froid, tantôt avec Maroc tantôt avec l'Algérie; autrement dit, une poignée de cacahuète qui suffit à provoquer l’ire de chaque côté, se gargarisant d’avoir le soutien de Mme França 🥱. C’est affligeant. Et c’est pour cela que la situation n’est pas près de changer. Du moins, comme je l’ai écrit plus haut, je ne crois pas qu’une issue quelconque ne vienne de puissances lointaines. Seuls le Maroc et l’Algérie peuvent dénouer la situation. Sauf que L’Algérie n’y a pas intérêt avec des militaires aux commandes, tandis que le Maroc a déjà la main sur les ressources de cette région. Le statut quo semble arranger toutes les parties.
Citation
"Ne3Ne3 La Jolie" à écrit:
Pas une comparaison, mais un contraste=forme indirecte. Tu as omis le bloc soviétique comme étant une cause de ce conflit, en écartant la France, j'me trompe? Donc oui, en tout cas, la manière dont j'ai perçu tes propos semblait être une forme de comparaison ou du moins, y donner lieu.
Ben_Sa
Date : le 06 juillet 2024 à 15h37
L'argent n'as pas d'odeur La City est à Londres. La City est un très grande place financière et bien plus.
Citation
Ornitho2 à écrit:
Si les relations Marocco-Britanniques entrent dans une phase de tension, qu'adviendra-t-il du projet XLinks ?
Ne3Ne3 La Jolie
Date : le 06 juillet 2024 à 15h04
Pas une comparaison, mais un contraste=forme indirecte. Tu as omis le bloc soviétique comme étant une cause de ce conflit, en écartant la France, j'me trompe? Donc oui, en tout cas, la manière dont j'ai perçu tes propos semblait être une forme de comparaison ou du moins, y donner lieu.
Citation
Magneto* à écrit:
Salam Comparer la France et l'ancien bloc soviétique est légèrement maladroit Où as-tu vu une comparaison ?
Magneto*
Date : le 06 juillet 2024 à 14h29
Salam Comparer la France et l'ancien bloc soviétique est légèrement maladroit Où as-tu vu une comparaison ?
Citation
"Ne3Ne3 La Jolie" à écrit:
As Salam, Comparer la France et l'ancien bloc soviétique est légèrement maladroit. Ce dernier a eu un impact, certes, durant la Guerre Froide (le soutien au Polisario), mais il n'a été qu'de très courte durée. Cependant, la France, à cause (grâce ) de son passé de colonisateur, et d'sa prise de position légèrement favorable au Maroc, a eu et continue d'avoir un impact qui, j'pense, durera indéfiniment (à vie). L'impact de la France est donc plus profond, au point d'être ancré dans les racines africaines. De plus, le problème a été grandement aggravé par les politiques des pays africains(Libye, Mali, etc.). L'échelle basse, n'est pas à écarter. Mais il serait, je pense, débile de croire que tout cela subsiste uniquement à l'échelle régionale
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com