Menu

Breve

Passe d’armes entre le PJD et Al Adl wal Ihsane sur l’interdiction des Tarawih

Publié
Saad-Eddine El Othmani, chef du gouvernement / Ph. MAP
Temps de lecture: 1'

L’interdiction des prières de Tarawih envenime les relations, déjà tendues, entre le PJD et Al Adl wal Ihsane. Ce vendredi, le site du PJD a publié un édito pour répondre aux accusations exprimées la veille par Mohamed El Hamdaoui, membre du conseil de guidance d’Al Adl wal Ihsane. Celui-ci a en effet qualifié la mesure prise par l’exécutif d’ «attaque directe contre l’islam et d’attaque systématique contre la religion des Marocains».

S’inscrivant en faux contre de tels propos, le texte des «frères» de Saad-Eddine El Othmani met en garde contre une  «surenchère dangereuse (…) d’une question très sensible pour les Marocains à des fins politiciennes». L’édito a affirmé que la décision de fermer les mosquées la nuit est conforme aux valeurs de l’islam accordant la priorité à la préservation de la santé des musulmans. Son auteur a ainsi rappelé que l’Arabie saoudite a suspendu le Hajj et la Omra de 2020 même si ces deux rendez-vous constituent d’importantes entrées en devises pour l’Etat saoudien.

Le texte rappelle par ailleurs certaines évidences sur cette prière, soulignant qu’au début elle s’accomplissait de manière individuelle. Et d’ajouter que le Prophète a conseillé aux musulmans de prier chez-eux pour ne pas faire de leurs maisons des tombes.

Depuis la signature par El Othmani, le 22 décembre dernier, de la déclaration conjointe scellant la reprise des relations diplomatiques avec Israël, les relations entre le PJD et Al Adl wal Ihsane sont glaciales.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com