Menu

Breve

Deux associations MRE dénoncent l’assassinat de Shereen Abu Aqleh par Israël

Publié
La journaliste Shereen Abu Aqleh, correspondante d’Al Jazeera en Palestine, tuée par balle mercredi 11 mai 2022. / DR
Temps de lecture: 2'

Deux ONG de Marocains du monde ont dénoncé, cette semaine, l’assassinat de la journaliste et correspondante d’Al Jazeera en Palestine, Shereen Abu Aqleh. Ainsi, l’Association des travailleurs immigrés marocains (ATIM) en Espagne a publié, hier, un long communiqué, déplorant la disparition de la journaliste qui a notamment couvert la deuxième Intifada en Palestine.

«Dans quelques semaines, le meurtre de Shereen deviendra un événement tragique. Une dette de plus dans la très longue liste de l'Etat sioniste», indique ATIM dans son communiqué, où elle estime «très important» d’identifier son tueur. «Il s'agit de montrer, près d'un an après la destruction des bureaux de la chaîne de télévision qatarie à Gaza, que le meurtre fait partie de la politique de l'État sioniste pour faire taire la presse», poursuit l’ONG qui rappelle que la défunte a reçu un coup de feu «dans le seul endroit létal de son corps, qui n'était pas protégé par le casque ou par le gilet».

«La condamnation internationale a été unanime. Mais, malheureusement, elle ne sert qu'à souligner le silence hypocrite avec lequel cette même communauté internationale soutient l'occupation de l'État sioniste», ajoute la même source, qui rappelle la mort des 313 Palestiniens aux mains des forces armées israéliennes en 2021, dont 71 mineurs, selon un rapport publié par l'organisation israélienne de défense des droits humains B'Tselem. 

«Nous espérons qu'au moins, cela servira (…) pour attirer l’attention sur les 895 Palestiniens, dont 463 mineurs, qui cette même année se sont retrouvés sans abri suite à la démolition de 295 maisons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. (...) Nous dénonçons l'extermination continue à laquelle il soumet le peuple palestinien.»

L’ONG a appelé le gouvernement espagnol à contribuer de manière décisive à mettre fin à un conflit qui n'a que trop duré. Elle a demandé à ce que les médias maintiennent l'intérêt pour ce qui s'est passé afin d’éviter l’impunité.

Pour sa part, Le Centre euro-méditerranéen migration et développement (EMCEMO) aux Pays-Bas a appelé ses adhérents et sympathisants à prendre part à un sit-in prévu dimanche 15 mai à Amsterdam pour dénoncer l’assassinat de la journaliste. L’ONG a dénoncé «un coup terrible», en déplorant «la mort de la très respectée et courageuse Shereen Abu Aqleh en Cisjordanie».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com