Menu

Breve

Ceuta : Deux mineurs condamnés pour avoir abattu un Marocain par balle

Publié
Abdeslam Ahogan, 39 ans, a été abattu par balle par des jeunes cagoulés, dans la soirée du lundi 15 novembre 2021 à Ceuta. / Ph. El Faro de Ceuta
Temps de lecture: 1'

Le tribunal pour mineurs à Ceuta a rendu, il y a quelques jours, un jugement dans l’assassinat d’Abdeslam Ahogan. Maroco-espagnol âgé 39ans, il a été abattu par balle en novembre dernier, dans le quartier Barrio del Príncipe Alfonso, au sud de la ville.

Selon El Faro de Ceuta, l’un des deux mineurs impliqués dans l’affaire a ainsi été reconnu coupable de meurtre, tandis que l’autre de délit de menaces non conditionnelles, menaces contre la population et de détention illégale d’armes. Le premier a écopé de cinq ans de détention, qui sera complétée par une période de probation de trois ans. Quant à son complice, il a écopé de deux ans avec sursis. Un troisième homme, majeur, est également accusé de meurtre dans cette affaire. Il serait le propriétaire de l’arme du crime et l’auteur du coup de feu fatal, mais n’a pas encore été jugé, ajoute la même source.

D’après la version officielle des faits, trois hommes cagoulés se sont rendus au quartier Barrio del Príncipe Alfonso. L’adulte possédait un pistolet semi-automatiques Glock en parfait état qu'il aurait prêté aux mineurs et avec lequel plusieurs coups de feu ont été tirés en l'air. «Ils ne cherchaient qu'à effrayer la population du quartier», poursuit le média.

Semant la panique dans le voisinage, ils se seraient dirigés vers le lieu où se trouve le restaurant du Marocain, pointant leurs armes sur le propriétaire et les clients mais tirant dans le mur du fond. L'adulte et l’un des deux mineurs reviendront plus tard sur les lieux, le jour du drame. L'adulte aurait tiré à nouveau, mais la balle aurait traversé la grille d’une fenêtre pour toucher Abdeslam Ahogan dans la tête. La victime a rendu l’âme quelques minutes plus tard.

En novembre dernier, Ramia Mohamed Amar, veuve d'Abdeslam Ahogan, avait demandé que justice soit faite pour arrêter les coupables, en appelant à «plus de surveillance policière ou un commissariat», dans ledit quartier.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com