Menu

Article

La finance islamique, alternative de financement pour les PME marocaines ?

Les PME marocaines souffrent de problèmes de financement chroniques. Une étude publiée récemment a étudié différentes formules de financement participatif qui peuvent servir d'alternative aux PME.

Publié
Photo d'illustration. / DR
Temps de lecture: 2'

A l’heure où l’Etat ne cesse d’encourager l’auto-entreprenariat et la création de TPE et PME pour soutenir la croissance et créer plus d’offres d’emplois, l’accès au financement reste l’une des contraintes majeures rencontrées sur le terrain et un frein à la croissance pour certaines d’entre elles. Une récente étude, élaborée par deux chercheurs à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de l’Université Mohammed V de Rabat s’est intéressée à cette question. Publiée dans la Revue marocaine de recherche en management et marketing (biannuelle), elle s’est ainsi focalisée sur les difficultés d’accès au financement pour les PME, notamment celui proposé par les banques participatives.

Dans ce sens, l’étude rappelle que les PME représentent près de 93% du tissu productif national et contribuent à hauteur de 40% des investissements privés et à 30% des exportations et créent environ 37% de valeur ajoutée. Mais elles restent «confrontées à de nombreuses contraintes qui déstabilisent le processus de leur financement à savoir la fragilité de leurs structures, la sous capitalisation, la complexité de la procédure d’accès au financement, le manque de garantis», ajoute-t-elle.

Pour les deux chercheurs Sirine Elfaik et Omar Hniche, «les difficultés d’accès au financement pour les PME est une problématique qui persiste toujours». Lancées dans une recherche perpétuelle pour se financer et se développer, les banques participatives peuvent ainsi être «considérées comme une alternative de financement» des PME. Les deux chercheurs rappellent, à cet égard, que ces banques proposent des modes de financement qui lient entre l’octroi de crédit et le partenariat.

Un financement possible, sous certaines conditions

L’étude expose aussi des formules habituelles de financement participatives adaptées aux PME, à commencer par les formules de financement basées sur le partenariat ; des modes de financement qui permettent ainsi à l’entreprise de formuler un contrat de partenariat avec la banque en vue de financer un élément à long terme. Elle cite, à cet égard, le contrat Moucharaka, le contrat Moubadara ou encore du contrat Istisna’a. L’étude mentionne aussi les formules de financement basées sur la dette, comme Mourabaha et les formules Salam et Ijara.

A titre d'exemple, elle cite le cas d’une société à responsabilité limitée, de type PME et opérant dans le secteur de l’enseignement scolaire privée à Rabat qui a recouru à un financement via une banque participative. Cet exemple permet de revenir sur les lacunes rencontrées par la PME, mettant ainsi en avant la nécessité de prévoir un accompagnement adéquat aux entreprises demandant ce type de financement.

«Théoriquement, les formules de financement participatif sont des modes adaptés aux attentes des PME et ce à travers les instruments de la dette ou ceux de la participation. En revanche, la réalité actuelle ne permet pas de confirmer d’une manière totale le constat théorique du fait que seul un produit de financement participatif est commercialisé pour le moment.»

Extrait de l’étude

Pour les chercheurs, les critères d’accès au financement participatif sont les mêmes que celles du financement classique au Maroc, tandis que certaines formules ne sont pas entièrement commercialisées par les banques participatives du pays.

Si «l'incertitude a une influence négative et significative sur l'intention comportementale» des clients particuliers marocains dans leurs liens avec les banques participatives, selon une étude publiée en mars dernier, l’adaptation de produits par celles-ci destinés aux PME peut s’avérer une stratégie gagnant-gagnant pour les deux composantes qui aspirent à se frayer un chemin vers le développement.

Article modifié le 2021/06/16 à 23h21

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com