Menu

Breve

Espagne : Un homme d’affaire marocain risque une lourde condamnation pour «liens avec Daesh»

Publié
DR
Temps de lecture: 1'

En Espagne, s’est ouvert la semaine dernière le procès d’une cellule terroriste présumée. Parmi les mis en cause figure le Marocain Noureddine Chikar, un homme d’affaires ayant notamment un projet d’importation, de transformation et l’exportation de matières premières de textile, basé à Nador, et financé à hauteur de 10 millions dirhams par le conseil de la région de l’Oriental.

Le Marocain est poursuivi pour «détention illégale d’armes, blanchiment d’argent et détournement de fonds, falsification de documents commerciaux et crimes contre les biens culturels protégés en cas de conflit armé». Le passage de Noureddine Chikar devant la cour est prévu le 18 mars. Avant lui, Ammar Termanini, un Syrien ayant également la nationalité néerlandaise, a comparu le 3 mars. Celui-ci a nié en bloc toutes les accusations portées à son encontre, affirmant qu'il envoyait via sa société des aides humanitaires au peuple syrien. Ce mercredi, un ressortissant jordanien devra répondre aux questions des juges de l’Audience Nationale de Madrid. Le verdict en première instance est prévu fin avril.

La police espagnole définit Noureddine Chikar comme «le tailleur de Daech», puisqu’elle le soupçonne de se servir de ses usines de textile pour fabriquer des tenues de combat aux jihadistes engagés en Syrie. Sous couvert d’aide humanitaire, les cargaisons étaient envoyées en Turquie, où elles transitaient pour parvenir ainsi au groupe terroriste.

Dans cette affaire remontant à 2016, le Marocain est resté libre suite au versement d'une caution de 60.000 euros. En décembre 2019, il avait été arrêté par la police espagnole pour les mêmes chefs d’accusation mais sans être emprisonné.

Le procureur général a requis des peines entre 13 et 28 ans de prison pour les inculpés.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com