Menu

Article

Parlement européen : Pour contrer les amis du Polisario, le Maroc parie sur le Parti populaire européen

Face à la pression des amis du Polisario au Parlement européen, le Maroc se tourne vers le Parti Populaire Européen, première force au sein de l’institution législative avec 187 eurodéputés, pour défendre ses intérêts.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a reçu ce lundi 20 septembre le vice-président du groupe du Parti populaire européen (PPE) au Parlement européen, Andrey Kovatchev. Dans des déclarations à la presse, l’eurodéputé a souligné que «le Maroc est un partenaire très important de l’UE et nous devons approfondir nos relations après les libres, démocratiques et transparentes élections tenues dans le Royaume (…) Le Maroc a beaucoup d’amis au sein du parlement européen», rapporte la MAP.

Kovatchev s’est félicité du bon déroulement du triple scrutin du 8 septembre : «Ces élections illustrent une nouvelle fois la résilience du Royaume face à la crise sanitaire, ainsi que la maturité de son expérience démocratique.»

Cette réunion intervient alors que la Cour de Justice de l’Union Européenne doit prononcer, le 29 septembre, son verdict dans l’affaire du recours en annulation interjeté par le Polisario contre la conclusion de l’accord sous forme d’échange de lettres entre l’Union européenne et le Maroc sur la modification des protocoles n°1 et n°4 de l’accord d’association entre les deux parties.

Le Maroc n’a pas encore constitué son groupe d’amitié parlementaire Maroc-UE

Le Maroc a en effet grandement besoin de l’appui de la première force au Parlement européen, notamment après le vote le 10 juin d’une résolution condamnant Rabat pour «l’utilisation de mineurs» dans sa crise avec l’Espagne. Un texte adopté par 397 voix pour, 85 contre et 196 abstentions.

Le PE connait aussi une forte campagne des eurodéputés pro-Polisario, de gauche, d'extrême gauche et de droite y compris dans les rangs de parlementaires espagnols appartenant au Parti populaire européen (tel Gabriel Mato), qui s’activent contre l’intégration des produits du Sahara occidental dans les accords de pêche et agricole signés avec le royaume.

Le dernier acte de cette mobilisation a été la présentation, la semaine dernière, par le groupe de la Gauche au Parlement européen (GUE/NGL) de la candidature de la Sahraouie Sultana Khaya au Prix Sakharov 2021. Une initiative qui a peu de chances d’aboutir, le grand favori étant l’opposant russe, Alexei Navalny, dont la candidature est justement parrainée par le groupe du Parti Populaire Européen.  

A noter que deux ans après les élections européennes de mai 2019, le Royaume n’a pas encore constitué un nouveau groupe d'amitié parlementaire Maroc-UE. Pour mémoire, au lendemain de l’adoption de la résolution du 10 juin par les eurodéputés, la communication officielle à Rabat a été contrainte de donner la parole aux anciens membres du groupe d’amitié pour «déplorer l’instrumentalisation» d'une question migratoire. Le Polisario a déjà lancé le sien en février 2020.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com