Menu

Article

Torture au Maroc : Le rapport final du responsable de l'ONU dénonce l'usage excessif de la force

Le Maroc était, mardi à l’ONU, sur la sellette. L’usage excessif de la torture en était la cause. Une pratique qui pourrait nuire aux chances de Rabat de briguer un siège au Conseil des droits de l’Homme.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Juan Mendez a présenté, hier, devant l’Assemblée générale de l’ONU son rapport final sur la torture au Maroc. Comme lors de sa conférence de presse, du 22 septembre à Rabat, le Rapporteur Spécial de l’ONU sur la Torture a répété qu’il y a «beaucoup de preuves attestant de l’usage excessif de la force».

Et d’ajouter que «chaque fois qu'il est question de sécurité nationale, il y a une tendance à utiliser la torture dans les interrogatoires. Il est difficile de dire si c'est très répandu ou si c'est systématique, mais cela arrive assez souvent pour que le gouvernement marocain ne puisse l'ignorer».

C’est la réponse de l’Argentin aux déclarations du ministre de la Justice, Mustapha Ramid, et à celles du président du CNDH, Driss Yazami. Les deux officiels ont minimisé le recours à la torture dans les locaux de la police, préférant parler de «cas isolés» et non de pratique courante.

Au Sahara, le mauvais traitement est le même

Selon Mendez, il n’y a pas de différence entre les provinces du sud et le reste du Maroc. «Nous avons trouvé des preuves attestant du même mauvais traitement lors des interrogatoires (…) l’usage excessif de la force lors de manifestations est le même au Sahara occidental qu’au Maroc».

Par ailleurs, Juan Mendez ne s’est pas prononcé ouvertement pour un élargissement des prérogatives du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme. Toutefois, il a laissé entendre son adhésion à une telle option, estimant que pour le moment il «ne dispose pas d’une opinion arrêtée» sur cette question «mais que la surveillance permanente est toujours plus utile qu’une visite du rapporteur spécial».

Juan Mendez a laissé quelques issues de secours au Maroc. Le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture s’est pleinement assuré qu’«une culture des droits de l’Homme se développe au Maroc». Toutefois, il n’en a pas précisé l'origine : est-ce le gouvernement ou la société civile ?

Quelle incidence sur les chances du Maroc de siéger au CDH?

Du 15 au 21 septembre, Juan Mendez était au Maroc, «sur une invitation des autorités». Un déplacement au cours duquel, il a rencontré les ONG des droits de l’Homme, les officiels, inspecté deux prisons et deux centre hospitaliers pour maladies psychiatriques et visité le Sahara.

La teneur du rapport final de Juan Mendez, présenté hier à l’Assemblée générale de l’ONU, nuira-t-elle aux chances du Maroc de briguer un siège au Conseil des droits de l’Homme ? Un organisme qui compte 47 membres élus au scrutin secret à la majorité des 192 membres de l’AG des Nations-Unies. «Les États élus au Conseil sont tenus d’observer les normes les plus strictes en matière de promotion et de protection des droits de l’homme et de coopérer pleinement avec le Conseil. Ils sont soumis à une procédure d’examen périodique universel au cours de leur mandat, ce qui permet de s’assurer qu’ils respectent eux-mêmes les normes qu’ils sont chargés de faire appliquer», lit-on dans la présentation du CDH. Il faut savoir balayer devant sa porte avant vouloir balayer devant celles des autres.

Rira qui Rira le dernier
Auteur : moden
Date : le 29 octobre 2012 à 11h31
Réponse à l’article apparu à EL Watan, site anti-liberté qui a banni mon compte

El Watan : Contrairement aux usages marocains qui veulent que les responsables importants doivent être reçus en grande pompe, Réppnse: (Pour votre gouverne Mr le journaleu ce monsieur ne vaut rien aux yeux des marocains et n’est plus crédible ou digne de responsabilité).
El watan: « La solitude du roi Mohammed VI )
Réponse : Sachez que Le roi est entouré de 36 millions de marocains tous unis comme un seul homme au sujet de notre cause nationale, qui plus est, Le roi est le plus tolérant des marocains à ce sujet, ni ROSS, ni Ben, Ni Alger, ni l'ONU peuvent subtiliser cette fois-ci ne serait ce que qu’un mètre du Sahara marocain et le temps vous le confirmera, déjà 37 ans de souffrance de nos frères à Tindouf, est ce qu’il en faut encore d’autres années pour rallonger leurs souffrances

Jugez vous mêmes
Auteur : simontemplar
Date : le 24 octobre 2012 à 14h39
Voila le communique officiel au Maroc, jugez vous mêmes

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, Juan E. Mendez, a souligné, mardi au siège de l'ONU à New York, qu'une "culture des droits de l'Homme se développe au Maroc", saluant la "totale coopération" des autorités marocaines lors de sa visite dans le Royaume, en septembre dernier.

S'adressant aux Etats membres des Nations Unies réunis dans le cadre de la 3eme Commission de l'Assemblée générale de l'ONU, Juan Mendez a notamment affirmé : "je peux dire qu'une culture des droits de l'Homme se développe" au Maroc.

La Troisième Commission traite des questions sociales, humanitaires et culturelles.

L'expert indépendant, qui a effectué du 15 au 22 septembre une visite dans le Royaume "à l'invitation du gouvernement du Maroc", a tenu à exprimer devant les Etats membres ses remerciements aux autorités marocaines pour leur "entière coopération" lors de sa visite, en particulier en ce qui concerne "l'accès sans restriction à tous les lieux de détention ainsi que l'accès sans entrave aux détenus pour s'entretenir avec eux en toute confidentialité".
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com