Menu

Article

Le Maroc assimilé à une dictature par une journaliste de Rue89 [Edito]

Dans une tribune consacrée à l’analyse de la diplomatie française sous l’ère Hollande, la journaliste du site Rue89, Camille Poloni, revient sur les visites des chefs d’Etats à tendance  autoritaires ou dictatoriales qui ont franchi le perron de l’Elysée depuis l’investiture du «président de la normalité» française. Surprise ! Le Maroc fait parti de la liste…

Publié
De passage en France en mai dernier, le roi du Maroc en avait profité pour rendre visite à François Hollande, ouvrant ainsi le "bal des despotes"
Temps de lecture: 4'

«La critique est aisée et le critique dans l’aisance». Cet adage intemporel, de Jules Renard, devrait résonner comme une mise-en-garde – sinon déontologique, au moins morale – dans la tête des journalistes faciles de la gâchette qui décochent les accusations plus vite que les arguments qui les supportent. Dernier exemple en date, la tribune de la journaliste du site d'information Rue89, Camille Poloni, dans laquelle cette dernière passe au crible les trois premiers mois de la diplomatie française sous l’ère Hollande. Bien qu’essentiellement consacré à la mise en relief des contradictions du chef de l’Etat français – qui avait promis de «ne pas inviter de dictateurs à Paris» mais qui le fait quand même – ce papier choque. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il place le Maroc au rang des dictatures – ou tout du moins, des régimes autoritaires – au même titre que le Gabon, le Bahreïn, l’Arabie Saoudite ou encore la Jordanie.

 «La consultation de cet agenda montre qu’au moins six autres représentants de pays autoritaires ou franchement dictatoriaux ont été reçus par François Hollande depuis son élection.  [A commencer par] le Mohammed VI, Roi du Maroc», écrit la journaliste.

La visite à l’Elysée du Roi du Maroc ouvre le bal des «despotes»

En visite privée en France, le Roi du Maroc a effectivement été accueilli par le «président de la normalité» française au lendemain de son élection, ouvrant ainsi le bal des rencontres de la diplomatie hexagonale avec ses partenaires étrangers. A ce propos, Mme Poloni satirise sur «l’escale» de l’altesse marocaine à l’Elysée, «palais remarquable à ne pas manquer quand on vient pour les vacances».

Railleries ineptes à l’écart, ce que la journaliste condamne, c’est essentiellement «la langue de bois» du chef de l’Etat français qui, au lieu de «parler de la prison pour les artistes contestataires» (cf. l’affaire Mouad Belghouat)», de «la répression du Mouvement du 20 février en période de crise sociale intense» ou du «durcissement du régime depuis l’arrivée au pouvoir des islamistes», a préféré adresser au souverain marocain un message d’amitié, agrémenté de vœux sincères et de chaleureuses félicitations en regard des «processus de réforme démocratique, économique et sociale en cours dans le royaume».

Si l’on explicite le raisonnement de Mme. Poloni, François Hollande aurait dû profiter de l’occasion de cette rencontre pour aborder – avec l’aisance qui est sienne dans pareilles circonstances – les sujets qui fâchent et qui justifient allègrement, selon elle, la place du Maroc au rang des pays dictatoriaux, au même titre que la présidence héréditaire du Gabon, pour ne citer que cet exemple-ci, par hasard.

Le Maroc, dictature paisible …

Outre le caractère dommageable qu’une telle entrevue aurait pu avoir sur les relations diplomatiques entre nos deux pays, on est en droit de se demander si la journaliste mesure pleinement la portée de son accusation sèche de la gouvernance marocaine.

Tout d’abord, considérer le Maroc comme une dictature – ou tout du moins, comme un régime autoritaire –  sur la base de l’emprisonnement d’un chanteur contestataire, c’est comme de réduire la France à un pays fasciste parce qu’un couple de Français isolés a tiré sur des jeûneurs musulmans : de la stigmatisation franche au service d’une argumentation simpliste. De deux, si d’aventure la crise sociale qu’a connu le Royaume en février 2011 avait été écrasée par la répression, comment expliquer dans ce cas que le Maroc soit le seul pays du Maghreb (avec l’Algérie) a ne pas avoir connu la déferlante du printemps arabe ? La population marocaine craignait-elle de voir «la main de fer» du pouvoir en place s’abattre sur elle ? Dans ce cas, comment Mme Poloni peut-elle expliquer que le Maroc ait hérité de la 54ème place (sur 158) au classement des pays les plus paisibles au monde, en enregistrant, de surcroit, une progression de 2 places cette année par rapport l’an passé ?  Et puis, quid de ce fameux «durcissement du régime depuis l’arrivée au pouvoir des islamistes» ? Le ressenti d’une journaliste vivant à l’étranger peut-il se substituer à la présentation d’un argument fondé pour justifiant une telle allégation ?  

