Menu

Article

Tortures au Maroc : L’opposition au parlement demande des enquêtes

L’approche sécuritaire du gouvernement Benkirane a été dénoncée, hier, à la Chambre des conseillers. Mustapha Ramid , présent à l’hémicycle, a essayé de défendre son équipe.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Les récents cas de tortures soulevés par les ONG des droits de l’Homme se sont frayés un chemin à la Chambre des conseillers. Mardi, lors de la session hebdomadaire des questions orales, le groupe fédéral, dans son Droit d’informer, a interpellé le ministre de la Justice et des Libertés sur la multiplication de ces actes contraires à la loi et vivement dénoncés par l’article 22 de la nouvelle constitution. «Il ne peut être porté atteinte à l’intégrité physique ou morale de quiconque, en quelque circonstance que ce soit et par quelque personne que ce soit, privée ou publique. Nul ne doit infliger à autrui, sous quelque prétexte que ce soit, des traitements cruels, inhumains, dégradants ou portants atteinte à la dignité. La pratique de la torture, sous toutes ses formes et par quiconque, est un crime puni par la loi».

C’est justement sur la base de cet article que le président de ce groupe a axé toute son intervention, étayée par des exemples, comme celui du jeune Yassine El Mhayli. Ce détenu du groupe du 1er août 2011, libéré après dix mois de prison, est dans un état critique, ne pouvant même pas marcher sur ses pieds. Un autre, toujours de Safi, porte des séquelles psychiques de son incarcération au centre pénitencier de cette ville. Le conseiller a cité, également, des exemples de Nador, Al Hoceima, Taza ou encore Khouribga. Il a demandé au ministre de la Justice et des Libertés d’enquêter sur «les graves violations des droits de l’Homme commis dans les locaux de la police et des prisons», critiquant au passage l’approche sécuritaire du gouvernement Benkirane.

La réplique de Mustapha Ramid

Répliquant aux propos du président du groupe fédéral, Mustapha Ramid a commencé par annoncer qu’il «ne tolère pas la torture». Et de poursuivre sur un ton nouveau pour un ministre de la Justice «je ne dis pas que les commissariats de police sont  innocents de toute accusations de pratiques de la torture mais je dis que le gouvernement ne l’accepte pas». S’adressent directement aux victimes «vous avez le droit de porter plainte au procureur général du roi de votre ville et si ce dernier ne lui donne aucune suite, les portes du ministère de la justice vous sont ouvertes pour recevoir vos requêtes».

Et les enlèvements

De la torture, la discussion a abordé le phénomène de l’enlèvement. Le président du groupe PAM (Authenticité et modernité) a évoqué le cas de Halim El Bekkali, ce membre du Mouvement du 20 février, supposé enlevé, samedi dernier à Béni Bouayache, par des policiers habillés en civil. Mustapha Ramid a, encore une fois affirmé que le jeune a été arrêté par des éléments de la police judiciaire lors d’une opération dûment légale et qu’il se trouve actuellement en garde à vue, laquelle devrait se terminer aujourd’hui à moins de la renouveler pour une période supplémentaire de quatre jours.

Vivre en paix !
Auteur : univers2011
Date : le 17 mai 2012 à 08h43
On aimerais bien vivre en toute sécurité dans notre pays , sans avoir des problèmes dans la rue avec certains parasites qui nous empoisonnent la vie .

Les forces de l 'ordre font leurs travail heureusement pour nous , sinon ce serais LA LOI DE LA JUNGLE !
Personnellement je n ai jamais vu un agent des force de l ordre se diriger sur quelqu ' un pour s 'en prendre à lui sans aucune raison .
Alors nous aussi on demande de faire éradiquer les incivilités ,RAS LE BOL !
La Photo Induit en erreur certaisn lecteurs
Auteur : Danouni
Date : le 16 mai 2012 à 22h12
Bonsoir Mr le Webmaster,

2 contributeurs ici sont apparemment perturbés par la photo. En effet, Ils semblent confondre torture et violence policière lors de manifestation

Des photos de séances de Torture sont en effet très difficiles à obtenir.

En dehors de fuite, les états ne diffusent pas ces photos qui sont des preuves à charge accablantes.

Photo donc à enlever
Et cette racaille ....
Auteur : Kenzadalil
Date : le 16 mai 2012 à 19h29
qui fout la m... en saccageant des commerces puis voler les marchandises, en incendiant les véhicules faudrait faire quoi ? Pour certains y a que la matraque qui leur enlève le goût de recommencer .. Dans tous les pays su monde c'est pareil... Y a qu'à aller voir des vidéos sur YouTube (pays bas, France, Italie, Espagne, USA etc ....
LES enlevements
Auteur : participant
Date : le 16 mai 2012 à 16h17
Les enlevements ???? vous avez des chiffres ladessus ?
Le respect c est le voie de la sagesse
Auteur : univers2011
Date : le 16 mai 2012 à 16h10
Bonjour Monsieur le Webmaster

J ai fais cette remarque car je pense que la photos ne colle pas avec l article publié , mais ce n était pas dans l intention de vous offenser .
Mon cher chacun est maître de ses actes , et montrer les photos des paramilitaires à la place des autres , ce n est pas logique non plus .
La violence dans la rue existe malheureusement , mais pas toujours de la part des forces de l ordre , la violence appelle la violence !
Nous ne pouvons pas tolérer les injustices certes , mais aussi les incivilités de la part de ceux qui créent le désordre dans le pays .

Le respect , c 'est notre devoir à tous .

Salam .
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com