Menu

Article

Maroc : L’enseignant Saïd Nachid révoqué pour ses livres sur la philosophie et la religion ?

Un enseignant publiant des livres sur la philosophie et la religion est dans le viseur du PJD, selon l'OMDH.

Publié
L'enseignant et écrivain Saïd Nachid / DR.
Temps de lecture: 2'

L’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH) s’est saisie de la situation de l’enseignant Saïd Nachid, menacé d’une révocation définitive de la fonction publique après avoir enseigné le français au primaire puis la philosophie au lycée. L’ONG, qui a annoncé appuyer le dossier du professeur, a fait part d’«une grande inquiétude» sur l’évolution des faits, dans un communiqué parvenu à Yabiladi.

«Sur la base des sanctions contenues dans la loi relative à la fonction publique, ainsi que des antécédents similaires et de la jurisprudence marocaine, les faits attribués au professeur Saïd ne nécessitent pas une sanction administrative aussi sévère, d’autant plus que le conseil de discipline a décidé de le suspendre, pour une période de trois mois, ce qui est une sanction déjà sévère malgré l’absence de quorum acceptable lors de la session dédiée», a indiqué l’OMDH.

Ce n’est que lundi dernier que Saïd Nachid a révélé son histoire avec des restrictions administratives qui remontent jusqu’aux années 1990. Sur sa page Facebook, il a expliqué avoir gardé la discrétions sur sa situation pendant longtemps, ne souhaitant pas que sa sortie soit perçue comme une victimisation ou une recherche de compassion.



Mesures disciplinaires pour faire taire les voix disonnantes

L’OMDH a exprimé ses inquiétudes de voir les fonctionnaires publics objets de règlements de compte sous couvert de mesures disciplinaires. Cela est le cas de Saïd Nachid dont la lettre de révocation a été signée par le gouvernement. Selon l’ONG, il est pénalisé pour «ses idées qui sont exprimées publiquement, à travers ses livres, articles et de nombreuses conférences, qui sont bien accueillies au Maroc comme à l’étranger».

Ces usages rappellent des pratiques d’un autre temps qui suscitent la «préoccupation» de l'ONG, après que l’Instance équité et réconciliation (IER) ait appelé à ce qu’ils ne se reproduisent plus et à ce que les victimes soient indemnisée. Au cours des années 1970, 1980 et 1990, les révocations et les suspensions de longue durée ont en effet visé nombre d'employés de la fonction publique, notamment les enseignants à qui il a été reproché de faire diffuser des idées de gauche.

Saïd Nachid s’est fait connaître pour ses ouvrages et ses publications faisant la promotion de la réflexion et de la logique comme exercice philosophique nécessaire à la compréhension du monde, notamment du fait social et religieux. Selon ses soutiens, nombre de décideurs, particulièrement au sein du PJD, ont été gênés par ses écrits.

A ce stade, l’OMDH a lancé un appel au ministère de tutelle pour annuler «immédiatement» la révocation en cour, tout en réduisant la durée de suspension décidée en conseil. Elle a également indiqué soutenir le dossier de Nachid devant la justice administrative. Le professeur est également épaulé par le Syndicat national de l’enseignement (SNE) au sein de la Confédération démocratique du travail (CDT). A l’appel d’enseignants, un sit-in est annoncé pour dimanche à 15 heures, devant le parlement marocain.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com