Menu

Article

Sahara : L’Espagne rapatrie tous ses coopérants des camps de Tindouf

Dix jours après la libération de trois coopérants européens enlevés des camps de Tindouf, en octobre 2011, l’Espagne vient de rapatrier tous ses ressortissants travaillant dans la zone contrôlée par le Polisario.  

Publié
Camp de Tindouf (DR)
Temps de lecture: 4'
C’est un revers pour le Polisario. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Margallo, a annoncé, le samedi 28 juillet, le lancement d’une opération «volontaire» de rapatriement de tous les coopérants (au nombre de 12) qui se trouvent dans les camps de Tindouf. Une décision motivée par la présence d'indices sur une «forte augmentation de l’insécurité dans la zone» que le responsable espagnol a qualifié, dans des déclarations à la presse, de «plateforme terroristes». Une allusion à la présence des rebelles touaregs du mouvement national pour la libération d’Azawad (MNLA) et des milices islamistes de Ansar Dine, liées à l’organisation terroriste Al Qaeda.
En dépit de cette évacuation-surprise, le ministre a assuré aux journalistes, que la situation dans le Nord du Mali n’est pas aussi alarmante comme laissent suggérer certaines analyses avançant que cette région «serait sur le point de se transformer en un nouvel Afghanistan».
Un rapatriement mené dans le secret
L’appel du chef de la diplomatie du gouvernement de Mariano Rajoy a été entièrement entendu, preuve en est l’atterrissage le même jour sur le tarmac de la base militaire Torrejón de Ardoz (proche de Madrid) d’un avion en provenance de Tindouf avec à son bord l’ensemble des coopérants espagnols en plus de deux ressortissants français et d’un italien. 
Selon le chef de la diplomatie espagnol, ce rapatriement a été mené dans le secret. José Margallo a révélé que l’opération a commencé le vendredi en déplaçant les coopérants des camps où ils travaillaient vers la base militaire algérienne de Tindouf. Margallo a appelé, par ailleurs, tous les ONG encore présentes dans les camps de Tondouf et dans la région du Sahel à «être extrêmement prudents et conscient du danger» qui les guettent.  
Ce rapatriement de tous les coopérants espagnols intervient juste dix jours après la libération des trois humanitaires, deux Espagnols et une italienne, kidnappés, le 11 octobre 2011, en plein camps des Tindouf, par un groupe terroriste (le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao)). Une libération rendue possible grâce au paiement d’une rançon dont le montant serait de 3 millions euros alors que le Mujao demandait 10 millions euros.
Le Polisario déplore le rapatriement
Visiblement la nouvelle du rapatriement de tous coopérants espagnols travaillant dans les camps de Tindouf n’a pas trouvé grâce aux yeux de la direction du Polisario. Ce dimanche, son représentant en Espagne, Beyoune Bouchraya, dans des déclarations à la radio Cadena Ser (proche du PSOE) a tenu à préciser que son mouvement ne partage pas les raisons présentées par le ministre espagnol des Affaires étrangères pour expliquer cette évacuation.
Le Polisario craint, en effet, que la décision espagnole ne fasse tache d’huile et inciterait d’autres pays à entreprendre des évacuations similaires de leurs coopérants.

C’est un revers pour le Polisario. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Margallo, a annoncé, le samedi 28 juillet, le lancement d’une opération «volontaire» de rapatriement de tous les coopérants (au nombre de 12) qui se trouvent dans les camps de Tindouf. Une décision motivée par la présence d'indices sur une «forte augmentation de l’insécurité dans la zone» que le responsable espagnol a qualifié, dans des déclarations à la presse, de «plateforme terroriste». Une allusion à la présence des rebelles touaregs du mouvement national pour la libération d’Azawad (MNLA) et des milices islamistes de Ansar Dine, liées à l’organisation terroriste Al Qaeda.

En dépit de cette évacuation-surprise, le ministre a assuré aux journalistes, que la situation dans le Nord du Mali n’est pas aussi alarmante comme laissent suggérer certaines analyses avançant que cette région «serait sur le point de se transformer en un nouvel Afghanistan».

