Menu

Breve

Belgique : Ahmed El Khannouss secoué par le CDH après son soutien à Toujgani

Publié
Ahmed El Khannouss / DR.
Temps de lecture: 2'

Auditionné vendredi 21 janvier par le comité de déontologie du parti CDH, l’ancien député bruxellois Ahmed El Khannouss a reçu «un sérieux avertissement» qui serait le dernier, avant une mesure d’exclusion. Le responsable politique belgo-marocain reste ainsi membre du CDH, mais voit son champ d’expression réduit après avoir exprimé son soutien à l’imam Mohamed Toujgani. Ce dernier est visé, depuis octobre 2021, par un retrait de son permis de séjour et une interdiction du territoire belge pour dix ans.

Consultée par La Libre, la décision du comité indique qu’El Khannouss «a reconnu que certains propos tenus en janvier 2022 étaient inappropriés» et qu’il a «rappelé que, dès 2009, il avait condamné les propos tenus à l’époque par l’imam et que, pas plus qu’hier, il ne saurait les accréditer aujourd’hui». L'ancien député a «redit son attachement aux valeurs de tolérance et de dialogue promues par le parti», ce que le comité déontologique «ne saurait mettre en doute».

Le 14 janvier dernier, Ahmed El Khannouss s’est indigné sur sa page Facebook, après les révélations par le secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration, Sammy Mahdi, de la mesure visant Toujgani, soupçonné de représenter un «danger pour la sécurité nationale» belge. En cause, des vidéos remontant à 2009 montrent l’imam appelant à «brûler les sionistes oppresseurs», dans le contexte de l’offensive israélienne sur Gaza (2008 – 2009), ce que d’autres ont considéré comme un moyen de pression dans le conflit médiatique entre l’exécutif et les organisations du culte musulman en Belgique.

Dans sa réaction, l’ancien député a soutenu qu’il ne défendait pas le concerné mais plutôt le droit. Qualifiant la démarche du gouvernement de «déportation», il a révélé que le ressortissant marocain n’a pas été notifié officiellement et qu’il n’a pas pu conteste la mesure devant la justice, étant bloqué au Maroc depuis la dernière fermeture des frontières. Lors d’une sortie médiatique le lendemain, El Khannouss a insisté qu’il a déjà fait remarqué à Toujgani que ses propos étaient «crus». Après sa convocation par le CDH, il a fourni un document où il fait amende honorable, indiquant que «les termes ‘cru’ et ‘déportation’ étaient inappropriés».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com