Menu

Article

La Libye demande au Maroc l'extradition de responsables du régime Kadhafi

Lors de sa visite au Maroc, le ministre libyen de la Justice a demandé à son homologue marocain, Mustapha Ramid, l’extradition de certains responsables de l’ancien régime «au passé criminel». Une demande qui pourrait très bien aboutir, puisque Ramid s’est dit disposé à coopérer «pleinement» dans ce sens. 

Publié
Le ministre libyen Ali H’mida Achour
Temps de lecture: 2'

Mardi, une délégation ministérielle libyenne, conduite par le Premier ministre Abderrahim El Kib, est arrivée au Maroc pour une visite de travail de deux jours. Le ministre libyen de la Justice, Ali H’mida Achour, était du voyage. Lors de son séjour au royaume, il a été reçu, à Rabat, par son homologue marocain Mustapha Ramid. Ce dernier a fait savoir, qu’il avait reçu une demande d’extradition de la part du ministre libyen, concernant certains ressortissants libyens soupçonnés d’avoir «un passé criminel» relié à l’ancien régime de Kadhafi.

En réponse à Achour, Ramid a indiqué que son département était «disposé à coopérer pleinement avec la partie libyenne de la Justice, en harmonie avec les législations internationales et nationales en vigueur», rapporte l’agence de presse MAP, sans fournir plus de détails.

Le ministre pjdiste a, par ailleurs, souligné que le Maroc souhaitait accompagner la Libye pendant cette période de transition et qu’il tenait également «à inscrire les relations à l'échelle maghrébine dans un cadre de coopération et de complémentarité». «Cette rencontre vise à amorcer de nouvelles relations bilatérales dans tous les domaines, notamment en ce qui concerne la coopération judiciaire entre les deux pays», a déclaré, pour sa part, Ali H’mida Achour, à l’issue de cet entretien.

Un «nouveau départ» ?

Parmi les points évoqués par la délégation libyenne, figure également la réactivation de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Hier, mercredi, le Premier ministre libyen a, en effet, souhaité la «réalisation effective» de l'UMA, rapporte la même source. Fondée en 1989, cette institution regroupant le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Algérie et la Mauritanie ne s’est plus réunie depuis  1994. Après plusieurs années d’inertie, l’UMA pourrait bien être relancée cette année. Un sommet regroupant les cinq chefs d’Etats maghrébins devrait se tenir en octobre prochain, en Tunisie.

«L'UMA (...) contient beaucoup de rêves que nous voulons voir réalisés, mais cela ne se fera qu'à la condition que cette union soit bien préparée, sérieuse et dotée d'un calendrier clair», a déclaré Abderrahim El Kib, lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Saâd Eddine Othmani.  Et d’ajouter : «Nous souhaitons que cela se fasse rapidement».

 A l’issue de cette visite, Abderrahim El Kib a invité le gouvernement marocain à se rendre à Tripoli pour poursuivre les discussions entamées entre les différents responsables politiques, mais aussi pour  «briser la glace après une longue période de froid entre les deux capitales, sous l'ancien régime libyen». Le chef de la diplomatie marocaine, lui, a qualifié cette visite de «nouveau départ» pour les relations entre les deux pays. 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com