Menu

Breve

Maroc : La Chambre des représentants regrette une instrumentalisation du Parlement européen

Publié
Photo d'illustration / DR.
Temps de lecture: 2'

Le bureau de la Chambre des représentants et les présidents des groupes et le groupement parlementaire ont regretté que le Parlement européen soit instrumentalisé par quelques eurodéputés qui font fi du partenariat entre le Maroc et l'Union européenne et que les instruments de partenariat et les mécanismes d’interaction entre les institutions législatives européennes et marocaines ne se soient pas réunis ni activés.

Lors d’une réunion d’urgence tenue, jeudi soir, sous la présidence de Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, le bureau de la Chambre et les présidents des groupes et le groupement parlementaire ont tenu à saluer les nombreux eurodéputés, de différents groupes politiques et de différentes nationalités, qui n’ont pas soutenu cette démarche conflictuelle, indique la première chambre dans un communiqué.

Ils ont également remercié les instances parlementaires panarabes et panafricaines pour leur solidarité avec le Maroc et leur rejet de l’instrumentalisation du Parlement européen dans une crise bilatérale entre l’Espagne et le Maroc, ajoute la même source.

La Chambre des représentants rejette les nombreuses dispositions inappropriées contenues dans le texte de cette résolution et dénonce ses arrière-pensées, souligne le communiqué, précisant qu'il est évident qu’il s’agit d’une manœuvre pour détourner l’attention d’une crise politique entre le Maroc et l’Espagne, une tentative vaine d’européaniser une crise bilatérale dont la genèse est connue et dont les responsabilités sont bien définies.

Lors de cette réunion, les membres ont discuté de l’adoption par le Parlement européen, jeudi, d’une résolution non législative relative aux mineurs non accompagnés et la question migratoire, note le communiqué, relevant qu'ils ont dénoncé le contenu de cette résolution contenant de nombreuses contrevérités.

S’agissant de la référence dans le texte de la résolution à la ville de Sebta, le bureau de la Chambre des représentants et les présidents des groupes réitèrent le statut juridique de cette ville marocaine occupée.

Selon le communiqué, le Parlement européen se positionne à contre-courant d’une reconnaissance unanime du statut du Maroc et de son rôle dans la coopération migratoire, ajoutant qu'aucune agence onusienne (UNICEF, OIM, Haut-commissariat aux Droits de l’Homme…), ni rapporteur indépendant, ne se sont prononcés sur la question des mineurs marocains ou sur une quelconque violation des engagements internationaux du royaume.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com