Menu

Article

Jouhari : Pendant que la planète est en crise, le Maroc se porte bien

Le Maroc veut « exploiter », comme l'explique The Associated Press, la crise financière internationale en séduisant sociétés européennes et touristes, déclarait jeudi le gouverneur de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri.
Publié
DR
Temps de lecture: 1'
Ce dernier se dit confiant pour son pays, avec son économie basée sur les services. Les retombées de la crise financière n'affectent pas le Maroc comme c'est le cas pour ses voisins, plus dépendants des exportations de pétrole et de gaz, telles l'Algérie et la Libye.

L'exposition du Maroc aux capitaux étrangers est « trop limitée pour avoir un impact direct sur notre économie », affirme Monsieur Jouahri dans une interview accordée à The Associated Press.

Il déclarera également que les banques marocaines n'ont que de petits échanges de capitaux avec Wall Street et avec les institutions européennes, qui sont frappées de plein fouet par la crise financière, et d'ajouter à cela que seulement 2% de la bourse du Maroc étaient entre des mains étrangères.

Tandis que beaucoup de Marocains vivent toujours dans la pauvreté, l'économie du pays s'est fermement développée ces dernières années et les banques se sont étendues, particulièrement en Afrique subsaharienne.

« Nous travaillons sur des façons inventives de commercialiser les services de notre pays », a-t-il dit. Les banques européennes devraient certes réduire les coûts. Il ajoute que le Maroc pourrait offrir « des services offshores compétitifs » pour externaliser des opérations de back-office comme la comptabilité.

Plusieurs grandes sociétés européennes externalisent déjà une partie de leur charge de travail en Afrique du Nord, telle la société de chemin de fer française SNCF.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com