Menu

Article

L’Allemagne aurait bloqué les visas aux Marocains en représailles à la décision de Bourita ? [Désintox]

Les médias de l’Algérie et du Polisario ont assuré, cette semaine, que la suspension des relations avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat par le Maroc et l’arrêt d’octroi de visas pas celle-ci seraient étroitement liés. Ils assurent même que Berlin plaide pour «l'établissement d'une république au Sahara».

Publié
Nasser Bourita et son homologue allemand Heiko Maas. / Ph. Florian Gartner
Temps de lecture: 3'

La presse algérienne et les médias du Front Polisario se sont intéressés, cette semaine, à la décision du Maroc de suspendre ses relations avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat. Ils ont ainsi avancé que le dossier du Sahara et les «acquis» du Polisario en Allemagne, auraient «poussé» Rabat à prendre une telle décision.

Les arguments avancés par les médias algériens et du Polisario 

Ainsi, le média algérien Echorouk Online, proche de l’armée algérienne, a indiqué jeudi, dans un article intitulé «L’ambassade de l’Allemagne à Rabat choisi de répondre à sa façon à Bourita», que la suspension de l’octroi des visas aux Marocains par l’ambassade d’Allemagne à Rabat serait liée au gel des relations germano-marocaines. Avançant que l’information proviendrait de «médias marocains», le journal a ajouté que cette rupture ne serait pas «liée à la situation épidémiologique au Maroc» comme l’a indiqué l’ambassade, mais «plutôt d'une réaction à la décision du Maroc de geler ses relations institutionnelles et diplomatiques avec Berlin».

Dans la même lancée, le site de la Radio algérienne a indiqué, citant des «observateurs» que cette suspension d’octroi de visas par l’Allemagne serait une «réaction» de Berlin à la décision prise en début de semaine, par Rabat. Ce même raisonnement a été également repris par le média pro-Polisario Futuro-Sahara.

La Radio algérienne a, pour sa part, fait appel dans un second article, à un journaliste et politologue syrien, présenté comme «coordinateur des relations arabo-européennes au Parlement allemand, pour affirmer que «l'Allemagne considère que le Sahara Occidental a le droit d'être un État indépendant d'une manière ou d'une autre».

Les médias algériens ont enfin associé la crise germano-marocaine à ce qu’ils qualifient d’«acquis» réalisés par le Front Polisario sur le dossier du Sahara dans ce pays. Ainsi, l’agence Algérie Presse service (APS) a donné la parole à Najat Hend, représentante du Polisario en Allemagne pour déclarer que la décision marocaine «a un lien étroit avec les développements et les acquis que la question du Sahara occidental a réussi à récolter récemment, en particulier ceux émis par l’État d’Allemagne». La responsable s'est réjouie du fait que le Brême, plus petit des seize Länder allemands, a orné son parlement, il y a quelques jours, par le drapeau du Polisario.

Des analyses démenties par les faits

Les informations présentées par les médias algériens et ceux du Polisario sont fausses et décontextualisées. Elles font d'abord fi du communiqué de la diplomatie allemande et les déclarations de son porte-parole de cette semaine. Mercredi, l’ambassade de l’Allemagne a indiqué sur son site que la réception des demandes de visas Schengen sera suspendue, excepté pour certaines catégories, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Elle a expliqué cette décision par la situation épidémiologique du royaume.

Cette suspension n’est toutefois par la première. En janvier dernier déjà, le service des visas de l’ambassade de l’Allemagne a été suspendu pour les même raisons. Un mois plus tard, le Maroc a inscrit l'Allemagne sur la liste des pays concernés par une suspension des vols suite à l'apparition des variants du coronavirus. 

De plus, le changement de la position de l’Allemagne sur le dossier du Sahara occidental, avancé par les médias algériens et du Polisario a été démenti par le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères. Lors d’une conférence de presse tenue mercredi soir, Christopher Burger a même assuré que «l'Allemagne n'a pas changé sa position concernant le statut du Sahara occidental en attente d'un processus parrainé par les Nations unies».

En janvier dernier, la Commission des Affaires étrangères du Parlement allemand a même rejeté l’examen d’une proposition présentée par des députés pro-Polisario. Un mois plutôt et tout en prenant ses distances avec la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara par les Etats-Unis, la diplomatie allemande a précisé que sa position sur le différend territorial «n’a pas changé». «Nous consacrons nos actions en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et acceptée entre les deux parties sous les auspices des Nations unies», a-t-elle assuré.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com