Menu

Sport Publié

Mohammed Ouzzine : « Gerets était l’arbre qui cache la forêt, une forêt de problèmes »

Après le limogeage d’Eric Gerets, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohammed Ouzzine, a jugé que la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) était, elle aussi, responsable de la situation délicate de l’équipe nationale de football. Le nom de son nouveau sélectionneur devrait, en outre, être connu aujourd’hui même.  

Temps de lecture: 2'
Pour Mohammed Ouzzine, les défaites répétées des Lions de l'Atlas incombent autant à Eric Gerets qu'à la Fédération Royale Marocaine de Football qu'il accuse d'atermoiements et d'opacité.

Que ceux qui voudraient faire porter le chapeau de l’échec des Lions de l’Atlas au seul Eric Gerets s’inquiètent : Mohammed Ouzzine a le regard lucide ! Dans un entretien accordé à Arryadia – relayé  par le site Footafrica365.fr, le ministre de la Jeunesse et des Sports est revenu, mardi, sur les raisons des défaites ayant émaillé le parcours de la sélection nationale durant ces derniers mois. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, le désormais «ex-sélectionneur» national n’a pas été le seul à être pris sous le feu des critiques du ministre. Les responsables de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) en ont, eux aussi, copieusement pris pour leur grade.

 «Le départ de Gerets était prévu après les défaites concédées par l’équipe nationale du Maroc. A part la victoire face à l’Algérie, nous n’avions eu que des échecs. Même les initiatives prises pour former une bonne équipe étaient absentes… Gerets était l’arbre qui cachait la forêt, une forêt de problèmes. Surtout concernant le timing dans la prise de décisions. La fédération, réclamait toujours plus de temps pour donner sa chance au coach… mais ceci a démontré finalement qu’elle avait tort» a déclaré M. Ouzzine à la chaine de sport marocaine.

«L’ère des secrets a pris fin»

Outre ses atermoiements permanents, la FRMF a également été accusée de manque de transparence, notamment en regard de la divulgation du salaire de Gerets, sur lequel l’omerta a longtemps régné : «Nous en avons terminé avec ce problème. Personnellement, j'ai toujours dit toujours que le peuple avait le droit de connaitre son salaire. Néanmoins je savais également qu’il existait une clause qui ne le permettait pas…Aujourd’hui je promets aux Marocains que l’ère des secrets a pris fin et que nous devons désormais entamer une nouvelle ère, celle de la transparence et de la clarté. Mais c’est à la fédération de préciser ce point avec le prochain sélectionneur pour qu’il n’y ait pas de problèmes…» a souligné le ministre, ajoutant par ailleurs, dans une note faisant office d’avertissement, que «la fédération doit apprendre de ses erreurs avec Gerets et s’aligner sur la volonté du peuple…Le prochain sélectionneur devra être performant et à la hauteur des attentes de l’opinion publique…» Sinon ?

Le retour de Baddou Zakki ?

Sinon des têtes tomberont. Le sport-roi en a déjà détrôné plus d’un au Maroc. Et il continuera de le faire tant que les performances ne seront pas à la hauteur des attentes du public. Avec l’éviction d’Eric Gerets, les Lions de l’Atlas se trouvent désormais dans une situation des plus délicates puisqu’à un mois du match retour contre le Mozambique, qui compte pour les qualifications à la CAN 2013, ils n’ont plus d’entraineur à leur tête. Cette situation insolite ne devrait cependant pas s’éterniser. Le Soir de ce jeudi révèle en effet que «selon des sources bien informées, le successeur d’Eric Gerets à la tête de l’équipe nationale sera connu aujourd’hui».

Si plusieurs noms circulent depuis quelques jours,  deux reviennent avec insistance : il s’agit de Baddou Zakki, grand favori, et Rachid Taoussi, l’entraineur des FAR de Rabat. Les noms d’Aziz El Amri, du MAT, et de M’hammed Fakhir, du Raja, un temps en lice, ont été écarté. Le président de la fédération royale marocaine de football, M. Ali Fassi Fihri, qui s’est réuni hier avec les deux candidats pour connaitre leurs motivations salariales, devrait divulguer le nom de l’heureux bouc émissaire cet après-midi même. Alors, qui sera voué aux gémonies footballistiques cette fois-ci ?  

Foot marocain
Auteur : berhoc
Date : le 21 septembre 2012 à 11h12
En attente de ce qui va suivre sur le terrain, je trouve déjà que la réaction verbale du ministre est logique surtout en ce qui concerne le manque de la transparence au sein de la fédération !
Dernière modification le 21/09/2012 11:18
merçi!
Auteur : sarafansud
Date : le 21 septembre 2012 à 10h57
votre soutien me va droit au coeur.
mais je refuse le poste.lol
.
Auteur : amir
Date : le 21 septembre 2012 à 04h28
y a en a marre de cette histoire de foot dial ba3...
en fin !
Auteur : paris2000
Date : le 20 septembre 2012 à 19h37
en fin Mr le ministre a toucher au 'Mal' !!!

ali fassi fihri qui se positiione de nouveau en temps que réconciliateur est aussi résponsable du déclin du football Marocain ...

ce ali fassi qui ne connais rien en football justement !

qui est aller chércher engager et surtout soutenu Gerets ???
Le timing oblige
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 20 septembre 2012 à 16h52
Entre Zaki et Taoussi, c'est pas facile de faire son choix. Mais, Taoussi est connu comme porteur d'un projet de moyen et long terme, donc il ne faut pas s'attendre à des résultats dans l'immédiat, à moins qu'on préfère sacrifier le présent pour mieux bâtir le futur. Zaki, à mon avis, est l'homme de la situation, vu le timing et son expérience comme sélectionneur au niveau continental, sans parler de son expérience comme ex-joueur professionnel, chose qui peut faciliter la communication avec les joueurs bi-nationaux et locaux.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com