Menu

Breve

Lyon : Six condamnations pour trafic de cannabis entre la France et le Maroc

Publié
Tribunal correctionnel de Lyon / Ph. Eric Messel
Temps de lecture: 2'

Le tribunal correctionnel de Lyon a condamné six trafiquant de drogue opérant entre la France et le Maroc à des peines de prison ferme allant de trois à huit ans. Mercredi, ils ont été reconnus coupable d’utiliser des bus reliant les deux pays pour transporter des livraisons de cannabis. Dans son réquisitoire cité par l’AFP, la procureure Anne-Sophie Huet a indiqué que «cette affaire a mis au jour une structure entière d’importation et de distribution, avec des professionnels du transport qui ont utilisé leurs véhicules pour acheminer les stupéfiants».

Directement lié aux fournisseurs au Maroc et à un grossiste à Lyon, Mohamed B., dit Moussa, est considéré comme «l’organisateur des transports». Il a écopé de 8 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 80 000 euros, avec confiscation de biens et interdiction définitive du territoire français. Arrêté en Espagne, il a géré la progression des chauffeurs à l’aide de son téléphone et «a continué depuis sa cellule après son extradition», selon la procureure.

Pour leur part, deux chauffeurs marocains ont écopé de trois ans de prison ferme, avec dix ans d’interdiction du territoire français. Deux autres fournisseurs, actif dans le cadre d’une filière traversant Toulouse, ont été condamnés à trois ans ferme et à 8 000 euros d’amende. Le tribunal a par ailleurs ordonné l’arrestation du grossiste, condamné à sept ans de prison ferme.

L’enquête a permis d’identifier les mis en cause à travers des écoutes téléphoniques et des filatures, grâces auxquelles un premier bus a été intercepté sur l’aire de Lançon-de-Provence, en juin 2018. Une cargaison de 436 kilos de cannabis a été découverte, d’une valeur de près de 900 000 euros. La livraison était dissimulée «sous trois trappes dans le couloir central du bus et sous un faux plancher de la soute à bagages».

Les bus de voyageurs appartenant à une société basée au Portugal ont été utilisés à deux autres reprises, au cours de trajets entre le Maroc et Lyon. L’un d’eux a été intercepté à Tanger en août 2018, contenant 135 kilos de cannabis. Dans la retranscription de l’une des écoutes téléphoniques, Mohamed B. s’est «vanté» d’être en capacité de «corrompre un policier et un magistrat au Maroc pour faciliter les transports», mais s’est plaint des «nouveaux scanners» installés au Port de Tanger pour faciliter les saisies de drogue dans les véhicules.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com