Menu

Article

Finance : Maroc et Tunisie détrônent les pays émergents selon l'indice MSCI

En assistant aux désastres financiers en tous genres des ces dernières semaines, le très sérieux Sunday Times conseille d'investir dans seulement sept pays, tous de la région MENA, considérés comme des places boursières stables. Maroc et Tunisie tirent aussi leur épingle du jeu face aux pays émergents.
Publié
DR
Temps de lecture: 2'
La meilleure performance enregistrée reste celle du Liban, selon l'indice MSCI, où l'espoir d'une régulation politique, et l'effet psychologique qui s'en suit, ont fait décoller la bourse de Beyrouth jusqu'à + 51% sur les douze derniers mois ! Cependant, la courbe menacerait peut-être de s'inverser. Nous retrouvons ensuite la Jordanie, considéré comme l'un des pays les plus « sûrs » économiquement au Moyen Orient, avec une hausse enregistrée de 21%. Les autres coins « safe » de la liste regroupent d'autres pays du Golfe ayant construit leur hégémonie via l'or noir - +14% pour Oman, + 12% pour le Qatar - ou celles qui sont en plein boom économique - + 23% pour la Tunisie et + 2% pour le Maroc.

Ces deux derniers pays restent des exceptions en Afrique du Nord. Une bonne nouvelle qui permet de relativiser la récente dégringolade de la bourse de Casablanca. Même si relativement protégés économiquement de la crise américaine, ces destinations financièrement « propres » méritent une meilleure promotion. Des fonds, suisses par exemple, comme celui de Julius Baer, se sont récemment intéressés aux potentialités de pays comme le Maroc, l'Egypte ou encore le Nigéria.

Mieux encore, les retours sur investissements dépasseraient de loin ceux du Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine). Le pays de Mao aurait connu l'une des pires contre-performance, chutant de 49%. Une économie, pilotée par l'exportation, qui semble incapable d'échapper à la crise de l'oncle Sam. De même pour les autres pays de cette catégorie : Russie – 43%; Brésil et Inde à – 27%. Malgré tout, les grands managers de ce monde persistent à défendre cet axe. Argument ? Ils auraient été trop longtemps hors course dans l'économie mondiale pour subir d'un coup les méfaits du capitalisme.
Morgan Stanley Capital International (MSCI)

MSCI, banque d'investissement newyorkaise, a mis en oeuvre les repères les plus largement utilisés par les investisseurs à l'internationale. Il concerne les économies de 23 pays développés et 27 pays émergents, tâchant de mesurer la performance de leurs marchés boursiers.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com