Menu

Article

Maroc/France : des socialistes marocains se disputent le titre d’ambassadeur à Paris

Le premier ambassadeur du Maroc indépendant en France fut Abderrahim Bouabid. Aujourd’hui, 56 ans après cet événement, des socialistes caressent le rêve de succéder au fondateur de l’USFP à la tête de la chancellerie du royaume à Paris.

Publié
DR
Temps de lecture: 3'

L’arrivée des socialistes français au pouvoir est fortement saluée par les militants du partie de la Rose au Maroc. Certaines têtes d’affiche de l’USFP y voient même une occasion pour se convertir à la diplomatie après un passage à vide ou encore terminer une riche carrière politique avec le titre d’ambassadeur à Paris.

Un poste vacant qui séduit

Voilà des mois que le poste est vacant.  Exactement, depuis que Mostapha Sahel a été promu, le 5 octobre 2011, conseiller du roi. Une nomination qui avait ouvert la voie à toutes les spéculations sur les noms pressentis pour succéder à l’ancien ministre de l’Intérieur (2002-2006) mais sans qu’aucun membre de l’USFP ne soit cité.

A l’époque, c’est l’ancien ministre délégué de l’Intérieur, Mohamed Hassar, qui avait les faveurs des pronostics et dans une moindre mesure l’ancien ministre des Affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri, actuellement conseiller du roi. La vague de nomination de nouveaux ambassadeurs, du 6 décembre 2011, a par miracle, épargné la chancellerie marocaine à Paris, de quoi booster les chances de Hassar pour succéder à Sahel. Le poste séduit à plus d’un titre. il est réputé être confié aux hommes jouissant de la confiance du palais.

El Yazghi et Oualalou possibles candidats

Les socialistes marocains entendent bien profiter de la nouvelle conjoncture politique en France marquée par le retour aux commandes du PS pour mettre un des leurs à la tête de l’ambassade du Maroc à Paris. Deux candidats de l’USFP se disputeraient le titre : Mohamed El Yazghi, né en 1935 à Fès, et Fathallah Oualalou, né en 1942 à Rabat.

Le premier, après des années passées à l’opposition parfois même dure, scellait en 1998 sa réconciliation avec le régime, occupant le très convoité poste de ministre de l’Urbanisme, un domaine réservé jusque là au département de l’Intérieur. Un poste qu’il a gardé pendant neuf ans avant d’accepter un autre de moindre calibre: ministre d’Etat sans portefeuille sous le cabinet d'Abbas El Fassi (2007-2011).

L’arrivée des islamistes au gouvernement a contraint El Yazghi à quitter la gestion des affaires publiques mais pas la scène médiatique. Une présence qu’il cultive avec une attention toute particulière, calculant ses sorties et les sujets objets de ses critiques. Pour mémoire, il est le premier a avoir accusé Abdelilah Benkirane d’avoir fait des concessions au roi Mohammed VI sur la loi des nominations des patrons des entreprises publiques. Ce n’est que par la suite que les députés de l’USFP ont repris à leur compte cette accusation.

Quant à Fathallah Oualalou, il a plus de chance d’occuper ce poste qu’El Yazghi. Sa relation avec le palais est bonne. C’est justement la qualité de cette relation qui lui avait défriché le terrain, au lendemain des élections communales du 12 juin 2009, pour accéder au fauteuil de maire de Rabat, en dépit des mauvais résultats de l’USFP lors de ce scrutin. 

Récemment, Tarik El Kabbaj, le puissant maire d’Agadir et député de l’USFP, a estimé que «l’ambassade marocaine à Paris devrait revenir à un vrai socialiste». Des propos qui militent pour une candidature de Oualalou, sachant qu’entre El Kabbaj et El Yazghi, les relations sont plutôt froides, depuis que le second avait évincé le premier à la course à la députation lors des législatives de 2007.

Abdelkrim Banatiq en outsider

Outre les deux ténors de l’USFP, que sont Mohamed El Yazghi et Fathallah Oualalou, un troisième candidat serait également de la course. Il s’agit de Abdelkrim Benatiq, ancien de l'USFP et aujourd'hui secrétaire général du parti travailliste. Une petite formation de gauche qui navigue à vue, et ce, depuis sa création en 2005.

