Menu

Article

Mineurs non accompagnés : Mohammed VI donne ses instructions pour un règlement définitif

Le Maroc est «disposé à collaborer» avec les pays de l’Union européenne pour le règlement de la question des mineurs marocains non accompagnés, se trouvant en situation administrative irrégulière, affirment ce mardi la diplomatie marocaine et le ministère de l'Intérieur. Le ministère critique toutefois des «lenteurs constatées» et des blocages dus aux procédures complexes dans certains pays européens».

Publié
Des mineurs marocains arrivés à Ceuta. / Ph. Reuters
Temps de lecture: 3'

Après avoir fustigé l’Espagne et apporté des précisions quant à la crise que traversent les relations entre Rabat et Madrid, les ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a abordé, ce mardi, la question du retour des mineurs. «Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’assiste, a bien voulu réitérer Ses Très Hautes Instructions aux Ministres chargés de l’Intérieur et des Affaires étrangères afin que la question des mineurs marocains non accompagnés, se trouvant en situation irrégulière dans certains pays européens, soit définitivement réglée», indique le communiqué des deux départements.

Les ministères rappellent ainsi que le souverain «avait souligné, à plusieurs reprises, y compris à des Chefs d’Etat étrangers, l’engagement clair et ferme du Royaume du Maroc à accepter le retour des mineurs non accompagnés dûment identifiés». Dans ce sens, «des mécanismes de coopération ont été mis en place avec certains pays, notamment la France et l’Espagne, et qui ont abouti au retour au Maroc de plusieurs dizaines de mineurs», poursuit le communiqué. Pour les deux ministères, «les lenteurs constatées dans la concrétisation de cette coopération sont essentiellement liées à des blocages dus aux procédures complexes dans certains pays européens».

«Dépasser les contraintes procédurales pour faciliter cette opération»

Les département d'Abdelouafi Laftit et de Nasser Bourita précisent, cependant, que le Maroc reste «le premier pays concerné par certains cercles de la société civile, voire des réseaux criminels, qui prennent prétexte des conditions soi-disant précaires des mineurs pour les instrumentaliser».

«Le Maroc est disposé à collaborer, comme il l’a toujours fait, avec les pays européens et l’Union Européenne, pour le règlement de cette question. Le Royaume espère que l’Union Européenne et les pays concernés sauront dépasser les contraintes procédurales pour faciliter cette opération.»

Ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères

La diplomatie marocaine et l'Intérieur disent toutefois regretter que la question migratoire, y compris la question des mineurs non accompagnés, soit «à nouveau utilisée comme alibi afin de contourner les véritables causes de la crise politique actuelle avec l’Espagne dont les origines et les fondements sont bien connus». «Les autorités marocaines se réservent le droit d’apporter, au moment opportun, les réponses appropriées aux accusations infondées du gouvernement espagnol», conclut le communiqué.

La sortie des deux ministères intervient alors que plusieurs médias espagnols ont affirmé, ce mardi, que le Maroc aurait bloqué, depuis mardi, le retour des Marocains arrivés à Ceuta il y a deux semaines. Ils ont également fait état de «violations des droits des mineurs» à Ceuta et de leur situation difficile au cours des premiers jours de l’exode de milliers de Marocains dans la ville. La question a également été récupérée par les politiques.

Premier à réagir au communiqué des deux départements, le Commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage, Olivér Várhelyi a salué «cette annonce importante du Maroc». «Nous poursuivrons notre coopération étroite avec le Maroc pour relever les défis migratoires et faire progresser notre partenariat bilatéral, dans l'intérêt mutuel», a-t-il indiqué sur son compte Twitter.

Article modifié le 2021/06/01 à 20h31

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com