Menu

Grand Angle

Maroc : Les travailleurs étrangers dénoncent leur exclusion de la société

Suite à la parution de la une du 2 Novembre du magazine Maroc Hebdo traitant les subsahariens de «Péril Noir», la colère a été intense chez les travailleurs immigrés subsahariens. Regroupés au sein de l’Organisation Démocratique des Travailleurs Immigrés au Maroc, ils ont rejoint les rangs des militants de l’Organisation Démocratique du Travail qui manifestaient hier Dimanche à Rabat leur «ras-le-bol général du gouvernement Benkirane». Une manière pour ces travailleurs étrangers de lancer un signal fort au gouvernement et de rappeler qu’ils sont des acteurs du développement économique du Royaume.

Publié
Manifestation des syndicalistes immigrés à Rabat (Photo Yabiladi.com)
Temps de lecture: 2'

«Égalité, justice et liberté», «non à l’exploitation», «y’en a marre», «nous sommes tous Africains», «différences = richesses», «oui à l’éducation des enfants immigrés» : voilà les principaux slogans qui ont retentis aux abords du centre-ville de Rabat. Dès 10 heures, ils étaient tous ensembles Marocains et étrangers, sur le pied de guerre pour braver la pluie de cette matinée et manifester leur indignation et leur colère suite à la parution d’un article jugé «haineux» publié dans l’hebdomadaire Maroc Hebdo International.

Dans un communiqué rendu public, l’Organisation Démocratique des Travailleurs Immigrés au Maroc «s’insurge contre ce traitement médiatique à l’encontre de cette communauté et qualifie les sous-titres dudit hebdomadaire de racistes, de xénophobes et de négrophobes en particulier». Ainsi, «le chapeau de la publication généralise et traite toute la communauté noire de mendiants, de prostituées et de dealers de drogues», s’indigne Marcel Amiyeto, Secrétaire Général de l’Organisation Démocratique des Travailleurs Immigrés au Maroc (ODTIM), organisation affiliée à l’Organisation Démocratique du Travail (ODT).

Un poids économique non négligeable

«Notre syndicat regroupe 260 travailleurs étrangers qui participent au développement économique du Maroc. Ces personnes paient chaque mois un loyer très cher et s’acquittent de leurs factures d’eau, d’électricité et d’internet. Ils envoient leurs enfants dans des écoles privées chères puisqu’ils n’ont pas droit à l’école publique. Nous ne pouvons être ignorés indubitablement». Toutes ces dépenses participent ainsi au tissu économique du Royaume.

«Nous sommes des travailleurs honnêtes, même si je reconnais que certains s’adonnent à des pratiques peu orthodoxes. Cela ne peut s’étendre à toute une communauté. Pour preuve, le frère de Rachida Dati, ex-ministre de la Justice française avait été arrêté pour trafic de drogue. Cela n’a pas écorné l’image des Maghrébins en France», poursuit Marcel Amiyeto.

«Traiter les subsahariens de la sorte nous a écœuré, raison pour laquelle nous avons convenu de manifester notre désapprobation en compagnie de nos amis et frères marocains, de marcher pour dire non au racisme et à la xénophobie, non à la discrimination et à l’exploitation des travailleurs immigrants. Nous demandons aux parlementaires de faire respecter les conventions et accords internationaux ratifiés par le Maroc et d’arrêter les expulsions arbitraires vers le désert».

Marcel Amiyeto, SG du 1er syndicat de travailleurs immigrés au Maroc

Marcel Amiyeto, originaire de la République Démocratique du Congo vit au Maroc depuis 2004. Formé en audiovisuel, il a effectué plusieurs stages à la Soread 2M mais aussi à la Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision. Malgré ses compétences il confie n’avoir malheureusement pas été embauché, contrairement à ses camarades de classe qui occupent tous un poste dans le secteur. La loi marocaine en effet ne lui permet pas d’exercer dans le Royaume. « J’avais eu la chance d’être engagé dans une boite de production mais les choses se sont compliquées puisqu’il m’était impossible de signer le contrat à l’ANAPEC. J’ai été mis à la porte ».

