Menu

Breve

Sahara : A l’ONU, l’Algérie s’accroche à son «statut d’observateur»

Publié
DR
Temps de lecture: 1'

La diplomatie algérienne a répliqué à la lettre du représentant permanent du Maroc auprès des Nation unies, Omar Hilale, adressée début juin au Conseil de sécurité, portant essentiellement sur le rôle d’Alger dans la question du Sahara.

Dans un message destinée à la même instance, l’ambassadeur de l’Algérie auprès de l'ONU a estimé que son pays «est reconnu, à l’instar de la Mauritanie, par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité en sa qualité d’observateur dans le conflit». Le diplomate a pointé du doigt «une nouvelle tentative de la puissance occupante au Sahara occidental d'impliquer l'Algérie dans un conflit, opposant deux parties, le Maroc et le Front Polisario».

«Ces allégations contre l'Algérie sont totalement infondées et visent à induire en erreur la communauté internationale sur la nature réelle du conflit au Sahara occidental qui est, et demeure, une question de décolonisation, comme en témoignent les résolutions pertinentes des Nations unies qui garantissent le droit inaliénable du peuple du Sahara occidental à l'autodétermination», a-t-il dénoncé.

Depuis le début du confit du Sahara, en 1976, l’Algérie a toujours revendiqué le «statut d’observateur». Une précaution dont elle ne s'embarasse pas lorsqu’elle rappelle ses ambassadeurs pour consultations et protester contre le soutien à la position marocaine. Alger a déjà eu recours à ce procédé diplomatique en 2020 contre l’ouverture par la Côte d’Ivoire d’un consulat au Sahara et en mars 2022 contre l’Espagne, suite au soutien de Pedro Sanchez à la solution d’autonomie proposée en 2007 par le royaume.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com