Jacques Chirac : «La monarchie reste le seul garant de la stabilité du Maroc»

Certes, la situation n’est pas des plus roses au pays du Couchant Lointain, le Maroc ayant encore de vastes chantiers à entreprendre dans le cadre de la mise-en-œuvre de ses réformes démocratiques. Cela dit, les efforts déployés par le pays, le roi et son gouvernement sont réels et ont d’ailleurs été, à plusieurs reprises, salués par la communauté internationale, comme ce fût le cas après l’adoption de la nouvelle Constitution par exemple.

Aussi, si le Maroc continue d’avoir mauvaise presse auprès de certains journalistes occidentaux –français en particulier, c’est probablement davantage en raison du tropisme de ces derniers à amalgamer royauté et autoritarisme qu’en raison de leur faculté à comprendre, avec nuances et sagacité, les réalités du pays dont il parle. D’ailleurs, que répondraient-ils à Jacques Chirac qui a déclaré en 2011 que «la monarchie restait le seul garant de la stabilité du Maroc» ?  Face à l’omnipotence de la doxa journalistique, il n’est pas improbable que l’ex-président français, amoureux du Maroc, aurait évité de tenir ses propos s’il était toujours en fonction aujourd’hui. Cela dit, il en est un, de lui d'ailleurs, qu’il pourrait continuer de répéter à foison parce qu'empli de sagesse : «Prenons garde que notre esprit critique ne se transforme en esprit de dénigrement systématique...». A bon entendeur.

la démocratie française
Auteur : zsahara
Date : le 16 août 2012 à 18h19
Un journaliste veut faire une place ===gagner l'argent des ennemis du Maroc ===un ami de l'ALgérie et du Polisarion
un journaliste qui se croit au temps de la colonisation
La france qui a interdit le voile au nom de la démocratie, qui repatrie tous les émmigrés sans argent
qui exploitent les étudiants , les médecins , les ingénieurs des pays en développement
??????? CE JOURNALISTE PARLE DE QUELLE DICTATURE OU D2MOCRATIE
LE MONDE A BIEN COMPRIS LE JEU MESSIEUR L4OPPORYUNISTE
S'occuper de votre cire
journaliste en bois
Auteur : Baïdaoui01
Date : le 16 août 2012 à 12h47
ce pseudo journaliste devrait balayé deja devant chez elle avant de balayé devant chez les autres....
en france il n'y a pas de liberté comme on le croit, essayé de critiquer sarkozy et vous allez en prison quelques moi ou vous aurez 1 amende....
dites du mal des juifs et hop tribunal, ils n'arretent pas de dire du mal de l'islam , ils veulent detruire les mosquées et nous interdire le ramadan l'aid el kebir....

de plus ce pays qui est la france est le 15 eme au classement européen des pays respectant les droit de l'homme donc cette journaliste ne bois ferait mieux de fermé sa gueule et d'aller s'occuper des probléme en france ou il y en a des millions....
@mok2007 !
Auteur : berhoc
Date : le 15 août 2012 à 20h49
A la rigueur quand tu confonds les choses concernant le Maroc, ça se comprend, mais manquer du respect aux autres rien que parce qu'ils sont différents de toi c'est grave mon ami :) Relaxe toi et rappelle toi qu'on est dans un échange d'idées après tout ! Surtout ne te crispe pas, la vie est belle tu sais :)
Dernière modification le 15/08/2012 21:00
voyez vous ça diantre...
Auteur : mok2007
Date : le 15 août 2012 à 20h15
encore un (ou une) qui s'offusque et fait semblant de pas comprendre...
les lhassas
Auteur : mok2007
Date : le 15 août 2012 à 20h10
ne te réjouis pas trop vite et ne crois pas que les choses resteront figées. continue de faire ton bon toutou comme on te la bien appris visiblement et profites bien des dernières années de ton roi d’opérette...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com