Menu

Sport Publié

Dopage des athlètes marocains : Pour Said Aouita, le président de la fédération doit démissionner

A défaut de place sur le podium, les athlètes marocains tiennent le haut de pavé dans le classement des sportifs qui se dopent. Sur les 9 contrôlés positifs, trois sont marocains. Une piètre performance qui a fait sortir Said Aouita de ses gonds, appelant le président de la Fédération à démissionner.

Temps de lecture: 2'
DR

«La Fédération d’athlétisme assume entièrement la responsabilité du recours des sportifs à des produits interdits». Les propos sont de Said Aouita. Dans un entretien accordé au quotidien Al Massae, l’ancienne vedette du sport national, connu pour son franc-parler, n’a pas fait dans la dentelle, accusant vertement la FRMA d’ «encourager» les athlètes à se doper et refuse de la «combattre». Il a également invité le président de la Fédération, Abdeslam Ahizoune à reconnaître son «échec» et à «présenter sa démission». Et de préciser que «la Fédération a besoin d’un nettoyage radicale».

Said Aouita, connu pour son franc-parler, a estimé que la Fédération d’athlétisme est un haut lieu de «la tricherie, la falsification et les dopants».

Il a rappelé sa mauvaise expérience, en 2008, à la tête de la direction technique marquée par de perpétuels affrontements entre lui et le président de la Fédération, Abdeslam Ahizoune sur, justement, la prolifération du dopage dans les rangs des athlètes marocains. Aouita a assuré qu’il voulait combattre ce fléau mais que le président ne partageait pas la même ambition.

Le dopage une pratique courante

Au JO de Londres, le Maroc est au fond du fossé. Trois cas de dopages parmi sa délégation sont officiellement déclarés, il s’agit de Meriem Selsouli, Abderrahim Goumri et Amine Laâlou. Une liste ouverte à d'autres candidats. Force est de constater que cette pratique est devenue monnaie courante. En 2004, il y avait les cas de Abdelkader Hachlaf et Khalid Tighziouine, respectivement coureurs de 1500 et 800 mètres. Aux Mondiaux de Berlin de 2009, deux athlètes marocains, Meriem Alaoui Selsouli et Jamal Chetbi, tombent dans les filets des chasseurs de produits interdits. La première est revenue après une suspension de deux ans alors que le second a complètement disparu des pistes nationales et internationales.

Dans l’entretien qu’il a accordé à Al Massae, Said Aouita a promis de révéler bien de secrets sur cette affaire de dopages. «J’ai gardé le silence durant une longue période mais le moment est venu pour appeler les choses par leurs noms (…) Je détiens des secrets d’une extrême importance que je ne dévoilerai que le 12 août, date de la fin des Jeux Olympiques». Tiendra-t-il sa promesse ?

LES JO 2012
Auteur : HMIMID69
Date : le 14 août 2012 à 01h06
Mer. Aouita; les jeux sont terminés on vous écoute.
Dopage des athlètes marocains
Auteur : INVOCAT
Date : le 10 août 2012 à 11h28
Bonjour,

Il est certain que nous en avons plus qu'assez du niveau des sportifs au Maroc conjugué à celui du football. Avant d'entamer un match ou une compétition, nous nous savons déjà perdants ! Pis, nous en avons pris l’habitude.

Nos jeunes encouragent d'autres drapeaux ! D'autres équipes !

Pour ne rien nous épargner, s'ajoute au reste le dopage = tricherie.

Plusieurs questions sont à poser : Qui? Quoi? Comment? ... et si des têtes doivent démissionner et bien que chacun assume ses responsabilités. Ce ne serait qu’à leur honneur de donner le relais à des personnes qui peuvent mieux faire.

Autres questions que je me pose :

1- Quel est le rôle du Ministère de la jeunesse et des sports dans l'encadrement des jeunes talents?

Quand nous lisons dans la presse que des champions nationaux, doivent emmener leurs espadrilles chez le cordonnier pour assister à une compétition? Qu’ils se déplacent à leurs propres frais ? En sommes-nous arrivés là ? A ce point ?

2- Comment pouvons-nous effacer pour les olympiades à venir et les années à venir l'amertume qui nous ronge aujourd’hui?
3- Quel plan et quel programme?
4- Comment inculquer la fierté de représenter une nation et porter ce sentiment haut et fort jusqu'à en pleurer sur les gradins quand l'hymne nationale se joue?