Un rapatriement mené dans le secret

L’appel du chef de la diplomatie du gouvernement de Mariano Rajoy a été entièrement entendu, preuve en est l’atterrissage le même jour sur le tarmac de la base militaire Torrejón de Ardoz (proche de Madrid) d’un avion en provenance de Tindouf avec à son bord l’ensemble des coopérants espagnols en plus de deux ressortissants français et d’un italien. 

Selon le chef de la diplomatie espagnole, ce rapatriement a été mené dans le secret. José Margallo a révélé que l’opération a commencé le vendredi en déplaçant les coopérants des camps où ils travaillaient vers la base militaire algérienne de Tindouf. Margallo a appelé, par ailleurs, tous les acteurs des ONG encore présentes dans les camps de Tindouf et dans la région du Sahel à «être extrêmement prudents et conscient du danger» qui les guettent.  

Ce rapatriement de tous les coopérants espagnols intervient juste dix jours après la libération des trois humanitaires, deux Espagnols et une Italienne, kidnappés, le 11 octobre 2011, en plein camps des Tindouf, par un groupe terroriste (le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao)). Une libération rendue possible grâce au paiement d’une rançon dont le montant serait de 3 millions d'euros alors que le Mujao demandait 10 millions d'euros.

Le Polisario déplore le rapatriement

Visiblement la nouvelle du rapatriement de tous coopérants espagnols travaillant dans les camps de Tindouf n’a pas trouvé grâce aux yeux de la direction du Polisario. Ce dimanche, son représentant en Espagne, Beyoune Bouchraya, dans des déclarations à la radio Cadena Ser (proche du PSOE) a tenu à préciser que son mouvement ne partage pas les raisons présentées par le ministre espagnol des Affaires étrangères pour expliquer cette évacuation. 

Le Polisario craint, en effet, que la décision espagnole ne fasse tache d’huile et inciterait d’autres pays à entreprendre des évacuations similaires de leurs coopérants, isolant ainsi un peu plus le mouvement séparatiste.

Est-ce la fin?
Auteur : YOU2012
Date : le 02 août 2012 à 07h32
On dit une affaire qui traine est une affaire malsaine, 37 ans, ce mouvement qui prend otage des milliers de gens pour une cause en doute, certainement ses dirigeants vont payer le prix, ils sont maintenant piègés coincés à tindouf et ne peuvent aller nulle part, les manifestations et les boulverssements ne vont pas cessées dans les camps de tindouf car les petits enfants sahraouis meurent en douceur tous les jours, l'implantation des mouvements de nature islamique va sérrer l'étau davantage si comprend bien que en Afganistan ce n'est pas encore fini et on voit bien que un deuxième Afganistan menace déjà la région du sahel. Alors, tant que la première direction algérienne déteste encore la monarchie marocaine la zone du sahel serait balkanisée sans aucune doute.
C'est fini l'assistanat
Auteur : tomayo
Date : le 30 juillet 2012 à 12h21
Khadafi est parti, les temps sont durs pour subvenir aux besoins des Sahraouis et surtout les 2 peuples frères Algériens et Marocains veulent finir avec cette histoire qui les séparent.
Il n y a pas de Polisarios,
Vive les retrouvailles entre le peuple Algérien et Marocain, Prenons position et avançons vers ce qui nous rassemble depuis toujours, nous avons beaucoup de choses à partager ensemble.
Ils ont oubliés l'Algérie.
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 30 juillet 2012 à 12h10
Il n' y a pas que de Tindouf qu'il rapatrier ses ressortissants mais, bien de tout Zangapauvre, le bastion du grand terrorisme en Afrique du Nord!
Sauve qui peut!
Auteur : Disnay
Date : le 30 juillet 2012 à 11h52
Les "combattants" polisa-riens commencent à filer vers le sud, où les "affaires" sont plus interessantes. En embarquant avec eux des coopérants, qui s'échangent au prix fort. Alors les espagnols qui restaient préfèrent s'enfuir. Normal.
c'est sûr que les autres pays suivront ..
Auteur : Kenzadalil
Date : le 30 juillet 2012 à 06h40
Le jeudi soir ils se sont mis à tirer sur des jeunes Sahraoui à Tindouf lors d'une manifestation..

Voici le lien

http://www.polisario-confidentiel.com/news/1/219-exclusif-climat-insurrectionnel-a-tindouf-apres-des-tirs-contre-des-manifestants.html
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com