Menu

Article

Sahara et pays du Golfe : Un soutien indéfectible au Maroc qui tarde à se traduire sur le terrain

Alors que tous les Etats du Conseil de coopération du Golfe soutiennent le Maroc sur la question du Sahara et l'expriment lors de différents rendez-vous internationaux, seuls deux membres, à savoir les Emirats arabes unis et le Bahreïn, ont traduit cet appui par l’ouverture de consulats dans la province.

Publié
Le roi Mohammed VI avec les chefs d'Etats membres du Conseil de coopération du Golfe. / DR
Temps de lecture: 2'

Cette semaine, plusieurs pays du Golfe ont réaffirmé leur soutien à l’intégrité territoriale du Maroc, en exprimant tantôt leur reconnaissance de la marocanité du Sahara, tantôt leur position sur le plan d’autonomie proposé par le Maroc à la province. Le premier a été l’Arabie saoudite, qui a réitéré, par le biais de son ambassadeur au Maroc, sa «position constante, catégorique et affichée» en faveur de la marocanité du Sahara et de l'intégrité territoriale du Maroc. La déclaration d’Abdullah bin Saad Al Ghurairi a été faite lors d’une rencontre tenue avec le président de la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami.

Ses autres voisins ont également exprimé leur position devant les membres de la quatrième commission de l’Assemblée générale de l’ONU. Mardi, le Sultanat d’Oman a ainsi appelé à une solution politique à la question du Sahara sur la base de l’initiative d’autonomie qualifiée de «sérieuse et crédible» par le Conseil de sécurité. Le représentant omanais a indiqué que le gouvernement de son pays souligne l’importance de parvenir à une solution politique réaliste, pragmatique et de compromis à même «d’encourager les parties concernées à poursuivre le dialogue» en faveur du renforcement de la paix et la stabilité dans la région.

Pour sa part, le Koweït a réaffirmé son appui à l’intégrité territoriale du Maroc. Son représentant à l’ONU a ainsi réitéré le soutien de son pays à l’initiative d’autonomie, la qualifiant de «choix constructif» et rappelant la position des pays du Golfe vis-à-vis de la question du Sahara.

Depuis New York également, les Emirats arabes unis ont réitéré leur soutien à l’initiative marocaine d’autonomie pour trouver une solution définitive à la question du Sahara, tout en rejetant «toute atteinte» à l’intégrité territoriale du Royaume, tout comme le Bahreïn qui a réaffirmé, lors de la même occasion, son soutien à une solution politique à la question du Sahara, dans le cadre de la souveraineté et l’intégrité territoriale du Maroc.

Seuls deux pays du CCG ont ouvert des consulats au Sahara

Hormis les temps de crise, les pays du Golfe ont toujours soutenu le Maroc sur la question du Sahara. Un soutien qui leur a valu, à maintes reprises, des critiques de l’Algérie. D’ailleurs, plusieurs médias proches du pouvoir algérien ont critiqué les dernières déclarations tenues devant la quatrième commission de l’Assemblée générale de l’ONU.

Mais force est de constater que le soutien indéfectible des pays de Golfe tarde à se traduire sur le terrain. En effet, seuls deux des six membres composant le Conseil de coopération du Golfe sont allés jusqu’à ouvrir des consulats au Sahara. En effet, mercredi 4 novembre, les Emirats arabes unis ont inauguré leur représentation diplomatique à Laâyoune, devenant le deuxième pays arabe, après Djibouti, à acter son soutien. Un mois plus tard, le Bahreïn a emboité le pas, en inaugurant également son consulat à Laâyoune.

Des sources médiatiques avaient fait état, en mai dernier, de l'ouverture imminente de consulats d'Arabie saoudite et du Koweït au Sahara. Toutefois, ces deux Etats membres du Golfe ne sont pas encore passés à l’acte, contrairement à la Jordanie, qui dispose d’un consulat à Laâyoune depuis mars 2021.

Le Maroc bénéficie d'un grand soutien de pays arabes influents. D’ailleurs, la Ligue arabe avait exprimé son soutien au Maroc, lors de la rupture des relations entre Rabat et Téhéran en mai 2018, puis lors de la crise maroco-espagnole de l’été dernier. Un soutien qui devrait franchir une nouvelle étape et se traduire sur le terrain, comme pour le cas de plusieurs pays africains.

Article modifié le 2021/10/31 à 14h26

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com