Je me rappelle de l'époque où les sportifs étaient accueillis comme des héros, parce qu'eux aussi ont écrit sur le livre d'or du pays de mémorables lignes.

Je refuse de me dire que ce n'est que du passé, nous avons de l'énergie à revendre et nous sommes fiers quand un marocain ou une marocaine arrive au sommet.

Mais pour y arriver il faut que nos grandes énergies conjuguent leurs efforts et se battent pour faire briller nos couleurs.

Ne nous contentons pas de dire quand quelqu’un y arrive « au fait, il est d’origine marocaine ».

La preuve que cela est possible en est l’exemple de l’Egypte, celui de la Tunisie, de l’Algérie… C’est possible et nous en avons les moyens. Il faudrait en avoir la conviction et un cœur qui défend les couleurs nationales.

Sans transition et une remarque à part :

J'aurais tant souhaité que les marocains se présentent en habit traditionnel, le jour des JO à l'instar des autres pays qui l'on fait. Surtout que nous avons une culture tissée dans l’élégance. Merci aux notes de Najat ATABOU qui ont ouvert le défilement des équipes internationales, quoique remixées, ce sont NOS notes. (Bien entendu le DJ de service ne le savait pas)

Epilogue :
Je crois que les responsables doivent capitaliser sur le constat et aller de l'avant en mettant tout leur savoir au service du sport national.

J'attends la prochaine larme que versera un champion marocain fièrement. J'attends aussi que le football marocain, puisse faire un 360° sur lui-même et se poser la question "Le Maroc, a-t-il les moyens de payer des entraineurs aux résultats catastrophiques, des sommes astronomiques? »

Payons sur la base de l’atteinte d’objectifs et payons des marocains. D’ailleurs cela a marché quand Zaki l’avait fait.

En parlant de ballon rond qui nous fait peur dans les rues quand les deux couleurs se rencontrent ! Ne faudrait-il pas sensibiliser que le sport est avant tout une discipline? Et ces enfants qui s'en vont mendier le prix du ticket, nous rendent-ils passifs?
… tant à dire.

Mille et un soupirs mais j’ai foi en de futures réalisations. Si les bonnes questions se posent, si nous sommes dans les lignes directrices de la volonté souveraine pour le sport, les sportifs n'auront que le bonheur de porter notre hymne au summum de ses notes tout en pratiquant ce à quoi ils sont destinés.

Ce jour-là, nous serons au rendez-vous devant nos télés ou physiquement sur place, parce que le sport national nous concerne tous.

Cordialement
Aouita
Auteur : berhoc
Date : le 08 août 2012 à 15h05
Aouita a été déjà accusé de dopage ! maintenant, il accuse la fédération, est-ce vraiment un amour du pays ou du poste ?
Tricheries au sein même des membres de la FRMA
Auteur : Zayad Tabana
Date : le 08 août 2012 à 12h34
C'est une honte pour le Maroc.Le Roi doit intervenir.La fédération triche depuis des décennies.Les membres ne cherchent que leurs intérêts personnels et s'en foutent complètement de tous les marocains TOZ .
Faut mener une enquête approfondie pour démasquer les vraies personnes qui se cachent derrière tout ça.
C'est incroyable,aucune administration n'est propre au Maroc ALLAH ISTAR et pourtant on parle assez du patriotisme TOZ
Les autres se dopent avec un suivi médical performant
Auteur : Danouni
Date : le 08 août 2012 à 07h09
Hors compétition et des mois AVANT les épreuves, les sportifs dans les pays riches se dopent avec un suivi médical sérieux.

A ce niveau, le Maroc a beaucoup à apprendre.

Les dopants comme les médicaments ont une durée de vie dans le corps.

ZIDANE en personne a été vu lors de sa dernière coupe du Monde à Genève dans une clinique spécialisée dans l' injection aux sportifs et aux artistes fatigués de leur propre sang enrichi en Oxygène.
C'est beaucoup + simple pour les sportifs qui pour avoir le même résultat doivent passer une bonne période d'entrainement en altitude
Dernière modification le 08/08/2012 07:12
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com