Menu

Article

Un nouveau Plan Maroc Mines : objectif 15 miliards de dirhams hors phosphate d'ici 2030

À l'occasion de son nouveau Plan Maroc Mines 2021-2030, le Royaume souhaite modifier en profondeur son industrie minière pour en accroitre la pérennité dans le temps, notamment par le développement de minéraux stratégiques liés aux énergies renouvelables, et sa rentabilité au-delà du phosphate. 

Publié
Présentation du Plan Maroc Mines 2021-2030. / DR
Temps de lecture: 2'

Le ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement a annoncé, ce lundi lors d'une cérémonie, la mise en place d’un nouveau Plan Maroc Mines 2021-2030 (PMM). Ce plan découle d’une évaluation en 2019 du plan 2013-2025, ayant permis d’identifier six enjeux majeurs qui impactent le développement du secteur minier national.

Ces enjeux touchaient entre autres la dynamisation de la recherche et de l’exploration minière, du renforcement de la professionnalisation des opérateurs miniers, de l’adaptabilité de l’organisation du secteur, la disponibilité du capital humain qualifié et la capitalisation du savoir nécessaire au développement et à la pérennité du secteur minier national, indique le département dans un communiqué.

Découlent de ces enjeux, sous le bon œil d’un projet de bonne gouvernance, d’intégration économique, de respect de l’environnement et de durabilité et des droits des populations, la mise en place du PMM 2021-2030 développé autour de 4 piliers, 21 actes de développement, 58 leviers et 127 actions.

Les sept points cardinaux

Les approches stratégiques retenues pour supporter et mettre en œuvre ce plan se sont développées autour de 7 points : renforcer le rôle de l'Office national des hydrocarbures et des mines en tant qu'acteur public central dans le développement du secteur minier, renforcer et développer les missions de la Direction de la géologie, développer un laboratoire national minier, accompagner les TPME minières, développer des formations et des ressources humaines qualifiées en adéquation avec les besoins du secteur, favoriser l'émergence d'une industrie de valorisation et de transformation des produits miniers et mettre en place un régime fiscal adapté au secteur.

Être rentable au-delà du phosphate

Le Maroc souhaite également faire remonter ses revenus des sources minières ne provenant pas du phosphate à 15 milliards de dirhams d'ici à 2030, rapporte Reuters. Ces revenus, qui s'élèvent actuellement à 6,5 milliards de dirhams (730 millions dollars), devraient être augmentés en facilitant les investissements et mettant en place des incitations fiscales.

Si le gouvernement n'a pas précisé quels minéraux étaient visés par cette stratégie, le ministre de l'Énergie et des mines Aziz Rebbah a déclaré dans une conférence de presse que le gouvernement entendait mettre l'accent sur les "métaux stratégiques" des énergies renouvelables.

Pour rappel, le Maroc dispose de 70% des réserves mondiales en phosphate lui conférant le rang du premier exportateur à l’échelle mondiale de la substance. Il occupe aussi une place de choix dans l’exploitation d’autres substances minérales comme l'argent (19ᵉ rang mondial et 1er en Afrique), la fluorine (7e mondial et 2e en Afrique), la barytine (3e mondial et 1er en Afrique), le cobalt (11e mondial et 3e en Afrique).

La production minière représente une place importance du produit intérieur brut marocain (entre 7% et 10%). En 2020, elle a représenté 21,7% de la valeur des exportations du royaume.

Article modifié le 2021/06/22 à 10h36

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com