Menu

Breve

Maroc : L’investissement des petites entreprises dans le chanvre au lieu de «la surenchère politique»

Publié
Photo d'illustration / DR.
Temps de lecture: 1'

Alors que le Parti de la justice et du développement (PJD) réalimente les polémiques sur le projet de loi relatif à l’autorisation de la culture de cannabis, un groupe d’associatifs et de chercheurs ont lancé un appel pour élargir le débat et capitaliser sur ce que ce texte peut rendre possible, «loin de la surenchère politique et éthique». Afin de faire avancer cette dynamique, les acteurs de la société civile ont rappelé l’importance de l’«amnistie inconditionnelle pour tous les agriculteurs du kif».

Dans leur appel parvenu à Yabiladi, ils soulignent également que si le projet de loi bénéficie d’ores et déjà d’un accueil positif dans ces régions, ses dispositions ne permettent pas une extension des champs d’exploitation du chanvre à d’autres zones géographiques du pays. Dans le même sens, ils appellent à «réhabiliter historiquement, socialement et juridiquement les zones connues pour leur culture du kil, en levant la stigmatisation, la discrimination, en effaçant les stéréotypes et les jugements de valeur sur les agriculteurs, tout en les sortant de l’isolement au regard de la justice».

Cet appel préconise aussi de «régulariser la situation foncière des zones de culture, dans les régions d’Al Hoceima et de Chefchaouen, tout en redéfinissant les délimitations des zones forestières, compte tenu des intérêts des petits agriculteurs pour protéger leur propriété sur leurs terres et les engager dans les projets de développement».

Dans le même sens, ce texte appelle à «impliquer la population locale dans les débats accompagnant l’examen du projet de loi, les mécanismes de sa mise en œuvre et son évaluation» et «tenir compte des intérêts des petits entrepreneurs et de la compétitivité, avec la mise en place d’une économie solidaire».

Cet appel a été lancé par Abdellah El Jote du Centre marocain des droits de l’Homme, Youssef El Messati, enseignant et chercheur en histoire, Abdelamounaim El Merrouni, associatif et chercheur dans la culture du kif, ainsi que l’associatif Mohamed Aâboute.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com