Menu

Article  

Maroc : Soulaiman Raissouni condamné à 5 ans de prison ferme

Le journaliste Souleiman Raissouni a été jugé coupable d'agression sexuelle par la chambre criminelle de première instance de Casablanca. Il écope de 5 ans de prison ferme.

Publié
Le journaliste Soulaiman Raissouni. / DR
Temps de lecture: 2'

La chambre criminelle de première instance près la Cour d’appel de Casablanca a condamné, ce vendredi soir, à cinq ans de prison ferme, le journaliste et ancien rédacteur en chef du journal Akhbar Alyaoum, Soulaiman Raissouni.

Selon des sources sur place, les juges ont convoqué le journaliste pour entendre le verdict final, après la séance d’aujourd’hui qui s’était déroulée sans sa présence.

Dans une déclaration à la presse, la défense du journaliste a rappelé avoir «appelé, tout au long du procès, à ce que la loi soit appliquée, ni plus ni moins». «Il est inconcevable que la cour rende son verdict dans une affaire de ce type sans la présence de l'accusé. Il y a un procès verbal qui a été ajouté au dossier selon lequel Soulaiman refuse de se présenter devant les juges tandis que lui, assure que ces faits sont faux», ajoute l'un de ses avocats. 

De son côté, Khouloud Mokhtari, épouse du journaliste, a déclaré à la presse que la famille du journaliste «s'attendait à ce que la justice corrige les erreurs commises par la police judiciaire dans le dossier de Soulaiman Raissouni». «Au contraire, ce qui arrive maintenant donne une image déformée du journalisme», ajoute-t-elle, en rappelant que le journaliste «n'a pas eu l'occasion de se défendre et de répondre aux accusations portées à son encontre».

Son état de santé s'est détérioré

Christophe Deloire, Directeur général de Reporters sans frontières (RSF), qui s'est déplacé au Maroc pour assister au procès de Raissouni, a affirmé que «cette décision survient à l’issue d’un procès entaché d’irrégularités manifestes». «Nous demandons instamment que Raissouni soit libéré dans l’attente d’un procès en appel. Après une grève de la fin aussi longue, il y va de sa survie. Il mérite un procès équitable», a-t-il ajouté. 

En mai 2020, Soulaiman Raissouni a été arrêté, puis placé en garde en vue suite à une plainte déposée contre lui par un jeune homme se déclarant homosexuel. Le rédacteur en chef d'Akhbar Alyaoum a été accusé d’«agression sexuelle» pour des faits remontant à fin 2018. Depuis son interpellation, il était en détention en attendant son procès.

Début avril, le journaliste a entamé une grève de la faim contre sa détention, considérée comme arbitraire. Depuis juillet, Soulaiman Raissouni a arrêté de prendre de l’eau sucrée, son état de santé s'est alors considérablement dégradé.

Article modifié le 2021/07/10 à 00h43

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com