Menu

Breve

France : Les députés se disputent les présidences des groupes d’amitié avec le Maroc et l’Algérie

Publié
Photo d'illustration. / DR
Temps de lecture: 1'

A l’Assemblée nationale française, l’attribution des présidences des groupes d’amitié avec les pays du Maghreb est au cœur d’une dispute entre les partis du gouvernement et l’opposition. L’absence d’une force dominante à la Chambre des représentants rend difficile l’opération du partage des postes. Les tractations ont commencé. La formation Renaissance serait disposée à céder le groupe d’amitié France-Maroc pour remporter celui avec l’Algérie, rapporte la presse française.

Le voisin de l’Est «fait l’objet d’une attention particulière du Quai d’Orsay (ministère des Affaires étrangères, ndlr) et d’Emmanuel Macron en ce début de deuxième mandat, ces derniers redoutent une interférence parlementaire si l’opposition parvenait à le diriger». Pour rappel, le président de la République a effectué, en août, une visite d'Etat en Algérie. La Première ministre a fait le même déplacement en octobre.

Dans ce cas, le groupe d’amitié France-Maroc pourrait tomber dans l’escarcelle de l’opposition plurielle. Le Rassemblement nationale de Marine Le Pen, la NUPES, qui réunit les partis de gauche et les Verts à l’exception des communistes, et les Républicains lorgnent cet objectif. Le Modem, pourtant membre de l’alliance présidentielle Renaissance, porte également la même ambition.  

Quant à la présidence du groupe d’amitié France-Tunisie, elle ne devrait pas soulever d’âpres négociations entre les principaux protagonistes. La formation Renaissance pourrait l’offrir aux Républicains, annonce la même source.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com