Menu

Grand Angle  

Mondial 2022 : «La sélection doit rassembler tous les Marocains», affirme Walid Regragui

A la veille du quart de finale du Mondial 2022, où le Maroc affronte le Portugal, le sélectionneur national Walid Regragui a indiqué que ce match ne sera pas facile. Pour autant, l’équipe marocaine veut écrire l’histoire et jouera pour la victoire, a-t-il affirmé.

Publié
Walid Regragui, sélectionneur de l’équipe du Maroc / DR.
Temps de lecture: 3'

Samedi 10 décembre, le Maroc et le Portugal vont s’affronter en quart de finale du Mondial 2022 au Qatar, après la qualification historique du Onze national, qui participe pour la première fois de son histoire à ce stade de la compétition d’une Coupe du monde. A la veille de ce match, le sélectionneur Walid Regragui a affirmé que «plus on avance, plus c’est difficile». «On est face à un effectif énorme avec l’un des meilleurs joueurs de l’Histoire. Mais de toutes les façons, c’est comme face à l’Espagne, la Belgique… On veut créer la surprise», a-t-il déclaré, ce vendredi, en conférence de presse.

L’entraineur a souligné que ce serait une erreur pour les coéquipiers marocains de se focaliser sur leurs homologues portugais, d’autant que «le Portugal est favori», selon lui. «Nous, on est le caillou dans la chaussure», a-t-il indiqué. Cela dit, il a promis que les Lions de l’Atlas allaient se focaliser sur ce qu’ils savaient faire, afin de «mettre en place le plan pour créer la surprise».

«J’ai toujours dit que si on sortait des poules, on serait difficile à battre. Je ne vais pas changer mon discours. On va essayer de déranger tout le monde, de créer la surprise.»

Walid Regragui

Une équipe fédératrice

Dans un autre registre, Walid Regragui est revenu sur les diverses identifications rattachées à la sélection du Maroc, et qui a rassemblé autour d’elle des supporters marocains, mais aussi des autres pays d’Afrique et de la région arabe. En effet, les Lions de l’Atlas sont désormais la première nation arabe et la quatrième africaine à se qualifier aux quarts de finale d’une Coupe du monde.

«Je suis fier de mon pays, de mon équipe. On est marocain. Mais je sais qu’on s’identifie à nous en tant que peuple arabe ou même peuple africain. Je vois tout le soutien sur les réseaux sociaux», a souligné le sélectionneur, tout en indiquant défendre d’abord les couleurs du drapeau national.

«La sélection doit rassembler tous les Marocains. A un moment, on était divisé. Si on a pu rassembler notre peuple autour du foot, c’est bien. C’est mieux que des trophées ou de l’argent. Mais on n’est pas venu que pour rendre des gens heureux. On veut gagner.»

Walid Regragui

Déterminé à aller le plus loin possible dans la grand-messe footballistique, Walid Regragui affirme que «l’euphorie est passé ; là on veut gagner contre le Portugal». «Ce qu’on a fait est bien, mais aller plus loin, c’est mieux ; on n’est pas encore sur notre nuage, on n’a rien fait, on a juste déjoué quelques pronostics», a-t-il dit. Il insiste que les Lions de l’Atlas partagent cette rage de vaincre : «Quand je vous dit que mes joueurs ont faim, qu’ils veulent marquer l’histoire, je ne rigole pas. Ils sont très motivés. Ils ne veulent pas du tout rentrer chez eux.»

«On y va étape par étape. On veut entrer dans l’histoire avec notre mental, nos qualités de jeu. Notre seul souci est qu’on a lâché beaucoup d’énergie. Les autres équipes africaines en quart avaient eu un parcours moins compliqué», souligne encore Walid Regragui, estimant qu’il s’agit d’«un beau challenge». «On n’affronte que de grosses équipes. Plus personne ne pourra parler contre nous après cela. En plus, avec le soutien des supporters marocains, africains et arabes, on a une pression positive», a-t-il ajouté.

Une équipe «outsider» au Mondial

Confiant quant à la qualité de jeu des Lions de l’Atlas, Walid Regragui a souligné qu’«on oublie pas d’où l’on vient». «On est l’outsider. On est solide, pour marquer face à nous, c’est compliqué. Et on a du talent offensivement», a-t-il affirmé. «Le jour où on va s’enflammer dans cette compétition, on fera une erreur et on prendra la porte», a encore ajouté le sélectionneur.

«Le Portugal va vite essayer de marquer, car on a joué 120 minutes il y a trois jours. Si on arrive à la mi-temps sans prendre de but ou en menant au score, ce sera très compliqué pour eux.»

Walid Regragui

Pour autant, nombre de joueurs au sein du Onze national ne sont pas à leur meilleur état physique. «On a beaucoup de blessures, de malades. Tout le monde n’est pas à 100%. On va attendre demain pour trancher sur Nayef Aguerd. Mais on a 26 joueurs. Si on a un blessé, un autre entrera et donnera tout pour l’équipe. Dari, Banoun, El Yamiq peuvent faire le job», a déclaré Regragui.

«On fait le maximum pour récupérer. Moi, je veux que peu importe qui joue : on donne tout. On ne cherchera aucune excuse. Les 26 joueurs veulent tout donner et on n’a pas encore vu le Maroc à 100%», assure encore le sélectionneur.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com