Menu

Article

Ouaddou répond à la polémique suite à son soutien au président de la fédération algérienne

Alors que l’ex-entraîneur du Mouloudia d’Oujda a qualifié ses détracteurs de «partie de la dictature de la bien-pensance marocaine», son soutien à l'Algérien Kheïreddine Zetchi a également fait réagir l’Amicale des entraineurs du Maroc.

Publié
Abdeslam Ouaddou avec le président de la Fédération algérienne de football (FAF) Kheïreddine Zetchi. / DR
Temps de lecture: 2'

L’ex-international marocain et ancien entraîneur du Mouloudia d’Oujda, Abdeslam Ouaddou a réagi, ce lundi, à la polémique créée la veille sur les réseaux sociaux. Samedi, il a exprimé son soutien au président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheïreddine Zetchi qui se présentera comme candidat de l’Afrique au Conseil de la Fédération internationale (FIFA), lors de l’élection prévue le 12 mars à Rabat.

Ainsi, dans un message adressé à «une partie de la dictature de la bien-pensance marocaine», Abdeslam Ouaddou explique qu’il est «question de sport et du football en particulier». «Ne dérivons pas sur la politique», plaide-t-il. L’ex-défenseur des Lions de l’Atlas décrit ainsi «une société marocaine intolérante, pétrie de tabous et de demi-vérités», avec «ses indignations sélectives et son incapacité à traiter les vrais sujets d'une Institution continental de Football qu'il faut reformer de fond en comble par des gens intègres» (sic). «La dictature de la bien-pensance a parlé.»

Abdeslam Ouaddou appelle à œuvrer «pour une élévation du football africain avec des gens prêts à agir pour l'intérêt du continent en écartant tout individu concerné de loin ou de près a des manquements aux devoirs de probité». «Ce n'est pas le cas malheureusement des derniers dinosaures en lice», conclut-il en plaidant pour un «football clean».

Un soutien qui agace les internautes et l'Amicale des entraîneurs du Maroc

Samedi, l’ex-entraîneur du Mouloudia d’Oujda s’est dit «personnellement très heureux» que Kheïreddine Zetchi, qu’il qualifie d’«homme intègre et intelligent» et de «vrai passionné par le football qui a réussi sa vie», revienne dans la course pour le conseil d’administration de la FIFA.

Un soutien qui a fait grincer les dents de nombreux internautes sur les réseaux sociaux, qui ont rappelé à Abdeslam Ouaddou que le président de la FAF s’était farouchement opposé à l’organisation, par le Maroc, de la CAN-2020 de Futsal l’année dernière à Laâyoune, au Sahara. Les critiques à l’encontre de l’ex-entraineur du Mouloudia d’Oujda ont été parfois très virulentes, certains allant jusqu’à traiter Abdeslam Ouaddou de «traître».

Mais la sortie de Ouaddou n’a pas irrité que les internautes marocains. Dimanche, l’Amicale des entraineurs du Maroc (AEM) a également réagi à cette polémique, affirmant suivre «avec une grande inquiétude les tweets de l’ex-entraineur du Mouloudia d’Oujda.

Pour l’AEM, ces tweets «portent un coup à la réputation de la nationalité marocaine» de Ouaddou. L’Amicale, qui dépoussière l’affaire ayant opposé Abdeslam Ouaddou au Mouloudia d’Oujda, rappelle à l’ancien défenseur des Lions de l’Atlas que le Maroc candidate aussi pour briguer un poste au conseil d’administration de la FIFA en la personne de Faouzi Lekjaa, président de la FRMF.

Article modifié le 2021/03/08 à 19h33

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com