Menu

Breve

Affaires Raïssouni et Radi : Un rassemblement de solidarité dispersé à Rabat

Publié
Sit-in de solidarité avec Omar Radi et Soulaimane Raïssouni à Rabat, le 25 mai 2021 / DR.
Temps de lecture: 1'

Tenu mardi après-midi près du Parlement à Rabat, un sit-in de soutien aux journalistes incarcérés Omar Radi et Soulaiman Raïssouni a commencé sous une forte présence policière, avant d’être finalement interdit par intervention des forces de l’ordre, qui ont dispersé les manifestants.

Présents au rassemblement, des militants, des journalistes ainsi que les parents d’Omar Radi ont déploré des faits de harcèlement sexuel, qui auraient été commis par des agents de la police lors de la dispersion du sit-in. Certains ont notamment dénoncé des agissements qu’aurait subi la journaliste Bouchra Khounchafi, épouse de Hamid El Mahdaoui.

Devant d’autres confrères, ce dernier s’est indigné que «des policiers en civil» se soient adressés verbalement à son épouse de manière dégradante et de l’avoir exposée à un harcèlement sexuel, rappelant qu’«elle est là pour couvrir le sit-in comme les autres journalistes et non pas pour y participer». «Je n’ai jamais voulu accuser personne ni m’adresser frontalement à nos responsable du corps de la police, mais je m’adresse ici au chef de la DGSN, Abdellatif El Hammouchi, car ces agissements sont intolérables de la parts de personnes qui, lorsqu’elles sont sur le terrain, représentent notre pays», a-t-il déclaré.

Lors de son témoignage, le journaliste a assuré être sur place lui aussi pour couvrir les événements. «Les policiers sont là pour faire leur travail et nous aussi, nous sommes ici pour faire le nôtre. Pourquoi un comportement aussi attentatoire à la dignité des confrères et des consœurs ? (…) Vous imaginez ce qui arrive, dans d’autres pays, lorsqu’un policier est mis en cause dans des faits de harcèlement sur une journaliste pendant qu’elle fait une couverture», a encore fustigé El Mahdaoui.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com