Menu

Article

Liberté sexuelle et avortement au Maroc : Mustapha Ramid s'y oppose

Lundi au parlement, le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, s’est dit opposé aux libertés sexuelles entre Marocains et Marocaines non mariés et à la légalisation totale de l’avortement.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le gouvernement Benkirane s’invite dans le débat sur les libertés sexuelles, lancé par l’AMDH. L’association des droits de l’Homme demandait, il y trois semaines, l’abrogation de l’article 490 du code pénal criminalisant toutre relation sexuelle entre homme et femme en dehors du mariage. Pas de surprise, l’exécutif majoritairement islamiste s’est prononcé contre l’appel de l’AMDH.

Lundi, à l’occasion de la session des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre de la Justice et des Libertés à expliqué que la suspension ou l’abrogation de l’article 490 est «une prévarication qui porte un grave préjudice à l’ordre public au Maroc dont la religion musulmane est sa principale composante.» Et de lancer au Groupe des députés socialistes à l’origine de cette question que son gouvernement s’oppose à une telle initiative.

Ramid contre la légalisation totale de l’avortement

Au cours de la même intervention, le ministre du PJD a, par ailleurs, évoqué des avortements, se disant hostile à une légalisation totale de ces opérations dont le nombre est en nette croissance. Contrairement aux libertés sexuelles, Ramid a montré, sur le second point, une certaine souplesse, admettant que cette question mérite plus de débat et de clarification.

Concernant les avortements, le ministre de la Justice et des Libertés a-t-il parlé au nom de toutes les composantes du gouvernement ou uniquement au nom du PJD ? Le ministre de la Santé à une approche diamétralement opposée avec celle prônée par les «frères» de Benkirane. On s’en souvient de la polémique entre Houcine El Ouradi du PPS et Bassima Hakkaoui de la Lampe sur l’avortement, juste quelques semaines après que l’équipe Benkirane ait eu la confiance du parlement.

Lors de la même séance, Mustapha Ramid a abordé l’épineux problème de la violence et du harcèlement sexuel subit par les femmes, expliquant au passage que l’actuelle forme du code pénal et les amendements en cours de préparation «garantissent la protection à tous les citoyens, hommes et femmes.». Une manière pour lui de noyer le poisson, sachant que la société civile réclame davantage de sanctions contre les auteurs de ces crimes.

@charmeur de Serpent Ok
Auteur : berhoc
Date : le 11 juillet 2012 à 14h18
Bien dit : La responsabilité. On est très loin de ça !
Il faut juste regarder nos feux rouges où il faut toujours avoir un policier ! imaginons avec la liberté sexuelle !

Wallah si je serai sûr que ne serons responsables de nos actes, et je parle de notre société telle que je la côtoie tous les jours, je serai le 1er à être d'accord pour cette liberté ! Il y a même des laics qui ont compris cela et qui ne veulent pas cette liberté! Mme SKALLI ancienne ministre et œuvrant dans l'associative et la cause féminine ne l'a pas fait durant son investiture, elle on la comprend mais quand un ministre soit disant islamiste on parle religion !
Cette tempête des associations va passer !
Dernière modification le 11/07/2012 14:21
@charmeur de Serpent
Auteur : abdo447
Date : le 11 juillet 2012 à 14h13
100000% d'accord avec Toi.
chnou khassak al3aryan, khasni une liberté sexuelle amoulay
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 11 juillet 2012 à 13h07
Apprenons tout d'abord à respecter nos lois et nos règles, à respecter notre code de la route, à respecter les codes de la citoyenneté, à respecter nos devoirs et nos obligations, à être discipliné avant de parler de droit et de liberté sexuelle. Apparemment, le Marocain a beaucoup de chemin à parcourir pour apprendre à être responsable et respectueux aux exigences de la citoyenneté. Donner une liberté sexuelle à quelqu'un d'irresponsable et irrespectueux envers tout, cela peut nous conduire à de graves problèmes sociaux. Il suffit de voir ce qui se passe actuellement pour envisager le pire avec une liberté sexuelle.
@amine33 On verra !
Auteur : berhoc
Date : le 10 juillet 2012 à 18h56
Le PJD a été voté aux urnes et on ne peut pas spéculer sur les 50 % qui se sont abstenus ! Maintenant, il faut suivre leur travail pour évaluation ! Si tu pense déjà qu'il ne font rien faire, c'est un avis aussi !
Dernière modification le 10/07/2012 19:05
en réponse à berhoc
Auteur : aminedu33
Date : le 10 juillet 2012 à 17h09
Les barbus sont arrivés au pouvoir avec le soutien d'un peuple aux alentours de 50%. Certes les apparences sont trompeuses, mais vous le savez vous et moi, que les libertés sexuelles et l'avortement ne seront jamais éradiquées du fait des pratiques médicales clandestinement auxquelles les femmes auront recours. Quand j'évoque Mr Berhoc la prostitution et les villes bourrées de fêtards, j'estime que ces barbus feront rien pour supprimer ce fléau. Que ce soit barbu ou parti istiqlal, rien ne fera dans le bon sens, car l'argent coule et des milliards d'euros et des millions de postes seront supprimés. Qu'ils arrêtent de prendre des gens pour des cons, ceci n'avancera pas les choses, pire elles s'empirent.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com