Marcel Amiyeto qui avait assisté au Forum Social Mondial en 2011 à Dakar a ainsi eu l’idée de créer de retour au Maroc un syndicat propre aux étrangers. Il a par la suite contacté des syndicats marocains pour une affiliation possible, puisqu’il est impossible selon la loi marocaine de former une centrale syndicale qui regrouperait des étrangers. Les dirigeants marocains font savoir au militant qu’ils « ont déjà assez de problèmes à gérer pour s’occuper encore des étrangers ». Se sentant « abandonné à son propre sort », Marcel Amiyeto ne se décourage pas pour autant. Il rencontre bien plus tard un ami marocain dont il avait fait la connaissance à Dakar qui l’invite à rejoindre l’Organisation Démocratique du Travail. C’est ainsi que l’Organisation Démocratique des Travailleurs Immigrés au Maroc a vu le jour le 1er Mai 2012. L’association ne regroupe pas seulement des subsahariens mais plutôt l’ensemble des étrangers résidant au Maroc.

C'est bien
Auteur : Mohand86
Date : le 12 novembre 2012 à 15h00
Bougez vous mes frères, montrez à ce peuple marocain que le racisme n'a pas de place dans le pays... J'ai toujours été contre les manifestations qui ont eu lieu dans le pays car la plupart cherchaient juste à bénéficier plus que le reste du peuple.. Celle-ci cherche à faire éduquer ce même peuple, lui faire sentir qu'il est temps de bouger partout d'où on vient... Merci
noirs subsahariens mieux lotis que les marocains
Auteur : algertunis
Date : le 12 novembre 2012 à 14h47
ces noirs subsahariens ont béneficié de bourses des autorités marocaines alors que les marocains n'ont pas de droits à la bourse d'études .de plus ce n'est pas aux marocains de donner du travail aux subsahariens .qu'ils utilisent leurs compétences dans leur pays d'origine.

Les marocains ont été expulsés de cote d'ivoire et d'autres pays d'afrique noire il me semble alors pourquoi viennent ils envahir le maroc....

L'hopital qui se fout de la charité
Auteur : ahlam_ma
Date : le 12 novembre 2012 à 14h30
Quand on voit critiquer le racisme en france par les maghrébins...on se dit en la matière on est bien pire
et c'est malheureux
Commentaire à 2 balles
Auteur : Kazaoui13
Date : le 12 novembre 2012 à 14h29
C'est pas terrible ce que tu racontes là ! Tu sais pas de quoi tu parles je pense. Et surtout tes arguments sont bidons.
Sinon attention aux fautes d'orthographe ca pique les yeux.
Nous aussi on subit du racisme des noirs et on n'en parle pas!
Auteur : Yakou
Date : le 12 novembre 2012 à 13h46
L'article du magazine Maroc Hebdo ne méritait pas une telle polémique...! Ils ont de la chance ces subsahariens de se trouver au Maroc car s'ils étaient en europe ou ailleurs en occident, avec les crimes commis par une partie non négligeable d'eux, ils auraient été bombardé chaque jour d'articles encore plus virulents! Ils ont de la chance aussi car eux sont beaucoup moins stigmatisés que les musulmans d'europe, qu'on traite de tous les noms et qui sont presque quotidiennement montré du doigt par les médias là bà, il n y a qu'avoir les news de yahoo et vous aurez les preuves surtout en lisant les commentaires...En plus lorsque je vois beaucoup de subsahariens en occident qui s'allient aux "blancs" pour stigmatiser les musulmans et les harceler là bà en europe, et je sais de quoi je parle car j'étais moi aussi en occident, et bien je dis que pour le Racisme nous aussi comme musulmans, on subit du racisme anti-musulman, et anti-arabe, de la part de ces africains noirs lorsqu'on est hors de notre pays, et donc pour nous c'est encore Pire de supporter des gens qui on accueille chez en général sans problème, et qui lorsqu'ils sont dans un autre pays, ils "crachent" sur notre générosité envers eux! Alors là non seulement c'est le racisme envers nous qui me choque mais le fait de nous prendre comme une vache à lait!
Dernière modification le 12/11/2012 13:51
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com