Menu

Interview  

«L'Hajj à Paris» pour rendre hommage à la culture marocaine [Interview]

Le Belgo-marocain Hamza N’bouhammou a su transformer son travail de fin d’études en campagne rendant hommage au Maroc et à sa culture. Le jeune designer compte même reproduire «L'Hajj à Paris» dans d’autres capitales européennes.

Publié
La campagne «L'Hajj à Paris». / DR
La campagne «L'Hajj à Paris». / DR

Il y a quelques jours, une vidéo a créé le buzz les réseaux sociaux, montrant une campagne où arts classique et contemporain se mélangent avec des motifs et des touches purement marocains, le tout près du musée du Louvre à Paris. Jeune belgo-marocain de 24 ans et directeur artistique du concept, Hamza N’bouhammou nous explique en détails les objectifs de cette campagne.

Vous avez lancé une campagne sur les réseaux sociaux, intitulée «L'Hajj à Paris». De quoi s'agit il et quel est son objectif ?

J’ai lancé la campagne plus précisément en mai 2022, où on voit l’Hajj Lahssen, un personnage anonyme. Ce dernier peint le tableau de Mona Lisa du célèbre artiste Léonard de Vinci, à sa manière, avec une touche marocaine, en y incrustant du zellige (mosaïques marocaines), monuments marocains…

Alors qu’elle est lancée à Paris, cette campagne durera longtemps puisque je compte réaliser des vidéos dans différentes capitales européennes, comme Londres, Bruxelles.

Il y a plusieurs objectifs. Le premier, c’est de rendre hommage à mon défunt grand-père. D’ailleurs, c’est pour cela que le personnage réinterprété par mon ami, Mehdi Tribak, qui est un comédien belgo-marocain, s’appelle Hajj Lahssen.

Le deuxième objectif est de partager nos cultures et traditions en Europe. Il s’agit également de montrer que même en habitant en Europe, les jeunes sont attachés à leurs origines.

Le designer belgo-marocain Hamza N’bouhammou. / DRLe designer belgo-marocain Hamza N’bouhammou. / DR

Quelle est l'histoire derrière la création de Design Beldi et celle de vos tableaux ?

En tant que designer, et en tant qu’amoureux du Maroc ainsi que de sa lumière, ses traditions et sa culture, j’ai décidé de fusionner cela avec notre culture et arts européens.

Je suis avant tout un grand amoureux du zellige. Lorsque je suis au Maroc, je suis obligé de visiter les monuments historiques pour voir leurs détails et splendeurs. Et aussi parce que je suis un grand fanatique d’arts.

Étant binational, quelle a été la place de la culture marocaine dans votre vie et votre parcours ?

On peut dire que je suis tri-national. Je suis né en Italie, vis actuellement en Belgique, avec des origines marocaines. Je suis né dans une famille amazighe. Chaque année, nous rendons visite à nos proches au Maroc.

Je suis donc quelqu’un qui est trop attaché à nos valeurs et cultures. Par conséquent, le Maroc et tout ce qu’il m’apporte comme richesse a une place centrale dans ma vie.

À la base, ce projet était le sujet de mon travail de fin d’études en infographie, en web design plus précisément.

Quels ont été les retours de Marocains d'ici et d'ailleurs quand à ce que vous faites ?

Les retours sont positifs. Mon réseau social principal est Instagram, c’est là où j’ai plus de personnes qui me suivent. Les followers attendent de voir la suite.

Après Instagram, j’ai posté la vidéo sur TikTok où j’ai eu beaucoup d’interactions. Et pour finir, les vidéos ont été postées sur Twitter, même si j’hésitais à les publier sur ce réseau social.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com