Menu

Breve

L'ex-président tunisien sur le discours royal : «Il est temps de surmonter la dernière crise»

Publié
L'ancien président tunisien, Moncef Marzouki. / DR
Temps de lecture: 1'

L’invitation du roi Mohammed VI au président algérien Abdelmadjid Tebboune pour une réunion destinée à tourner la page des différends entre les deux pays a fait réagir l’ancien président tunisien. Sur sa page Facebook, Moncef Marzouki a ainsi affirmé, que «l'appel du roi Mohammed VI du Maroc à ouvrir une nouvelle page de l'histoire des relations maroco-algérienne est très positif». «Je pense qu'il est temps de surmonter la dernière crise», a-t-il ajouté.

L’ancien chef d’Etat a indiqué que son «souhait, comme tous les maghrébins, est que l’appel ne reste pas lettres mortes», pour que l'Union du Maghreb arabe soit «réanimée et activée». «Rien n'est plus urgent dans notre région aujourd'hui que ce retour de la sérénité entre les frères pour faire face aux dangers communs», a-t-il poursuivi.

Moncef Marzouki a évoqué l’un des derniers dangers communs en date, accusant des «hyènes» et des «forces» de la tyrannie de vouloir «détruire une région» qu’ils «n’étaient pas censés s'approcher ses frontières en premier lieu». «Notre unité constitue notre force et représente l'avenir des générations maghrébines», conclut-il.

Samedi, dans son discours du trône, le roi Mohammed VI a affirmé que l’état actuel des relations entre le Maroc et l’Algérie ne sert en rien les intérêts respectifs des deux pays. «Il est même jugé inacceptable par bon nombre de pays», a-t-il déclaré, en lançant un appel au président algérien pour œuvrer ensemble à dépasser les tensions.  

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com