Ses multiples tentatives de nouer des alliances avec les grands partis ont subi des échecs cuisants, la dernier en date est sa participation à la veille des législatives du 25 novembre 2011 au G8, un structure réunissant huit formations mais qui, depuis, a complètement disparu des radars de l’actualité.

La carrière politique de cet ancien ministre sous le gouvernement Abderrahman El Youssoufi, est, également, parsemée d’échecs. A deux reprises,  2007 et 2011 et dans deux circonscriptions différentes, il n’a pu réussir le passage à la Chambre des représentants.

En dépit de ces revers politiques, l’homme a des atouts. Il a pu conserver de bonnes relations avec l’entourage du roi, ce qui pourrait expliquer son déplacement à Paris pour plaider son dossier.  Ce serait alors pour lui une belle revanche pour cet ancien protégé de Noubir Amaoui, le patron inamovible de la CDT (syndicat démocratique du travail).

DIPLOMATE ou ARRIVISTE
Auteur : Danouni
Date : le 23 mai 2012 à 10h14
@POUIC


Ce que tu dis est vrai pour tous les ambassadeurs quelque soit le Pays.

Non , en France, ils cherchent le confort de vie, les dorures d'une capitale européenne prestigieuse.

Même pour de très nombreux Français, PARIS est une ville inaccessible.
Dernière modification le 23/05/2012 10:14
Pour être Ambassadeur à Paris,le futur candidat doit être: Diplomate,gestionnaire et nommé par Sa Majesté.
Auteur : pouic2011
Date : le 22 mai 2012 à 15h31


Pour la France et surtout à Paris,La Monarchie a toujours désigné quelqu'un de proche,intège,gestionnaire et diplomate,car une grosse partie de leur richesse se trouvent à Paris,il suffit de voir le carré d'immeubles entre la place de l'Opéra et la Concorde (Hôtel le Crillon),tous ces immeubles appartenaient à feu El 3ayachi.
Mostapaha SAHAL,super flic est passé par Paris juste pour se faire soigner de son cancer.
Voilà les conditions à remplir mais je n'en vois pas du gouvernement mais maybe du Palais : Taîeb Fassi Fihri ou Znagui,
Harragas vu côté Bourgeoisie
Auteur : Danouni
Date : le 22 mai 2012 à 14h17
C'est désolant.

Devenir ambassadeur pour quitter le pays.

Pourquoi pas, c'est moins risqué que la Barque (>LOL)

les socialistes
Auteur : becharelkhir
Date : le 22 mai 2012 à 13h35
A vrai dire nous n'avons pas confiance en eux,puisque ces gens ne sont pas"sains" du tout,les années de plomb qu'ils "alimentaient" de tout feu ne sont pas oubliés par les marocains,qu'ils avouent leurs méfaits d'abord pour qu'on puisse leur renouveler notre confiance.Et d'ailleurs ce poste revient en droit aux hommes du PJD ,qui sont majoritaire et presque tous les marocains leur avouent leur confiance,avnt de les mettre en épreuve eux aussi.
Paris est le jardin secret de la Monarchie,S.E.l'Ambassadeur doit être proche de la Cour.
Auteur : Chibani2
Date : le 22 mai 2012 à 08h17

Messieurs les membres de l'USFP et de l'Istiqlal encore en fonction et plus particulièrement El Yazghi,vous êtes la honte de ce parti populaire.Si Monsieur Abderrahim Bouabid a été désigné Ambassadeur du Maroc,c'est pour consolider notre manifeste de l'indépendance avec la France et nos relations aussi poliiques,culturelles et économiques.Cette Personalité Marocaine avec le disparu Mehdi Ben Barka et les autres oeuvraient pour l'avenir de notre pays,amis malheureusement l'USFP et l'Istiqlal les ont trahi,vous ne les avez jamais soutenus.
En ce qui concerne l'Ambassade du Maroc en France,la nomination de S.E. l'ambassadeur est du pouvoir de Sa Majesté car c'est son jardin secret et cette nomination doit être proche de la Cour.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com